Dossiers-Conseils > Fonctionnement d'une auto > Principe du starter 15/02/2018

Principe du starter


Surtout connu de nos parents car il était manuel, le starter est un procédé qui consiste à aider le fonctionnement du moteur et accélérer la chauffe lorsqu'il est froid. Voyons ce principe.

Quelles sont les problématiques à froid ?


Un moteur froid a un peu plus de mal à fonctionner pour plusieurs raisons. Tout d'abord, la fraîcheur régnant dans les cylindres détériore la capacité du carburant à être brûlé. La vaporisation du carburant est plus difficile dans ces conditions puisqu'il va alors se condenser plus facilement sur les parois du cylindre (il peut alors être difficile à brûler), l'idéal étant qu'il reste en suspension dans l'air sous forme de micro gouttelettes avant d'être enflammé (et un peu de chaleur aide à cela). Il faut alors envoyer un peu plus de carburant, c'est à dire augmenter la richesse, pour compenser cette perte liée à la condensation.
L'huile plus épaisse rend aussi la lubrification moins performante, ce qui accroît la résistance de frottement des pistons (ou plutôt des segments) et donc leur difficulté à faire des allers-retours, il faut alors compenser en augmentant aussi un peu le régime moteur (un peu plus de carburant ne fait aussi pas de mal car il lubrifie un peu les parois).


Starter sur essence uniquement ?


Une chose est certaine, la richesse (rapport entre quantité d'air et de carburant) ne peut se moduler que sur un moteur essence puisque les diesels fonctionnent en excès d'air : ces derniers n'ont pas de papillon, accélérer consiste à augmenter la quantité de carburant qui arrive dans les cylindres et c'est tout. Sur un moteur essence on joue sur la quantité d'essence et la quantité d'air, on peut donc changer les proportions entre l'un et l'autre avec un rapport idéal de 14.7/1 (air/carburant), et donc enrichir ou appauvrir le mélange. La richesse est indiquée au calculateur via la sonde lambda, et c'est aussi pour cela que les moteurs essence consomment bien plus à froid (la richesse, donc le carburant par rapport à l'air, est accru).
Malgré tout, les diesels ont bel et bien une sorte de starter afin d'améliorer les démarrages à froid. Il va cependant jouer sur le régime moteur (donc temps d'injection / quantité injectée à chaque cycle) uniquement, il s'agit donc seulement d'augmenter légèrement le régime. Sur certaines autos, cela consiste en plus à modifier le moment d'injection, donc l'instant où sera injecté le carburant. Ca ne va pas plus loin même si il ne faut quand même pas oublier les fameuses bougies de préchauffage qui aident grandement les diesel à injection indirecte (c'est moins important sur les injection directe haute pression).





Fonctionnement du starter et les différentes techniques

Selon la technique (et donc l'âge) de votre auto la méthode du starter ne sera pas la même, voyons donc la différence entre un système à carburateur et un autre à injection électronique. Bien entendu nous ne parlons ici que de moteur essence ... N

Starter sur carburateur


Pour augmenter la richesse avec un carburateur, il va falloir généralement utiliser une tirette manuelle (il existe toutefois des systèmes automatiques). Cette tirette va enrichir le mélange en augmentant le débit de carburant ou en réduisant le débit d'air par rapport au débit de carburant (l'un et l'autre revenant au même, il s'agit de changer le rapport comburant/carburant, mais ça peut varier d'un type de carburateur à l'autre dans le procédé). A cela s'ajoute une ouverture un peu plus importante du papillon afin d'accroître le régime.

Starter électronique sur moteur moderne à injection


Sur les moteurs modernes les choses sont finalement plus simples à comprendre. Le calculateur s'informe des conditions de froid par le biais de plusieurs capteurs, notamment ceux de la température d'eau et d'air.
Ainsi, il va alors juger si il est nécessaire d'accroître la richesse du moteur en augmentant les doses injectées dans les cylindres par rapport à l'air admis. On va parfois avoir droit à un régime accéléré (que les conducteurs de supercars aiment beaucoup car le moteur fait plus de bruit à ce moment là), cela se fait donc par le contrôle du volet du boîtier papillon (dans le cas d'un papillon motorisé moderne) ou par le moteur pas à pas (régulateur de ralenti) situé sur le boîtier papillon (quand il s'agit d'un accélérateur à câble).
Au bout d'un certain temps, ou d'une température atteinte, le calculateur va arrêter de trop enrichir le mélange et va donc revenir à des niveaux stoechiométriques normaux.

Tous les commentaires et réactions




Quelque chose à ajouter ?

Ce site est le vôtre ! Interrogation, complément d'information, conseil, anecdote etc... Toutes vos remarques sont les bienvenues.

Pseudonyme :



Mail * (non obligatoire) :



Commentaire sur cet article :




* Soyez au courant des réactions sur votre commentaire. Il n'est pas obligatoire et restera confidentiel si vous l'indiquez.



Vous sentez-vous trahi par l'Etat qui a incité le diesel puis l'a interdit en ville

Mon point de vue / Information complémentaire :
(votre commentaire sera visible sur la page de résultats)



Devenez testeur en jugeant votre auto !
Fonctionnement d'une auto

Choisir une voiture

Fiabilité / Entretien

Culture auto

Divers

Nouveautés auto

Avis auto

Outils pratiques

 

© CopyRights Fiches-auto.fr 2018. Tous droits de reproductions réservés.


>> Nous contacter - Mentions légales
Fiches-auto.fr : Conseils et infos pour l'achat et la vente de voitures d'occasion. Fiches auto, essais, tests (fiabilité, consommation, les plus, les moins)