Autres thèmes pertinents :
Dernière modification 04/06/2022

Les hypocrisies du monde de l'auto

Comme dans tous les secteurs d'activité, certains faits mettent en avant les côtés les plus obscurs du système. Voyons ensemble quelques uns des faits les plus marquants.

Reprogrammation (partiellement) interdite ?


Censée être illégale pour la circulation sur route ouverte, la reprogrammation semble aujourd'hui être un business rentable. Les reprogrammateurs de calculateurs, dont le but est d'accroître la puissance (le fameux stage 1), se sont en effet multipliés. L'activité qui consiste donc à rendre les autos "impropres" à la circulation semble donc largement tolérée par les autorités ... Vous avez dit hypocrisie ?...
Bien entendu je n'ai rien contre ces professionnels, ils permettent de libérer des moteurs qui ont souvent été bridés artificiellement par les marques afin de construire leurs gammes tarifaires.

Emissions de CO2 émises "officielles"


On le sait tous, et j'en parle plus loin dans l'article, les écarts consommations entre la théorie (le banc de test d'homologation) et la réalité se sont accrus avec le temps, à savoir que les autos consomment bien plus en vrai à cause de la procédure d'homologation qui est devenue farfelue (un peu moins pire en WLTP mais ça reste quand même tiré par les cheveux). Le souci est que les émissions de CO2 globales estimées par les états se basent sur les émissions théoriques (celles qui servent à déterminer les malus) ... On a donc des bilans qui sont plutôt positifs, avec une baisse généralisée du CO2 alors qu'on peut clairement constater au niveau micro et individuel que ce n'est pas le cas. Et donc si les états s'enorgueillissent d'arriver à faire baisser les émissions avec ces documents bidons, la réalité semble donc plus sombre. L'hypocrisie est dans le fait que tout cela se devine facilement, et que s'appuyer sur des chiffres théoriques et minorés n'est pas très honnête ni intelligent (sauf si un homme de pouvoir veut faire croire que sa politique porte ses fruits, de manière trompeuse et hypocrite donc).

Egalité du prix essence / diesel


 

Alors là dans le genre entourloupe pas très discrète et malhonnête on atteint des sommets, à savoir l'alignement prévu entre prix de l'essence et du diesel. Le but était donc, et ce n'est finalement pas plus mal, de mettre sur un même pied d'égalité ces deux carburants (surtout depuis que le diesel est mis en accusation). Cependant, avoir fait monter l'un pour rejoindre l'autre n'a pas de logique (ou plutôt honnête), si ce n'est de vous faire les poches un peu plus en profondeur encore.
Le pire étant qu'il y a plus de diesels en circulation à ce moment là (encore le cas mais pour plus très longtemps semble-t-il), ce qui a du faire bondir les rentrées en terme de taxes.

Etre honnête aurait consisté à aligner les prix sur une moyenne intermédiaire entre les deux carburants, à savoir une montée des prix du gazole et une baisse de ceux de l'essence. Mais l'Etat ne veut plus que vous consommiez des matières fossiles, alors il agit telle une anguille, avec beaucoup d'hypocrisie ...

Des moteurs rendus propres ?


On nous parle de filtre à particules, préchauffage actif à froid, catalyseur SCR / Adblue, vanne EGR etc... Ces dispositifs réduisent largement les émissions de polluants divers et variés c'est une certitude. Toutefois, leur durabilité est si précaire qu'il ne s'agit là que d'un pansement très éphémère. Car au delà des 100 000 km, et même bien avant pour les FAP par exemple, on est souvent dans une situation de dysfonctionnement général de toutes ces choses.
Et comme cela coûte cher et que l'auto a alors perdu beaucoup en cote, les particuliers n'entretiennent pas ou même pire éliminent les dispositifs un par un.
Et donc si en théorie tout semble être parfait, dans la réalité concrète on constate que ça ne dure que peu de temps. Même pire, quand ils dysfonctionnent certains de ces organes rendent les moteurs encore plus polluants que si ils n'en disposaient pas.


Voitures (exagérément ?) diabolisées

Il arrive parfois que certains faits chiffrés fassent voir les choses d'une manière totalement nouvelle. C'est le cas de celle qui suit : 20 cargos pollueraient plus que l'ensemble des voitures sur Terre (et un cargo équivaudrait aux émissions de 50 millions de voitures) ... Vous avez bien entendu, je n'ai pas dit 200 ni 2000. Sachant qu'il y a 60 000 cargos qui circulent sur la planète, vous imaginez un peu la portée de ce que vous venez d'entendre. En voyant les choses d'une manière différente, il suffirait donc de les mettre à quai pour réduire la pollution équivalente à celle de toutes les automobiles. Toutefois, le sujet est un peu plus complexe car les polluants émis sont un peu différents entre les cargos et les voitures, leur carburant n'étant pas raffinés de la même manière et leur moteur le brûlant de manière différente. Mais quoiqu'il en soit, et quelque soit les arguments, nous avons ici une échelle qui permet de mieux estimer l'impact réel de l'auto dans la pollution, et elle n'est pas si importante que l'on veut bien nous le faire croire. Une émissions sur France5 dévoilait le phénomène : voir ici.

Pollution automobile mineure ?!


On peut lire dans LeMonde (ici) que le trafic routier est responsable de 15% (18% dans d'autres sources, mais globalement c'est moins de 20%) des émissions de particules fines. Le chauffage domestique et l'industrie représentant quant à eux deux 61% du total ... Particules qui ne sont plus néfastes quand elles retombent, voilà pourquoi l'air est bien meilleur quand les autos s'arrêtent de circuler quelques jours, contrairement au CO2 volatile car gazeux.
Pour le CO2 nous sommes à 15% en France et 6% dans le monde.
Malgré tout, dans la tête des gens, il semble que l'auto soit le coupable numéro un. Pourquoi ? Parce que l'automobile est ce qu'il y a de plus visible. On en a devant les yeux à longueur de journée (surtout les citadins qui sont très familiers de l'odeur des pots d'échappement), d'où cette impression forte de subir leur pollution (et avec les nombreux diesels en France, cela favorise encore plus le phénomène). Voilà pourquoi c'est une cible très facile pour les impôts et taxes ...

Malgré tout, et il ne faut pas tomber dans le piège inverse, la voiture est l'une des plus grosses industries qui existent, elle est donc porteuse de beaucoup de pollution et de dégradations pour la planète. Car rappelons que les pourcentages indiqués plus hauts n'intègrent pas leur conception et fabrication !
La première règle pour respecter l'environnement est de garder son auto le plus longtemps possible, la deuxième est de surveiller le rendement de sa motorisation.

Consommations de plus ne plus farfelues


 

Tout le monde le sait, les consommations qui découlent des tests normalisés sont aberrantes ... Je le vois d'ailleurs régulièrement dans vos avis, vous criez face aux différences constatées entre ce qu'annonçait le constructeur et ce que vous avez constaté dans la réalité (cela concerne surtout les petits moteurs essence downsizés, censés faire des miracles ...). La période qui a vu affluer les essences de ce genre a induit pas mal de déception.
Et si beaucoup critiquent les marques, ce ne sont en réalité pas elles les fautives, elles ne font que s'adapter aux bancs d'essai qu'on leur impose. Elles élaborent des  voitures qui soient en grande partie adaptées aux cycles de roulage du test (peu réalistes comme vous le savez). Le but étant de se confronter aux malus. Etre honnête en privilégiant la réalité par rapport au banc leur serait très défavorable.
Accuser les constructeurs est totalement hors de propos, on leur impose une méthode et ils la suivent. Bien entendu il y a quand même du copinage entre politiques et industrie auto ...
Ce sont donc avant tout ceux qui ont instaurée cette méthode qui doivent être mis sur le banc des accusés.

A lire aussi : cycles NEDC et WLTP des consommations

Accentué sur les électriques ?

Pour finir, précisons que si les écarts sont importants avec les thermiques, ils le sont d'autant plus sur les électriques ... Sachez donc que ce phénomène est très loin de s'éteindre. En effet, la demande d'effort supplémentaire sur ce type de motorisation induit de plus gros écarts en raison d'une puissance délivrée qui peut être plus intense et soudaine (capacité à vider le réservoir) et d'un manque de démultiplication à plus haute vitesse (pas de boîte).

Bonus et malus écologiques : entre cupidité, injustice et "harcèlement"

On nous a "vendu" un système qui était au début assez juste, à savoir un équilibre entre les bonus et les malus. Bien entendu, une fois le procédé accepté par les Français l'Etat a petit à petit fait disparaître les bonus. Le pire est que les malus se sont immiscés sur des autos très sobres ...
Mais c'est un classique, toute taxe nouvelle arrive avec la taille d'une souris pour finir sous la forme d'un éléphant !

De plus, les lois de la physique nous montrent que nous sommes arrivés au maximum du rendement des moteurs utilisant la thermodynamique. Malgré cela, les moteurs les plus vertueux arrivent quand même à se retrouver accablés par des malus. Le massage est clair : l'Etat considère que le thermique n'est tout simplement plus admissible, quelque soit les efforts qu'il fait et les émissions qu'il produit.


Enfin, ce dispositif n'est pas totalement juste car il ne prend pas en compte le kilométrage effectué par les automobilistes. En effet, mieux vaut un conducteur qui roule 2000 km/an avec une Mustang V8 5.0  plutôt qu'un conducteur de Polo 1.0 TSI qui va en effectuer 40 000 et consommer bien plus de carburant ... Il serait donc bien plus juste d'adapter les bonus et malus à la motorisation mais aussi au kilométrage réel parcouru par l'automobiliste.

N'oublions pas non plus que la loi n'interdit pas d'acheter tout un tas de choses inutiles pour notre quotidien. Pourtant cela gaspille de l'énergie fossile et du CO2 en masse. Devrait-on alors mettre un malus pour les achats de Noël ?

Se borner au CO2 émis par voiture

Le CO2 semble être la seule préoccupation des autorités vis à vis des voitures ... Car si ce gaz est en effet létal pour la vie sur terre en augmentant la température moyenne, il reste un peu hypocrite de ne se préoccuper que de ça.


Que les autos soient plus polluantes à produire (électronique très polluant et difficile à recycler, prise de poids et donc plus de matière etc.) ou qu'elles produisent de nouveaux polluants très néfastes à la santé (NOx et particules fines sur les moteurs à injection directe), ça ne pose pas vraiment de problème ...
Notons quand même l'apparition des vignettes Crit'Air qui a cherché à corriger un peu le tir mais qui a dans un même temps amené un paradoxe assez stupéfiants que vous retrouverez dans l'article dédié aux "illogismes dans l'automobile".


N'oublions pas non plus la mode irrationnelle des SUV qui est juste une catastrophe pour les consommations et le coût énergétique à la fabrication, et les CX indiqués ne sont que du vent (c'est le cas de le dire !) ou presque. Une face de SUV amène une résistance à l'air plus importante que sur une berline équivalente en terme de logeabilité (même à CX égal, le fameux sCx).

Enfin on nous incite à avoir une voiture toujours plus récente car elle consommera moins. Cependant, ne faudrait-il pas prendre en compte qu'acheter une nouvelle voiture implique la construction d'une nouvelle voiture ?! Et donc une pollution plus importante que de garder un véhicule un peu moins efficient ?! Ce thème est plutôt à retrouver dans les "illogismes dans l'automobile".

Taxe au poids

Alors que le CO2 ne va bientôt plus être taxable en raison de l'électrification des voitures, l'Etat se prépare pour la suite en sortant le pot de vaseline, sans vouloir tomber dans le vulgaire (mais il faut appeler un chat un chat !). Une taxe au poids, même sur les électriques, est en voie d'éclosion ...

Diesel Bashing


Les fameuses histoires du diesel m'ont permis de voir que le grand public pouvait être baladé où on le voulait ... Si les médias voulaient vous faire croire que la tour Eiffel n'existait pas ils y arriveraient possiblement ...
Je ne vais pas ici contredire le fait que les diesels produisent des particules fines ou du Nox (plus que les essences dans le principe). Toutefois, il est largement diabolisé face à l'essence.
Concernant les particules fines, les diesels ont été traités depuis un bon moment via les FAP (certes peu efficaces à froid et souvent mal entretenu par la suite, car il est peu durable) même si bien évidemment le résultat n'est pas parfait (mais ça filtre, ne croyez pas qu'il s'agisse d'un leurre). Il faut comprendre que c'est l'injection directe qui favorise la production de particules fines, et les moteurs modernes y sont tous passés (le diesel bien avant l'essence).
De ce fait, les essences produisent désormais bien plus de particules fines par rapport aux diesel. Pour être exact, ils en produisent un peu moins en terme de masse mais beaucoup plus en nombre. Les particules fines des essences sont donc plus petites et plus nombreuses, ce qui est pire pour la santé ... A tel point que les FAP sont désormais obligatoires sur les essences de nouvelle génération répondant aux normes les plus récentes.

Arrêtons donc de caricaturer le diesel puisqu'au contraire il permet de réduire drastiquement la consommation d'énergie fossile. Ils ont été largement dépollués même si ce n'est pas parfait (mais comment ça pourrait l'être ?).

Les études montrent par exemple que les émissions de CO2 ont repris en vigueur en France depuis que les diesels ont été délaissés au profit des essences.

Voiture électrique = 0 émission

Cette aberration était encore acceptable il y a 10 ans, mais aujourd'hui cela me semble être moins le cas ...
Amalgamer voiture électrique à cette notion de 0 émission est des plus trompeuse qui soit pour le grand public.


A lire : le rendement de la voiture électrique sur toute la chaîne énergétique

Il est désormais acquis (c'est une moyenne que l'on peut lire un peu partout) qu'une voiture électrique a pollué (production des batteries) autant qu'une thermique parcourant 100 000 km (hélas très variable, et on peut compter bien plus avec la généralisation des accumulateurs qui dépassent les 70 kWh, car le chiffres des 100 000 se base sur de petites batteries) avant même qu'elle ne roule. Il faut donc qu'une voiture électrique ait parcouru au moins 100 000 km pour que l'impact écologique se ressente ... Cerise sur le gâteau, les électriques produisent elles aussi beaucoup de particules fines : plaquettes qui représentent 20% tout de même ! Sans oublier les pneus et les routes qui se désagrègent à l'utilisation.

Enfin, il faut bien la nourrir cette voiture électrique, il lui faut bien du jus pour avancer non ? Comment produit-on de l'électricité dans le monde majoritairement ? Et bien on emploie charbon ... C'est pour cela qu'en Chine le bilan est souvent plus positif de circuler avec une thermique plutôt qu'avec une électrique qui se charge par le biais de centrales au charbon (qui en plus sont peu efficientes par rapport aux modernes).
Certes il y a aussi le nucléaire mais il n'est plus trop en odeur de sainteté il faut l'avouer. Quant à l'éolien et le solaire ils sont trop minoritaires pour s'en satisfaire et leur bilan n'est pas aussi génial.
Bref, si consommer de l'électricité en France c'est un peu jouer avec Tchernobyl (normalement le risque est bien inférieur, malgré que ce soit invérifiable en raison des confidentialités techniques évidentes), à l'étranger cela consiste majoritairement à brûler du charbon. Le souci est que brûler du charbon est encore plus néfaste que le pétrole (notez cependant que les centrales modernes ont un rendement qui est presque devenu similaire).


Enfin, n'oublions pas que la production de batteries consomme beaucoup d'eau et génère une pollution durable. Et cette nouvelle pollution apportera certainement son lot de surprises encore inconnues.
Rouler électrique est très loin de la fameuse formule : "Zéro émission". Il est même honteux qu'il soit permis de l'utiliser par les marques et la communication politique.

Passage à l'orange


N'avez-vous pas remarqué que la France était un pays obsédé par le feu orange ? En effet, passer à ce moment là n'induit pas le moindre risque ... Et même si le policier moyen ne pensera généralement pas la même chose (il m'est arrivé de débattre avec eux, en abandonnant vite toutefois ...), parce qu'il a a été domestiqué par sa hiérarchie, il n'y a pourtant pas besoin d'avoir fait polytechnique pour savoir que tout risque de collision est écarté.  Sachez qu'à l'étranger les conducteurs passent à l'orange devant la police sans la moindre crainte, sauf la France (et probablement quelques rares autres exceptions). On ne peut d'ailleurs être verbalisé que si le policier estime que vous aviez le temps de vous arrêter, ce qui reste très subjectif et donc pas très fiable. Bien entendu vous ne pouvez pas perdre de point.

Répression routière très (trop ?) intense ...


 

Quand on voit le rapport entre les moyens mis en oeuvre pour lutter contre l'insécurité routière et ceux mis en oeuvre pour luter contre des problèmes bien plus importants (et qui génèrent plus de morts ou de misère), il y a de quoi douter de la bienveillance de tous ces dispositifs ... C'est même devenu une évidence, l'Etat est devenu un drogué accroc aux radars, il ne peut plus s'en passer tellement c'est un levier lucratif et facile à moduler (au jour le jour !). On peut relâcher un peu la bride quand les caisses de l'Etat sont à peu près correctes ou intensifier la répression en période de disette.
Le dispositif automatisé français fait partie des plus massifs (et facilement pilotable) qui soient, radars de vitesse et de feux très nombreux, sachant que notre pays est l'un des rares à sanctionner dès le feu orange (car il n'y a finalement AUCUN risque de le faire) et dès le premier km/h dépassé ! Le passage aux 80 km/h avait probablement été un levier pour accroître le taux de réussite des machines, car les conducteurs se sont au pas (comme n'importe quelle espèce "animale" soumise à des contraintes nouvelles dans son environnement).
Voir ici pour avoir des chiffres détaillés.


N'avez-vous donc pas remarqué que plus les voitures tolèrent bien les hautes vitesses (châssis et trains roulants plus costauds qu'avant) plus on nous les rabaisse ? Le 80 km/h cité avant est un excellent exemple ...
Comment justifier cet abaissement sachant que la courbe de la mortalité ne fait que baisser ?
Et bien, un peu comme une entreprise, l'Etat doit garder de bonnes performances au niveau des scores radars (une rente qu'il faut garder à flot donc). Ceux qui connaissent l'expression "taux de conversion" savent où je veux en venir. Un peu comme un formulaire de prospection sur internet, l'entreprise qui le met en ligne étudie ses performances : taux de remplissage qu'on appelle taux de conversion.
Quand ce taux baisse alors on fait des retouches sur la structure du formulaire et les arguments de vente afin de regagner en performances et revenir au moins au même taux de conversion qu'avant.
Avec le 80 c'est exactement la même chose. Voyant que le taux de conversion baissait durement, l'Etat a alors retouché les paramètres pour qu'il regrimpe en flèche. Les pauvres citoyens, qui s'étaient calés et habitués aux anciennes vitesses, sont désorientés pour être pris dans le piège plus facilement. Preuve à l'appui, le "taux de conversion" (ou plutôt le nombre de flashés) a doublé à la suite de cette nouvelle règlementation. Et sachant que la grande majorité concerne des micros excès (non sanctionnés dans d'autres pays), il y a de quoi ne plus douter du tout du fait que la sécurité routière n'a absolument rien à voir là dedans.

La presse participe à l'endoctrinement des hybrides rechargeables ?


Il est de plus en plus clair et connu que le bilan de l'hybride rechargeable est dans la réalité plutôt médiocre, et le bon sens à lui tout seul permet d'analyser la chose avec fiabilité ... Malgré cela, les journalistes jouent le jeu des "grandes tendances mainstream" dictées par le complexe politico-industriel. Et cela après une époque où on a pu voir un diesel adulé dans un premier temps et banni dans un deuxième, à croire que les journalistes sont des musiciens pilotés par un chef d'orchestre.

A lire : étude qui dénonce le bilan de l'hybride rechargeable

Du bonus au malus ...


Alors que l'hybride rechargeable était plébiscité de tous avec des ventes qui ont explosé aux alentours des années 2020, la norme Euro 6E vient tout renverser ! En effet, alors que ces derniers profitaient des bonus maximaux, ils seront désormais pénalisés d'un malus indigeste puisque les rejets devraient alors être estimés à la hausse d'un facteur qui se rapproche trois !

La presse française favorise les Françaises ?

Alors ici je ne vise pas seulement la presse française, je préfère être clair ! En effet, les presses spécialisées de chaque pays ont tendance à favoriser légèrement les modèles de sa propre nation (de la même manière que les clients de chaque pays favorisent les marques nationales). Les Français les Françaises, les Allemands les Allemandes etc. De ce fait, il est dommage que les lecteurs n'aient pas toujours une information totalement éclairée et impartiale ... De plus, ce qui favorise ce genre de phénomène est le copinage avec les marques. Je ne parle pas ici de corruption, cela n'a rien à voir ! Il est juste humain d'avoir du mal à casser du sucre sur un modèle après s'être noué d'amitié avec un responsable de la marque toute une après midi ... Ce sont les effets pervers de la sensibilité humaine contrairement aux machines.
Bien entendu, cette tendance peut largement varier d'un média à l'autre, certains n'étant pas du tout patriotes (c'est même parfois le contraire !). Pour finir, je vous invite à lire par exemple la presse Belge qui sait généralement rester impartiale puisque sans grand constructeur national (ex : Vroom.be).

Tous les commentaires et réactions


Ecrire un commentaire

Ce site est le vôtre ! Interrogation, complément d'information, conseil, anecdote etc... Toutes vos remarques sont les bienvenues.

Pseudonyme :


Mail * (non obligatoire) :


Votre commentaire :


* Soyez au courant des réactions sur votre commentaire. Il n'est pas obligatoire et restera confidentiel si vous l'indiquez.



Sondage au hasard :

Pensez-vous que les limitations de vitesses instaurées il y a des dizaines d'années sont encore adaptées aux voitures modernes ?

Mon point de vue / Information complémentaire :
(votre commentaire sera visible sur la page de résultats)


Sur le même sujet

Nouveautés auto

Choisir une voiture

Fiabilité / Entretien

 

© CopyRights Fiches-auto.fr 2024. Tous droits de reproductions réservés.
Nous contacter - Mentions légales