Autres thèmes pertinents :
Dernière modification 23/04/2024

Moteurs diesels les moins fiables


Découvrez dans cet article les principaux diesels sur lesquels il faut rester méfiant quant à leur fiabilité (des mises à jour régulières sont effectuées, dès qu'un bloc suspect est détecté. Vous êtes aussi invité à signaler tout bloc qui vous paraîtrait manquant) ... Notez qu'il suffit d'un petit défaut régulier ou chronique pour qu'un moteur fasse son apparition ici, un simple élément fragile peut en effet parfois réduire significativement la fiabilité d'un moteur. Il faut enfin prendre en compte que beaucoup de diesels modernes sont touchés par des soucis récurrents, c'est un fait avéré. Je remarque toutefois que le phénomène semble de plus en plus toucher les moteurs essence qui sont loin d'être aussi idéaux que certains voudraient le croire.
Enfin, sachez que votre participation aux avis est précieuse pour établir ce type d'étude. Merci donc à tous ceux qui ont pris le temps de témoigner sur un modèle (en bas des fiches essai/avis/fiabilité). Enfin, l'article se concentre sur les principaux moteurs du marché français, certains qui sont peu diffusés peuvent passer à travers les mailles du filet. Vous pouvez toujours les dénoncer en bas de page par le biais des commentaires.

Découvrez ici les diesels les plus fiables

N'hésitez pas à faire part de votre expérience personnelle en bas de page mais aussi en postant un avis sur une des fiches essai du site

Moteurs HDI / e-HDI / BlueHDI / TDCI / Diesel (Peugeot / Citroën / DS / Ford / Mini)

Ces trois appellations reprennent souvent les même blocs moteurs en raison du partenariat entre Ford et PSA. Cependant, tous les TDCI ne sont pas des HDI, il faut bien comprendre que le partage reste partiel et non total.

1.5 BlueHDI 100 et 130 CH

En revenant vers un double arbre à cames en tête par rapport à l'ancien 1.6 BlueHDI, la marque a hélas induit un souci de fiabilité majeur qui a nécessité une correction en février 2023 dans les usines de production. En effet, la chaîne qui lie ces fameux arbres à cames a tendance à casser, menant à une déformation des soupapes d'échappement (qui peuvent venir percuter les pistons).

N'oublions pas non pus de citer les problèmes systématiques d'Adblue, qui vont jusqu'à vous empêcher de démarrer le moteur. Plus d'infos ici.

A lire aussi : fiabilité du 1.5 BlueHDI dans le détail

1.6 HDI 90 ch (=1.6 TDCI Ford + 1.6 D Mini)

Si la fiabilité du 90 chevaux (16v) est très douteuse, celle de la version 92 chevaux (8v) est significativement meilleure, bien que ça reste encore perfectible ... Les 1.6 HDI/e-HDI/BlueHDI sont pour la majorité aléatoires en terme de fiabilité (trois d'entre eux se démarquent en étant bien plus pérennes, je vous invite à consulter la page des diesels les plus fiables).
Les problèmes se concentrent principalement autour de l'injection avec des joints qui ont tendance à fuir ou encore des injecteurs qui se grippent. S'ajoute à cela des turbos fragiles et dans une moindre mesure des soucis de vanne EGR et de courroie de distribution qui se fragilise (rappelle un peu les soucis du 1.2 Puretech).

A lire : Fiabilité du 1.6 BlueHDI

1.6 HDI 110 ch / 1.6 e-HDI 112 ch

Si cette page ne recensait à la base que la version de 110 ch, le temps a montré que les successeurs 112 et 115 ch (dans une moindre mesure toutefois pour celui-là) étaient aussi décevants (le 110 fait partie des pires déclinaisons du 1.6 HDI) ... Ce sont les mêmes problèmes qui reviennent à part la distribution et le FAP qui se sont largement améliorés à partir du 115 ch. On en revient donc aux mêmes faiblesses, avec une injection très fragile : joints d'injecteurs ou encore injecteurs eux-mêmes qui pourrissent la vie des propriétaires. On a donc aussi des soucis de FAP, courroie de distribution et volant moteur bi-masse (et donc aussi embrayage) sur les 110 et 112 ch.

2.0 HDI 136 / 138 ch (=2.0 TDCI 136 ch Ford)

Citroën exploite la version de 138 chevaux alors que Peugeot emploie la version de 136 chevaux. De plus, si leur fiabilité se ressemble assez, il faut préciser que le 136 chevaux connaît les problèmes dans une proportion plus importante, il est donc encore moins sûr bien qu'en terme de logique ça ne devrait pas être le cas (les blocs sont similaires, la différence serait donc liée à une utilisation différente entre les clients Peugeot et Citroën ?) ...
Ce bloc connaît en premier lieu des soucis de volant moteur / embrayage, le duo maléfique ! Mais cela ne s'arrête pas là puisque le turbo, la vanne EGR et le FAP se font aussi très remarquer.  En revanche, question injection il n'y a presque rien à signaler. Pour y voir plus clair, rendez-vous ici pour le 136 et là pour le 138.
Notez aussi que le 2.0 TDCI a les mêmes problèmes mais en proportion un peu moindre, il a en revanche un alternateur qui est très fragile.

A lire : fiabilité du 2.0 HDI

2.2 HDI 130 / 136 ch

Que ce soit dans une version comme dans l'autre, il semble évident que le FAP manque d'endurance. C'est en effet le premier problème moteur indiqué.
Viennent ensuite l'injection, le démarreur et le turbo plutôt fréquents sur le 130 chevaux. Le 136 n'a pas vraiment de soucis de démarreur et les soucis de turbo et d'injection sont présents mais de manière plus isolée.
Pour les chiffres du 130 chevaux allez ici et pour le 136 ici.

2.0 TDCI 130 ch

Ce moteur présente des faiblesses au niveau de l'injection (première panne) puis suivent les problèmes de vanne EGR et volant moteur. Je note en plus un problème bénin (car peu coûteux) mais qui se distingue assez de vos avis, à savoir des soucis de durites diverses. Voir ici pour quelques témoignages.

Moteurs dCi/ Blue dCi (Renault)

Les dCi sont des moteurs développés par Renault et exploités aussi par Dacia, Mercedes et Nissan.

1.5 dCi et Blue dCi

Ce moteur est décliné en une multitude de puissances différentes ! 65, 70, 75, 80, 85, 90, 110 ch et 115 ch ... Il a même été jusqu'à équiper les Mercedes Classe A 3/4, Classe C et autres Nissan et Dacia (il fait donc le grand écart en équipant les modestes et les "nantis").
Quasiment l'ensemble des déclinaisons connaissent des soucis récurrents d'injection (la pompe à injection est généralement en cause) et parfois de vanne EGR (certaines déclinaisons sont bien touchées et d'autres pas du tout ou presque). Bref, ce sont les deux problèmes stars de cette motorisation Renault. Cependant, il faut clarifier les choses en distinguant les 1.5 dCi 90 et 110 ch (quelques injections fragiles pour celui-là malgré tout) qui sont particulièrement fiables par rapport aux autres. Notons aussi que ce moteur a connu des soucis de bielles en proportion plus importante que la moyenne des autres diesels. Et pour celui qui sait ce qu'est une bielle de piston, il devine déjà que les conséquences sont désastreuses ... MacGUYvert (top contributeur) précise de par son expérience que le piston numéro 4 est généralement celui qui est touché par ce problème. Heureusement, il ne semble pas s'agir d'une véritable épidémie qui toucherait tous les moteurs, mais plutôt une proportion plus élevée que la moyenne (la lubrification des palier de bielle semble donc plus cruciale qu'ailleurs).

  • Le 65 ch est particulièrement touché par la pompe à injection qui produit de la limaille. Mais les injecteurs peuvent rendre l'âme sans ce souci, tout comme les joints qui peuvent parfois fuir. La version de 70 ch qui le remplace fait un peu mieux mais garde tout de même une proportion anormale de problèmes au niveau de l'injection.
  • Le dCi 80 / 85 ch concentre ses problèmes sur l'injection et la vanne EGR et dans une moindre proportion le turbocompresseur
  • Le dCi 100 / 105 ch présente des problèmes d'injection (injecteurs tout comme la pompe qui peut produire de la limaille), de vanne EGR et d'embrayage. Quelques cas de turbo ou encore d'alternateurs s'invitent mais cela dans une bien moindre proportion. Le pire problème concerne les coussinet de bielles fragiles (ou mal lubrifiés ?) qui entrainent la casse du moteur.
  • Le Blue dCi 115 ch, pourtant plus récent que les autres, connaît de multiples problèmes d'après vos premiers retours : injection, turbo, démarreur et surtout au niveau de l'injection d'Adblue (catalyseur SCR)

A lire :

1.6 dCi 160 ch

Décliné en deux puissances de 130 et 160 ch (si on omet le plus confidentiel 165 ch), la version de 160 ch se révèle particulièrement fragile. Le nombre de casses moteur est trop élevé et ce bloc a des soucis chroniques de fuite d'huile (carter distribution), fuite d'eau (durites fragiles) et vanne EGR sensible. N'oublions pas non plus les collecteurs d'échappement peu résistants. Dommage car le 130 ch est plutôt pérenne.

1.9 dCi

Abandonné depuis quelques années au profit des 1.5 dCi, le 1.9 aura tout de même laissé de bien mauvais souvenirs. J'irai même jusqu'à dire que le 1.9 dCi 120 ch (dans sa version 270 Nm) est l'un des moteurs les moins fiables de ces dernières décennies ! Des sites et pages Facebook ont même été créés à son effigie ...

  • La version de 105 ch a des soucis réguliers de vanne EGR et turbo (les deux premiers soucis), mais aussi de débitmètre et d'alternateur. Notez que le problème de débitmètre semble ne toucher que cette version de 105 chevaux car les autres déclinaisons semblent saines à ce niveau là.
  • La version de 110 ch semble un peu plus résistante que la 105 mais les problème récurrents existent aussi. Les soucis principaux sont liés aux vanne EGR et turbo, sans oublier quelques cas d'embrayage/volant moteur mais aussi d'injection. Mais encore une fois je le répète, cela est un peu moins courant que sur le 105.
  • Le 120 ch aurait mérité un article entier rien que pour lui tellement sa fiabilité est gravissime ... Le premier soucis (1 avis sur 3 est concerné !!!) concerne le turbo. Viennent ensuite dans des proportions presque identiques la vanne EGR et l'injection. Sans oublier le nombre important de casses moteur recensées. Notez toutefois qu'il est fiabilisé sur les versions sorties à partir de fin 2003 et qui développent 300 Nm de couple, contre 270 pour le précédent.

A lire : fiabilité du 1.9 dCi

2.0 dCi

Les versions 2.0 dCi 150 et 175 ch ont des soucis chroniques de pompe à huile qui se grippe, de filtre à particules qui s'encrasse trop, et de coussinets de bielles fragiles ...

2.2 dCi

Sur l'ensemble des 2.2 dCi (que ce soit en 136 ou 140 chevaux), la fiabilité n'est pas parfaite. Cependant, une version se démarque largement en étant victime d'un nombre spectaculaire de soucis ... Il s'agit de la version de 150 chevaux, une motorisation qui garantie presque de passer par la case garage, et qui est surtout bien pire que toutes les autres déclinaisons dans cette même cylindrée. Pour voir le spectacle, rendez-vous ici.
Ses problèmes sont très variés puisque les cas de vanne EGR, injection, turbo, volant moteur et embrayage sont très courants ... Sans oublier l'alternateur et les casses moteur nombreuses. Un vrai cauchemar !

3.0 dCi

Le public "haut de gamme" n'aura pas échappé aux soucis de fiabilité ... Si les problèmes de volant moteur et embrayages sont inexistants, les avaries de vanne EGR, injection, débitmètre et turbo sont courants. Les casses moteurs sont aussi de la partie même si cela est dans une proportion plus limitée. Exemple ici

Diesel (BMW)

Chez BMW, la fiabilité des diesels est en général très bonne, il y a cependant quelques faiblesses de conception, comme le turbo sur certains blocs ou encore les très connu soucis de chaîne sur les N47 (2.0) et dans une moindre mesure sur le N57 (3.0).

  • 20d 150 ch : proposé sur l'E46, ce moteur est trop touché par les soucis d'injection mais surtout de turbo. Le catalyseur a lui aussi ennuyé beaucoup de monde ! Quelques casses moteur sont aussi à déplorer mais cela reste dans un volume bien moins élevé. Notez qu'il n'avait pas de FAP, ce qui permet au moins d'éviter ce soucis. Toutefois, cela lui confère de grosses fumées noires lors des accélérations.
  • 20d 163 ch : les casses de turbo entachent largement le bilan fiabilité de ce moteur ... Dommage car le reste semble assez robuste : voir ici ou
  • 20d 177 ch : ce moteur tient le coup tant que sa distribution ne fait pas des siennes (chaîne qui se détend, ou plutôt tendeur qui tend moins ...). Notez aussi que le turbo pourrait aussi être plus robuste. Voir ici ou
  • Chaîne de distribution : sur le 2.0, la chaîne vient gâcher un tableau qui est globalement positif. En cause les guides et tendeurs de chaîne placé côté habitacle (généralement sur les moteurs longitudinaux c'est en façade, derrière le radiateur). Et si le 3.0d est plutôt épargné, les 2.0 le sont beaucoup moins. Je constate pour ma part, et grâce à vos témoignages, des soucis sur le 116 ch, 143 ch, 177 ch, 184 ch (alors que normalement il était censé être corrigé) et 204 ch (plus rare cependant). J'ai quelques retours sur les 3.0d mais ils restent extrêmement limités, que ce soit pour le 231 comme pour le 245 ch. Les 258 et 265 ch sont logiquement corrigés avant leur sortie.
  • 35d : ce moteur a des soucis de distribution qui peuvent mener à la casse du moteur. On a aussi parfois un bruit de claquement qui annonce un souci de lubrification au niveau des paliers de vilebrequin, tout comme les nombreux turbos qui peuvent faillir et casser le moteur.
  • 40d : les casses moteur sont un peu trop élevées sur ce bloc L6 de BMW. Plusieurs causes, problème de lubrification et clapets  d'admission qui cassent. Dommage car tout le reste est viable (attention toutefois au Xdrive et l'arbre avant au niveau du cardan ..)

Pour ceux qui se poseraient la question vis à vis du 30d, sachez que sa carrière n'est pas parfaite (problèmes plutôt répartis sur le débitmètre, FAP, injection et turbo) mais qu'il s'avère toutefois plutôt correct dans l'ensemble (à la limite tout de même ..). Notons toutefois quelques soucis de clapets d'admission bien connu sur les plus vieilles versions ou encore l'éventuel problème de chaîne de distribution qui a fait grand bruit (pour ma part j'ai une 330d de 2006 que j'entretiens très moyennement et que je cravache, aucun souci en 15 ans même si mon seul cas ne reflète pas les autres).

A lire aussi :

Mazda / Skyactiv-d

Skyactiv-D 150 et 175 ch

Le bloc diesel du CX-5 connaît pas mal de problèmes récurrents.
On note un nombre anormal de joints de culasse altérés, il est donc assez fragile ou la gestion thermique du moteur est mauvaise.
Côté admission et échappement des cylindres, on note trop de problèmes liés aux soupapes ainsi que l'arbre à cames qui a tendance à générer de la limaille (qui finit dans le circuit de lubrification).
Les joints d'injecteurs sont aussi assez fragiles, ce qui peut mener à la formation de suies grasses qui peuvent finir dans le circuit d'huile (via joint du couvre culasse) et le boucher. Cela peut induire des casses de turbo dont la lubrification est plus cruciale qu'ailleurs. On note d'ailleurs pas mal de turbos cassés. Bref, la fiabilité de ce bloc laisse à désirer.
Enfin, les régénérations de FAP mènent souvent à une dilution de l'huile avec du gazole, ce qui contribue encore une fois à fragiliser le turbo et tous les organes qui nécessitent une huile visqueuse et non un mélange carburant / huile inefficace. La pompe à huile étant en plus fragile (ou plutôt la chaîne qui l'entraîne), il faut impérativement éviter de polluer le précieux lubrifiant.

TDI (Audi / Volkswagen / Seat / Skoda / Porsche)

Le champs des TDI est très large puisque le nombre de cylindrées et de déclinaisons est élevé. Vous allez voir que leur fiabilité n'est pas forcément supérieure aux moteurs français. On peut même dire que les TDI a pas mal de mauvais élèves ...

1.2 TDI

  • 1.2 TDI 75 ch : ce petit 3 cylindres diesel cumule pas mal de soucis de vanne EGR, filtre à particules et injection. Dans une moindre mesure il y a des soucis de turbo et distribution. N'oublions pas non plus les problèmes liés au circuit de refroidissement : consommation d'eau et pompe à eau qui fuit pour les principaux.

A lire aussi : fiabilité du 1.2 TDI

1.4 TDI

  • 1.4 TDI 80 ch : ce moteur a tendance à casser en raison d'un souci de lubrification, souvent lié à la pompe à huile ...
  • 1.4 TDI 90 ch : sans être catastrophique, le souci chronique de pompe à eau mène à des soucis qui prennent de l'ampleur, notamment des casses moteur ...

A lire aussi : fiabilité du 1.4 TDI

1.6 TDI

  • 1.6 TDI 75 ch : le plus dégonflé des 1.6 TDI n'est pas à la hauteur avec de nombreux problèmes de vanne EGR, filtre à particules et injection ...
  • 1.6 TDI 90 : le 1.6 TDI se fait remarquer en 90 comme en 105 chevaux avec toutefois plus de difficultés en 105 chevaux. En effet, le 90 chevaux se "limite" à des soucis d'injection, de vanne EGR et de FAP.
  • 1.6 TDI 105 : sa fiabilité est pire que le 90 chevaux avec un nombre très élevé de vanne EGR et d'injection défectueuses. Dans une moindre mesure, le turbo et le FAP posent aussi problème. Notez que les versions suivantes, 110 / 115 et 120 ch ne sont pour la moment pas vraiment mieux dotées ... En réalité la fiabilité des TDI modernes est bonne mais surtout à partir du 2.0 litres

A lire aussi : fiabilité du 1.6 TDI

1.9 TDI

  • 1.9 TDI 105 ch : Bien que ça ne fasse finalement pas vraiment partie du moteur, le couple volant moteur / embrayage ne tient pas la durée (un classique dans les années 2000). A cela s'ajoute des pépins bien plus sérieux de paliers de bielles fragiles, menant à la casse du moteur ... Si la réputation de bielles fragiles était attribuée au 115 ch (bruits de couloir), au final c'est le 105 ch qui a le souci
  • 1.9 TDI 110 ch : ce dernier n'a pas les soucis de volant moteur / embrayage de son homologue à 105 chevaux. Toutefois, les TDI 110 a de sérieux soucis au niveau du débitmètre (fumée et perte de puissance à la clé), du turbo et de la vanne EGR. Le 115 chevaux présente lui des problèmes similaires mais avec les soucis d'EGR en moins.
  • 1.9 TDI 115 ch : les turbos ont tendance à casser comme du verre sur cette déclinaison. Et aussi on cote un joint de culasse qui est particulièrement fragile
  • 1.9 TDI 130 ch : jusqu'ici, ce moteur avait une réputation plutôt solide. Cependant, et avec le temps, ses faiblesses font leur apparition avec comme principaux soucis le turbo, l'embrayage et la vanne EGR. Moins fréquents, les problèmes de volant moteur, de débitmètre et d'alternateur viennent toutefois achevé un tableau déjà pas très mirobolant.

A lire aussi : fiabilité du 1.9 TDI

2.0 TDI

  • 2.0 TDI 110 ch : celui-ci n'est pas vraiment fiable avec des soucis de FAP, volant moteur et vanne EGR principalement.
  •   2.0 TDI 136/140 : contrairement au 143 chevaux, ces versions de 136 et 140 ont des faiblesses notoires. Tout d'abord, il y a le soucis de culasse poreuse (pas le joint) connu sur les plus vieilles versions (surtout 140). Mais c'est surtout les soucis de turbo, de vanne EGR et de volant moteur qui posent soucis

A lire aussi : fiabilité du 2.0 TDI

D4D (Toyota)

  • 2.0 D4D 110 ch : les chiffres de ce moteur sont étonnement très mauvais ...
  • 2.0 D4D 126 ch : sans que cela soit la grosse catastrophe, le 2.0 DD 126 ch présente des soucis de vanne EGR et injection dans un premier temps. Vient ensuite les problèmes de turbo et de pompe à eau. A noter que ce moteur a une petite tendance à consommer de l'huile (mais pas seulement en 126 ch). Notez en revanche que le 124 ch est quant à lui très correct ...
  • 2.2 D4D 136 ch : avec une fiabilité assez ressemblante au 2.0 du dessus, ce 2.2 a des problèmes au niveau de la vanne EGR et de l'injection. Dans une proportion moindre, la pompe à eau, le joint de culasse et la consommation d'huile viennent vous pénaliser.
  • 2.0 D4D 150 ch : de très mauvais chiffres pour ce moteur : joint de culasse fréquent, injection problématique, consommation d'huile et enfin vanne EGR qui résiste mal aux suies
  • 2.2 D4D 177 ch : si ce moteur se révèle bien costaud en performances, sa fiabilité n'a pas été éblouissante.

CRDI (Hyundai / Kia)


  • 1.6 CRDI 48V : les versions vendues à partir de 2021 connaissent de gros soucis en raison d'un périphérique qui vient abimer le moteur. En effet, si le bloc en lui-même est très fiable, une mauvaise conception de l'alterno-démarreur provoque parfois un blocage moteur soudain quand la poulie de ce dernier pose problème. Cela a mené à de nombreuses casses moteur ...

CDTI (Opel)

  • 1.7 CDTI : mis à part la version de 130 ch qui est très fiable (la plus récente), les versions 100, 110 et 125 ch sont de véritables cauchemars
  •   1.9 CDTI 100 / 120/150 ch : celui là n'a pas été gâté par la nature, que ce soit en 100, 120 ou 150 chevaux. Vous avez été nombreux à venir témoigner de vos soucis qui sont divers et variés/ Parmi les principaux, il y a la vanne EGR (le premier soucis de loin), le couple volant moteur / embrayage (pas loin de l'EGR), le FAP, l'alternateur et l'injection. Il y a aussi quelques casses de turbo mais cela est un peu moins fréquent.
  • 2.0 CDTI 130 ch : vanne EGR et turbo sont les principaux problèmes récurrents, et les casses moteur ne sont en plus pas si rares
  • 2.0 CDTI 160 ch (et 163 ch) :cette version plus haut de gamme des moteurs CDTI, qui remplace le 1.9 de 150 ch, se révèle toujours aussi décevant ... Les principaux problèmes se situant au niveau de la vanne EGR, turbo et filtre à particules
     

JTD : (Alfa Romeo / Fiat)

  • 1.9 JTD 140 ch : ce moteur cumule les pépins de vanne EGR, de turbo et d'injection. Les sondes ont aussi tendance à être fragiles. La seul avantage se situe au niveau de la "non présence" d'un FAP ... Organe que va subir la version de 150 ch !
  • 1.9 JTD 150 ch : pas franchement jolie la fiabilité de ce bloc moteur. Il y a un peu de tout avec en premier lieu des soucis de vanne EGR et de FAP. L'injection et le turbo viennent aussi s'inviter chez le mécanos de temps à autres. L'embrayage est aussi une cause de soucis sérieux.
     

CTDI (Honda)

  • 2.2 CTDI 140 ch : dommage, ce bloc s'avère globalement fiable mis à part le nombre bien trop élevé de volant moteur et embrayage défectueux ...

TD Land Rover

  • 2.0 et 3.0 d / TD4 / TD6 : les diesels du groupe Jaguar / Land Rover sont pénalisés par des casses moteur chroniques dont l'ampleur dépasse ce qui pouvait être imaginé ... Plus d'infos via le lien de dessous
  • 3.6 TDV8 : ce moteur cumule un nombre de casses trop important. Plusieurs causes seraient liées à ces ruptures. Les principales sont les vanne EGR (qui perd des morceaux vers l'admission !) et les turbos (qui peuvent induire la même chose). Sachez qu'il n'est pas recommandé de prendre des diesel V8, ils sont trop peu diffusés pour être fiabilisés, et il s'agit souvent de bricolages (des V6 "rallongés" par une petite équipe d'ingénieurs).

A lire : la fiabilité catastrophique des diesel 2.0 et 3.0 Jaguar / Land Rover

Tous les commentaires et réactions


Ecrire un commentaire

Ce site est le vôtre ! Interrogation, complément d'information, conseil, anecdote etc... Toutes vos remarques sont les bienvenues.

Pseudonyme :


Mail * (non obligatoire) :


Votre commentaire :


* Soyez au courant des réactions sur votre commentaire. Il n'est pas obligatoire et restera confidentiel si vous l'indiquez.



Sondage au hasard :

Plutôt V6 ou L6 ?

Mon point de vue / Information complémentaire :
(votre commentaire sera visible sur la page de résultats)


Sur le même sujet

Nouveautés auto

Choisir une voiture

Fiabilité / Entretien

 

© CopyRights Fiches-auto.fr 2024. Tous droits de reproductions réservés.
Nous contacter - Mentions légales