Exprimez-vous !
Devenez testeur en jugeant votre auto !
Fonctionnement d'une auto

Choisir une voiture

Fiabilité / Entretien

Culture auto

Divers

Nouveautés auto

Avis auto

Outils pratiques



Dossiers-Conseils > Fonctionnement d'une auto > Amortissement piloté / suspension adaptative 03/12/2015

Suspension pilotée / amortissement adaptatif : fonctionnement


Avec toutes les techniques destinées à améliorer et perfectionner la suspension de nos voitures, il y a de quoi se perdre ... Ici nous allons voir ce que signifie une suspension dite pilotée (ou adaptative), un système plus répandu que la suspension active (pneumatique, hydropneumatique ou même hydraulique avec la suspension ABC de Mercedes) car moins chère à produire.
Plus exactement, il serait plus juste de parler d'amortissement piloté car ce sont les pistons d'amortisseur qui sont sous contrôle ici, et non pas la suspension (ressorts). Toutefois, sachant que les amortisseurs "pilotent" la suspension (vitesse de débattement de haut en bas), on peut indirectement dire qu'il s'agit d'une suspension pilotée ... Ceux qui n'ont pas beaucoup de notions sur la suspension doivent aller faire un tour ici.
Sachez aussi qu'un amortissement piloté peut être monté en parallèle d'une suspension pneumatique, et que c'est souvent le cas dans le haut de gamme. Ces deux systèmes ne sont donc pas opposables (ressorts pneumatiques et amortisseurs pilotés) puisqu'ils peuvent travailler ensemble et ont chacun un rôle différent.

Petit rappel sur ce qu'est un amortisseur


Un amortisseur est un piston composé de deux chambres remplies d'huile. Ces dernières communiquent par de petits orifices/canaux dans lesquels l'huile peut circuler (d'une chambre à l'autre donc).
Leur rôle est de modérer la vitesse de débattement des trains roulants, car le ressort n'est pas exemplaire en la matière ... Il faut donc bien comprendre qu'ils ne portent (suspendent) pas la voiture mais font le gendarme au niveau de le vitesse de débattement.
Prenons un exemple tout bête : la pompe à vélo. Cette dernière est constituée de deux parties imbriquées à la manière d'un piston. Je peux donc sans problème faire des allers-retours, comme avec un amortisseur. Toutefois, si je veux accélérer la cadence, je me rends compte que je ne peux aller trop vite car il faut tout de même un peu de temps pour que l'air s'échappe (le phénomène est d'autant plus important quand je gonfle ma roue). Il y a donc une petite résistance qui arrive quand je commence à aller vite au niveau des vas et viens.
Et bien l'amortisseur fait la même chose sauf qu'ici, dans le cas d'amortisseurs pilotés, la résistance va pouvoir être modulée. Voyons quelques techniques qui permettent de le faire.

Que peut faire et à quoi sert une suspension pilotée ?


Au delà de pouvoir régler le tarage de suspension et donc d'adapter le confort, le système électronique en profite pour aller beaucoup plus loin ... En effet, pouvoir changer en une fraction de seconde les lois d'amortissement de chacun des amortisseurs permet de faire énormément de choses ...
Voici les principales :

  • En virage, le tarage de suspension se rigidifie sur le côté qui s'écrase afin de limiter justement l'écrasement de l'auto sur ses appuis. Du coup, la voiture aura tendance à limiter le tangage et le roulis.
  • Sur route dégradées, le système adoucie et rigidifie plusieurs fois par secondes chaque amortisseur. De ce fait, grâce à un calculateur, les amortisseurs sont réglés à la volée pour limiter les secousses et les mouvements de caisse de haut en bas. D'ailleurs, tout est fait pour que l'auto reste le plus doit possible avec le fameux effet Skyhook
  • La sécurité est accrue en cas de manoeuvres brusque de type évitement. En effet l'ESP et l'ABS fonctionnent avec la suspension pour optimiser encore plus la manière dont va se comporter l'auto. Le système permet donc de changer la loi d'amortissement selon le niveau d'enfoncement du piston. Si par exemple je suis plus près de la butée, il est préférable que l'amortissement se rigidifie encore plus. Bref, la progressivité de l'amortissement peut être modulée et contrôlée à la volée, selon la situation et le niveau d'écrasement de la suspension. On a alors affaire à une suspension intelligente qui réagit selon le contexte, et non pas un dispositif passif qui réagit toujours de la même manière quelque soit les conditions.

Exemple



Dès que l'une des roues "percute" une imperfection, le système réagit au quart de seconde pour adapter le tarage de l'amortisseur. Ici, le système assouplit l'amortisseur pour que l'on ressente moins la bosse. Cependant, si cette dernière est trop grosse, l'amortissement sera rigidifié avant que vous ne touchiez la butée. L'auto sera alors tout de même secouée, mais il n'y a pas vraiment le choix si on veut éviter de casser quelque chose.

Système d'amortissement piloté magnétique

Vous l'aurez compris, le but ici est de pouvoir moduler la résistance du débattement du piston d'amortisseur en modulant le flux d'huile qui va de haut en bas. Plus on le limite, plus l'amortissement est sec.
Ici, les ingénieurs ont été très malins (comme souvent) puisqu'ils ont eu l'idée d'ajouter à l'huile des particules magnétisées. Grâce à des électroaimants (aimant qui s'active grâce à l'électricité) placés dans les canaux de circulation, on peut régler la vitesse du débit. Plus il y a de jus, plus l'aimant est puissant, ce qui aura une influence d'autant plus forte sur les particules présentes en suspension dans l'huile. Les schéma du dessous l'illustre.




L'alignement des particules magnétiques permet de boucher plus ou moins intensément les conduites, et donc de rendre plus ou moins rigide le piston au niveau du débattement

Système d'amortissement adaptatif par vanne

Le principe est le même sauf qu'ici on ne modifie pas la fluidité du liquide grâce à des particules métalliques. En effet, il s'agit tout simplement de contrôler de petites vannes placés dans les canaux de circulation. Il s'agit donc tout bêtement d'ouvrir ou de fermer plus ou moins des petits robinets.
Plusieurs dispositions existent, comme toujours ...

Système 1


La vitesse du débit est effectuée par le compartiment situé à gauche. Dans celui-ci passe une partie de l'huile et il suffit d'y intégrer un système de vannes pour moduler la vitesse à laquelle l'huile pourra passer de bas en haut.


Système 2


Cette fois, les vannes sont intégrées dans le piston d'amortisseur. Je rappelle qu'elles sont contrôlées par l'électronique même si cela n'est pas clairement indiqué sur le schéma.

Vos problèmes signalés

Voici des témoignages pris automatiquement des avis postés sur les fiches essais du site.

Mercedes GLC (2015)



350e Hybride 320 ch 02/2017 8000 kms : alerte batterie à 7800 km au tableau de bord puis impossible de redémarrer pendant 1/2 heure Sans doute bug logiciel. Claquement suspension à l'arrière gauche (sans doute suspension pneumatique pilotée) disparu après 7000 km

BMW X5 (2000-2007)



3.0 d 218 ch BVA 135000 KM FIN 2006 FULL OPTIONS : suspensions pilotées . Electroniques . Toit ouvrant . Odeur de gaz d'échappement dans l'habitacle

Peugeot 407 (2004-2010)



2.7 HDI V6 204 ch 30/2008, 102000km, Féline : remplacement store occultant de toit panoramique ( 68000km ) , capteur de pression pneumatique ( 69000 km) , boitier volets clim bizone ( 75000km ), les 2 suspensions pilotées arrière ( 90000km ), MP3 défaillant ( 90000km ), galet tendeur courroie accessoire ( 92000km ), bougie de préchauffage cassées dans culasse lors de leur remplacement ( 100000km ) et pour finir 102000km moteur HS, devis remplacement moteur 9000€ H.T. et hors main d’œuvre !!!! et jamais aucune participation de la part de Peugeot malgré un entretien régulier en concession !!!!

Mercedes CLS (2004-2010)



55 AMG 476 ch 110000, 2005, AMG : Le 55 AMG est un moteur très costaud je l'ai reprogrammé à 540ch et vitesse débride et aucuns problèmes à signaler, c'est l'airmatic le gros point noir de ce genre de voiture (la suspension piloté et ses revers), mais sur ce modèle le problème se fait réellement ressentir vers 150 000km et pour l'instant j'ai déjà des signes de fatigue. Le freinage est puissant et relativement endurant (sur route) ceci dit le remplacer coûte un bon 2000 euros minimum. Les pneumatique sont changés tous les 10 000km en conduite sportive.

Peugeot 407 coupe (2005-2011)



2.0 HDI 163 170000, 2010, GT : amortissement piloté (sous garantie)

Audi Q7 (2006-2014)



6.0 TDI 500 ch 110000, 2008, AVUS : Petite mise à jour de la boite, entretien courant élevé, suspension pilotée qui souffre.

Mercedes ML 2 (2005-2011)



63 AMG 510 ch 143000, 2008, 63 AMG : la boite 7G a du mal a trouver le bon rapport sur autoroute (le couple doit être trop important pour la boite) et cette saloperie de suspension pilotée qui rend l'âme vers 120 000km un défaut très connu qui fait toujours son petit effet dans le budget entretien (compter + de 2000 euros sans MO), le 63 AMG coûte un bras à entretenir contrairement au 55 AMG.

Audi A4 (2001-2007)



RS4 420 ch 86000, 2007, RS4 Avant : encrassement des culasses dû à l'injection directe qui dégrade la puissance (presque 20% de perte une RS4 sort rarement plus de 380ch réel d'origine !), problème boite manuelle émetteur et récepteur embrayage, plusieurs fuites sur l'amortissement piloté DRC (dynamic ride control), amortisseurs fragiles en conduite sportive (2260 euros les amortisseurs hors M.O)

BMW Serie 5 (2003-2010)



525d 177 ch 128000 kms, 2005, Excellis : 3 problemes importants rencontrés en 90000 kms1- Poulie damper HS (courroie climatiseur hs, courroie alternateur hs)à 111000kms, avec panne immobilisante du véhicule en retour de vacances.Cout 1400€ avec changement de batterie.2- Compresseur de suspension arriere (modele Touring E61)à 121000kms. Vehicule roulable mais à tres faible vitesse (plus de suspension)Cout 1000€3- Module CCC HS à 126000 kms(pilote la radio, l'ordinateur de bord, le GPS, etc...). Véhicule roulable mais confort diminué...Cout en cours de traitement...

Peugeot 607 (2000-2011)



3.0 V6 210 ch 135000 km² année 2001 : bobines Et petits pbs électroniques définitivement réglés pendant la garantie. amortisseurs pilotés arrières à 130000 très coûteux.

Mercedes ML 2 (2005-2011)



500 300 ch 85000 decembre 2006 : reducteur, airmatic (suspension pilotée), accessoires plastiques cassent, leve vitres, aerateurs

Peugeot 607 (2000-2011)



3.0 V6 210 ch 109000 : lève vitre- échangeur liquide de refroidissement- suspension pilotée défectueuse

Opel Zafira 2 (2005-2014)



1.9 CDTI 150 ch 100000 : vanne egr, embrayage de compresseur de clim, pompe a vide,claquement au niveau des amortisseurs pilotés ,

Tous les commentaires et réactions

Dernier commentaire posté

Par Rachid (Date : 2016-10-12 20:54:03)

merci bien pour tout


(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Aucun commentaire n'a encore été écrit, soyez le premier : rendez-vous en bas de page.


Quelque chose à ajouter ?

Ce site est le vôtre ! Interrogation, complément d'information, conseil, anecdote etc... Toutes vos remarques sont les bienvenues.

Pseudonyme :

Mail* :

Commentaire sur cet article :



* Soyez au courant des réactions sur votre commentaire. Il n'est pas obligatoire et restera confidentiel si vous l'indiquez.


Sujets relatifs à : Fonctionnement d'une auto

 


© CopyRights Fiches-auto.fr 2017. Tous droits de reproductions réservés.



>> Nous contacter - Mentions légales




Fiches-auto.fr : Conseils et infos pour l'achat et la vente de voitures d'occasion. Fiches auto, essais, tests (fiabilité, consommation, les plus, les moins)