Autres thèmes pertinents :
Dernière modification 28/12/2018

Quand a été l'âge d'or de l'automobile ?


Vague question dont chacun aura une réponse toute personnelle. En effet, selon les sensibilités chacun aura sa propre idée de l'âge d'or de l'automobile. Je vais donc éviter d'apporter une réponse bien arrêtée et on va se limiter ici à réfléchir sur le sujet.

Age d'or ?

Un âge d'or est une période où les choses ont été les plus favorables pour un domaine, et donc ici l'automobile. L'expression provient des différents âges de l'humanité, avec donc un apogée pour l'or. Il y a toutefois plusieurs aspects dans ce domaine et chacun y verra donc ceux qu'il préfère : liberté (pas de ceinture, pas de point, excès pas trop sanctionnés etc.), mécanique (dépendra selon qu'on aime l'efficacité ou les gros moteurs), design, technologies embarquées, sécurité, confort ... Bref, chaque époque a ses avantages et inconvénients, essayons donc de voir certaines d'entre elles.
Pour ma part, mon âge d'or est celui qui réunit le plus de compromis, avec en priorité le rapport plaisir / performances (j'y reviens plus tard).

Age d'or automobile : le confort

Quand il s'agit de parler de confort, on peut dire que l'époque récente n'est pas forcément des plus favorable. En effet, les autos actuelles (mis à part les véhicules de luxe à suspension pneumatique) sont  devenues plus raides qu'auparavant, pour favoriser le comportement et la sensation de contrôle du véhicule (en gagnant du poids, cela a aussi favorisé la raideur des suspensions, pour éviter trop de ballottements). Dans les années 80 et même avant, les suspensions et barre anti-roulis étaient largement plus conciliantes quitte à "offrir" un joli roulis en conduite dynamique. Donc grosso modo, on peut dire que l'âge d'or du confort de suspension s'est étalé des années 70 aux années 90 (bien évidemment, si des avis diverges qu'ils n'hésitent pas à se manifester en bas de page). A lire aussi : les variables liées au confort de suspension (vous allez voir qu'il y en a plus que ce que vous imaginez).


Age d'or automobile : la liberté

Il n'y a pas ici d'époque particulière, mais plutôt un fait : plus on remonte dans le temps plus les libertés au volant étaient nombreuses. Dans les années 70, conduire un peu "bourré" à 160 km/h sur autoroute n'était pas un drame, aujourd'hui vous seriez catalogué comme criminel (et c'est pas faux, même si 160 km/h sur autoroute ne me paraît pas très dangereux, c'est plutôt l'alcool qui pose problème ici même si il y a plusieurs degrés d'alcoolémie).
Idem pour la ceinture de sécurité, sans oublier que la perte de points n'était pas possible puisqu'il n'y avait pas de point sur les permis justement (on est nombreux à le regretter).
On pouvait aussi stationner sans contrainte (paiement, durée limitée ...), rouler vers les grandes agglomérations sans s'engluer dans les bouchons. Bref, c'est l'époque des légèretés et libertés, qui a tout de même coûté assez cher en terme de quantité de morts sur la route.
Aujourd'hui des milliers de radars nous surveillent, on ne peut plus circuler où l'on veut, on ne peut plus choisir le moteur qu'on veut (même si c'est pertinent pour nos besoins !), on voit les limitations (déjà basses) encore baisser, le contrôle technique vous recale parfois pour des futilités, on doit payer des malus sur à peu près tout ce qu'on achète, le carburant se vend à prix d'or etc.


Age d'or automobile : la technologie embarquée

Ce paragraphe n'a que peu d'intérêts puisque plus on avance plus on est doté en équipements intérieurs, donc c'est bêtement la voiture la plus récente qui aura le plus de dotations sur ce chapitre ... C'est même devenu un levier pour inciter les gens à prendre des finitions plus élevées. La Mercedes Classe A II est un bon exemple : dans les premiers niveaux de finition on vous colle des écrans ridiculement petits qui viennent carrément défigurer la planche de bord. Résultat, on pousse le client à faire un chèque (ou payer une mensualité) plus généreux.

Age d'or : comportement routier

C'est à partir des années 2000 que le réglage des châssis a commencé à se faire plus rigoureux. Car si la tenue de route n'a pas forcément progressé de manière spectaculaire (c'est avant tout lié aux gommes et à la géométrie), les véhicules sortis à partir de cette période se sont dotés de réglages d'amortisseurs plus virils. Résultat, mis à part certaines Citroën, on a globalement des autos qui tanguent moins et qui se désunissent moins en conduite sportive. C'est aussi une époque où apparaissent en option les fameux châssis sport (Pack M, S-Line,
Les voitures les plus modernes commencent toutefois à être pénalisées par deux facteurs : la réduction de la largeur des pneus (objectif WLTP) et le surpoids lié aux nombreux équipements (et cela malgré quelques efforts pour réduire la masse : WLTP encore une fois. Mais sachez que les réductions de poids indiquées sont généralement optimisées de manière un peu douteuse).
A lire aussi : les facteurs qui influent sur le comportement routier / tenue de route.


Age d'or : les médias

Si il y a peu nous étions encore limité à regarder trois à quatre émissions TV, on peut désormais dire que le choix a explosé ! Pas tant que le nombre d'émissions a été multiplié, mais plutôt que des médias alternatifs ont vu le jour, avec notamment une offre qui est devenue pléthorique. Je pense évidemment à Youtube qui profite désormais de dizaines de chaînes auto aussi diverses que variées. Du millionnaire qui s'expose aux casse-cou qui font le spectacle en passant par les journalistes indépendants, on peut dire que tous les goûts et couleurs seront comblés. Bref, de quoi ringardiser les émission TV ... Trop consensuel, trop opaque en ce qui concerne leurs avis (souvent biaisés par des contrats commerciaux avec des marques ou même par des ententes "amicales" intéressées) je n'ai tout simplement plus l'envie de suivre la "propagande" (le mot est un peu fort je vous l'accorde).
Bien évidemment tout n'est pas parfait chez les Youtubers qui sont eux aussi parfois limites en terme d'honnêteté et de transparence. Ils sont même parfois un peu plus faciles à acheter puisque justement ils sont plus sensibles aux propositions financières (ils ont déjà tellement de mal à vivre avec le peu que Youtube leur redistribue !).
Bref, on est à un tournant, un peu comme l'est la presse papier.

Age d'or lié à la diversité des styles

La diversité ... Un mot assez généraliste qu'il faut que je décrive plus précisément. Il s'agit tout bêtement de la diversité des styles que l'on peut observer au niveau carrosserie et habitacle.
Et il me semble que cette diversité a tendance à disparaître au profit de conceptions plus normalisées et uniformisées. Observez à quel point tous les habitacles et carrosseries se ressemblent aujourd'hui. L'identité ne se joue aujourd'hui qu'à quelque traits de différences.
Sur les voitures plus anciennes, on pouvait constater d'énormes disparités dans l'agencement des habitacles ou encore au niveau de la mécanique. Chaque constructeur avait sa propre idée des choses et cela conférait beaucoup de personnalité aux voitures.
Aujourd'hui tout est ultra rationalisé avec la multiplication des partages (châssis, commandes, multimédia etc.).
Plus on va loin en arrière, plus on voit des distinctions marquées entre les voitures,
Avouons malgré tout que l'époque actuelle est favorable au niveau du choix, le nombre de carrosserie a explosé : berline, berline coupé, coupé 4 portes, SUV, SUV coupé, croisements complexes comme la Série 6 GT etc. Hélas, entre deux marques les ressemblances sont très importantes et cette multiplications des segments n'offre finalement qu'un légère diversité supplémentaire (loin de celle des années 60 !).


Style / design

On est ici dans la plus pure subjectivité, ce sera donc un avis qui risque de m'être personnel (n'hésitez pas à me contredire en bas de page).
Mais en ce qui me concerne, je trouve les voitures des années 50 et 60 particulièrement élégantes et spectaculaires. De véritables oeuvres d'art roulantes qui décoraient les rues, avec en plus une sacré diversité (pas de norme de sécurité, et plus généralement pas de grosses contraintes techniques et légales). Quand on voit les galbes et les rondeurs qu'elles arboraient il y a de quoi presque regretter d'être un homme "moderne".
Le style actuel est bien plus orienté vers des formes fuselées qui auraient été travaillées par le vent (un peu vrai, la soufflerie a son mot à dire), et si c'est plutôt très joli, je regrette que certains modèles abusent d'appendices aérodynamiques inutiles qui rendent les autos parfois un peu puériles. Par exemple, une BMW Série 8 II me semble un peu trop tarabiscotée, le genre d'éléments de style qui laissent penser que l'auto a été dessinée par un gamin qui a trop joué aux Transformers ... A un certain stade du luxe, le mot élégance me semble vital, et surjouer les traits me paraît un peu immature (certains arrivent à se contenir, comme Porsche par exemple).
Pour finir, il semble que la pire période soit celle des années 80, périodes qui a connu bon nombre d'automobiles affadies qui n'ont comme design que quelques courbes rectilignes froides et sans charme.






"Mon âge d'or"

En ce qui me concerne, l'âge d'or automobile implique un moment qui réunit tous les compromis. Et pour ma part cette époque reste le coeur des années 2000 voire un petit bout des années 2010 (le début). C'est l'époque qui réunit un grand savoir faire technique tout en gardant une liberté d'agir encore importante.

Style

La conception était alors déjà entièrement assistée par ordinateur, ce qui permettait d'obtenir des châssis et moteurs d'exception et surtout on pouvait enfin libérer les designers : cela se voit largement au niveau du style des autos, la conception par ordinateur et l'avancée technique au niveau de la fabrications des pièces évite désormais d'avoir des autos carrés qui se construisent comme des Lego (et qui limite donc les possibilités au niveau du style). Et d'ailleurs vous remarquerez qu'on tourne un peu en rond depuis tout ce temps, car cela fait 20 ans que les designers ont les mains totalement libres et qu'ils peuvent assouvir leur créativité. En gros, c'est la technique qui faisait évoluer le style jusqu'à la fin des années 90, depuis il n'y a plus de limite et les designers doivent donc redoubler de créativité pour se renouveler (ils font aussi en sorte de rendre les styles périssables avec des effets de mode, le but étant de rendre obsolète le nouveau modèle qui sort. Et après on se demande pourquoi la planète est ravagée par nos déchets ... Renouveler pour renouveler fait tourner un système monétaire imaginaire qui a hélas des effets réels sur les choses réelles. Vous noterez qu'on fait croire àa la population que changer d'auto régulièrement est bon pour la planète puisqu'elle consommera moins, en réalité on est très loin de ces bilans utopiques, le NEDC ayant largement participé à la propagande).  Notons quand même rapidement que les normes de sécurité viennent largement entacher cela puisque les museaux doivent être conçus pour percuter le moins durement possible les piétons. Voilà pourquoi les autos se ressemblent de plus en plus au niveau des proportions de l'avant, sans oublier évidemment les contraintes en termes d'aérodynamique.


La Continental GT de 2003 montre à quel point le design auto est arrivé à maturité depuis déjà 15 ans. Depuis on fait vieillir artificiellement le design des générations précédentes ... Et si le design est allé vers quelque chose de plus anguleux, il a désormais tendance à revenir vers les rondeurs

Mécanique et agrément

Niveau moteurs on avait déjà des choses très intéressantes, et surtout ils n'étaient pas harcelés par les contraintes environnementales (qui s'acharnent d'ailleurs bien plus sur les autos des citoyens que sur les moyens de production et d'acheminements des multinationales ...). De ce fait, je préfère par exemple les mécaniques des F430 et 458 Italia plutôt que celle d'une 488 GTB bien que ce moteur soit extrêmement puissant. Bref, je ne fais que refléter une tendance nette : les amateurs de moteurs préfèrent généralement les atmosphériques aux suralimentés pour des raisons de sonorité et de possibilités accrues en termes de régime moteur. Avouons quand même que le couple est généralement plus important en bas régime sur les moteurs suralimentés, avec un creux en bas régime moins perceptible (qui implique aussi une consommation moindre puisque les hauts régimes sont moins nécessaires pour obtenir de la puissance). Sur les voitures de monsieur tout le monde, les moteurs essence de coeur de gamme n'étaient pas foudroyants mais ils étaient généralement plus ronds et souples que certains trois cylindres modernes (on avait aussi droit à des rapports de boîtes qui mettaient largement plus en valeur le moteur).
Enfin, les assistances étaient toutes hydrauliques, ce qui favorisait encore une fois le feeling de la direction. Mais il faut quand même avouer que ça s'améliore un peu sur les électriques bien qu'on ne puisse retrouver le naturelle d'une version hydraulique.


Moteurs au top (ici V8 atmo) et style qui reste d'actualité, les années 2000 sont au top

Qualité

Les années 2000 c'est aussi un moment qui a été favorable à la qualité de finition, les matériaux sur les premiums étaient en effet parfois meilleurs qu'aujourd'hui. Car si les intérieurs actuels sont plutôt bien finis et très modernes, si on gratte un peu on se rend compte que la qualité des matériaux employés a un peu baissé, tout comme le calibrages de certains éléments (tout est plus fin, ça sonne un peu creux ...). Des études plus sérieuses comme avec l'Automobile Magazine (qui démontaient entièrement quelques autos) ont montré cette tendance (j'ai le souvenir sur les Audi A4 B7 et B8 qui avaient été comparées). Bref, aujourd'hui on cherche plus à vous en mettre plein les yeux qu'à vous en offrir vraiment ... Ce constat est particulièrement bien incarnée par certaines Audi haut de gamme modernes : Q8 / A7 II. Elles arborent des intérieurs très futuristes mais au niveau matériaux ça ne vaut franchement pas grand chose. Les concepteurs d'habitacles sont désormais des illusionnistes qui favorisent le rapport coût de revient / qualité perçue.
Aujourd'hui on en met plein les yeux au niveau des écrans, mais en ce qui concerne le "réel" on l'économise largement ... Les habitacles des Tesla Model 3 ou Classe A II en sont de beaux exemples, c'est ultra dépouillé au niveau matériaux et on compense on accrochant une banale tablette tactile qui ne vaut plus grand chose en termes de coût de revient. J'ai comme l'impression qu'on nous la fait à l'envers non ?
Le pire est que ça marche, les regards sont comme aspirés vers les écrans, et les gens passent à côté du reste sans se rendre compte que ce n'est pas si génial que ça au final. Les éclairages d'ambiance aident aussi à faire passer des intérieurs moins réussis qu'auparavant, tout comme les faux matériaux qui cherchent à imiter carbone et aluminium (en réalité c'est généralement du plastique pour jouet ...).
A l'époque on surjouait moins mais on en offrait vraiment pour son argent : plastique moussé épais et matériaux de qualité sans obsession de l'économie de bout de chandelle (sauf modèles conçus dans cet optique de prix, comme la Twingo 1 par exemple. L'antenne était placée devant pour limiter la longueur du fil ...).

Technique

Si on cherche parfois à nous faire croire que les châssis actuels sont incomparables avec ceux d'il y a 15 ans, dans la réalité c'est un peu des "foutaises". Sachez bien que la géométrie des trains roulants et les techniques liées aux liaisons au sol sont maîtrisées depuis des lustres ... On a absolument rien inventé depuis si ce n'est des accessoires supplémentaires : barre anti-roulis active, généralisation des amortissements pilotés et suspension pneumatique, Torque Vectoring et roues arrière directrices (elles étaient déjà directionnelles sur de simples autos comme les Xsara ou Xantia, malgré leur train arrière de torsion rudimentaire) pour les principales.
De plus, si on prend exemple une Golf 5 de 2003, sachez qu'elle bénéficiait de série d'un train arrière multibras. Une Golf 7 pourtant plus moderne n'en profite que sur les moteurs supérieurs à 130 ch. Encore une fois, les économies s'invitent de plus ne plus dans nos voitures, surtout que certains marchés sont en crise (on en sait quelque chose nous Européens ...).
Et pour ma part je préfère avoir des trains roulants aboutis plutôt que des écrans multimédias qui deviennent obsolète en 6 mois (j'exagère mais à peine ...).

Tous les commentaires et réactions


Ecrire un commentaire

Ce site est le vôtre ! Interrogation, complément d'information, conseil, anecdote etc... Toutes vos remarques sont les bienvenues.

Pseudonyme :


Mail * (non obligatoire) :


Votre commentaire :


* Soyez au courant des réactions sur votre commentaire. Il n'est pas obligatoire et restera confidentiel si vous l'indiquez.



Sondage au hasard :

Quelle marque française pourrait concurrencer le luxe allemand ?

Mon point de vue / Information complémentaire :
(votre commentaire sera visible sur la page de résultats)


Sur le même sujet

Nouveautés auto

Choisir une voiture

Fiabilité / Entretien

 

© CopyRights Fiches-auto.fr 2024. Tous droits de reproductions réservés.
Nous contacter - Mentions légales