Autres thèmes pertinents :
Dernière modification 25/06/2024

Les supercars vont-elle mourir ?


L'avenir des supercars est plus incertain que jamais. Le PDG de Lamborghini, Stephan Winkelmann, ne cache pas ses doutes : les supercars électriques ne sont pas populaires et il n'est pas sûr qu'elles le deviennent un jour. Le premier véhicule électrique de Lamborghini n'arrivera qu'en 2028, et il ne s'agira même pas d'une supercar. Cette déclaration soulève une question fondamentale : les supercars, telles que nous les connaissons, sont-elles condamnées à disparaître ?


Un déclin initié il y a plus longtemps qu'on ne l'imagine


Le déclin des supercars a commencé bien avant l'électrification du secteur automobile. Avec l'apparition des berlines sportives hautes performances, comme les BMW M3 et M4, Mercedes-AMG C63 et Audi RS4, les amateurs ont trouvé une alternative séduisante aux supercars. Ces berlines offrent un compromis praticité / performances qui plait de plus en plus. À quoi bon s'embêter avec une supercar lorsqu'une "simple" Audi RS3 peut tenir tête à une Lamborghini sur une route ouverte ? Car oui, les supercars ne sont pas aussi supérieures qu'on ne l'imagine, et sur petite roue elles sont même plus difficiles à emmener à grand train que les berlines (plus prévenantes, progressives et parlantes envers leur conducteur) ... Pire, même les profils très aisés semblent désormais troquer leur supercar pour des SUV radicaux de type Urus, car il faut avouer que ce type de SUV arrive presque à être aussi impressionnant qu'une supercar. Sans oubleir que certains moteurs sont les mêmes, avec par exemple une AMG GT qui a un 3.9 V8 bi-turbo comme sur tout ce qui est badgé 63 chez Mercedes (enfin maintenant c'est passé à un L4 2.0 litres ...).






A lire : pourquoi les supercars freinent mal ?

Même les jeunes passionnés d'automobile semblent tourner leur regard vers ces berlines sportives plutôt que vers les supercars ultra exclusives. Non seulement ces véhicules sont plus accessibles financièrement, mais ils répondent également mieux aux besoins pratiques de la vie quotidienne (comme emmener des potes au rasso du coin ...). Des constructeurs comme Tesla semblent avoir compris cette dualité. Le futur Tesla Roadster, par exemple, vise à allier les qualités des supercars radicale (style) à celles des berlines, avec la possibilité d'emporter quatre personnes à bord. De plus, ses performances promettent de surpasser tout ce qui existe sur Terre, grâce notamment à l'intégration de technologies directement issus de SpaceX, comme des boosters pour améliorer l'accélération au-delà des limites imposées par les pneus.


Avec la FF Ferrari a compris qu'une grande part de la clientèle aimerait associer performances et polyvalence ...

La question de l'efficacité


Le but d'une supercar est d'être radicalement efficace. Tout est sacrifié sur l'autel de la performance pure, et cela se voit dans le physique même de l'auto. Cependant, une supercar thermique sera toujours moins efficace qu'une banale familiale électrique puissante. Il est donc difficile d'imaginer un avenir où les supercars restent majoritairement thermiques puisque l'efficacité et la supériorité sur autrui est la base même d'une supercar. Les normes environnementales et la quête d'efficacité imposent, quoi qu'on en pense, une transition vers l'électrique.


Il serait donc inconcevable d'avoir des supercars inefficaces qui se feraient doubler par des SUV familiaux électriques. La technologie électrique offre une accélération et une puissance instantanées que les moteurs thermiques ne peuvent égaler, menaçant ainsi la suprématie des supercars traditionnelles.

L'aura unique des supercars


Malgré ces problématiques, il faut reconnaître que les supercars possèdent une aura particulière. Leur design acéré, leur profil aérodynamique et leur sonorité envoûtante les rendent bien plus remarquables que les berlines sportives, électriques ou thermiques. Cette distinction esthétique et sensorielle donne encore aux supercars une carte à jouer et un avantage "concurrentiel". La question est donc là, les clients vont-ils privilégier l'ambiance mécanique exotique ou détriment des performances ? Quitte à se faire régulièrement humilier par des voitures électriques grand public ? Pas évident de trancher. Car encore une fois, les clients de supercars auront sans doute du mal d'accepter d'avoir une auto censée être radicale qui est moins efficace que des voitures de tourisme ...


Hélas, on remarque que l'aura mécanique a tendance à fondre comme neige au soleil avec l'arrivée des turbos, surtout chez Ferrari où les V6 suralimentés ont tendance à faire de la peine (sonorité et rupteur placé relativement bas)... Il reste le V12, mais c'est un gros bloc destiné à des grosses autos, un V8 atmosphérique plus léger manque beaucoup.


Un futur compliqué pour les marques "traditionnelles"


Les marques emblématiques comme Ferrari, Porsche et Lamborghini font face à un avenir très compliqué, et le stress doit toucher tous les dirigeants. Elles doivent concilier plusieurs contraintes : respecter les normes environnementales de plus en plus strictes (avec une échéance à 2035 qui doit faire frémir), maintenir des performances de premier ordre (au moins équivalentes à celles des véhicules électriques), tout en préservant l'attrait des moteurs thermiques qui apportent charme et exotisme. Bref, des contraintes antagonistes qui ne pourront pas toutes être conciliées.


La tâche n'est donc pas simple, mais l'industrie automobile a prouvé à maintes reprises sa capacité à innover et à s'adapter. Les supercars devront peut-être évoluer, mais il est difficile d'imaginer un monde où elles disparaissent complètement. Leur légende est ancrée dans l'imaginaire collectif et continue d'inspirer les passionnés de voitures à travers le monde.
Pour ma part, il me semble que le meilleur choix s'oriente vers un binôme hybride / moteur atmosphérique, comme le montre très bien la Bugatti Tourbillon.

Conclusion


Les supercars se trouvent à un carrefour crucial de leur existence. Entre les nouvelles régulations, l'efficacité des véhicules électriques et l'évolution des préférences des consommateurs, elles doivent se réinventer pour survivre. Nous sommes donc actuellement en train d'observer les stratégiques qui sont mises en place, et il semble pour le moment que Ferrari se précipite un peu trop vite vers les solutions modernes : suralimentation et électrification totales de leur supercar d'ici peu.


Ecrire un commentaire

Ce site est le vôtre ! Interrogation, complément d'information, conseil, anecdote etc... Toutes vos remarques sont les bienvenues.

Pseudonyme :


Mail * (non obligatoire) :


Votre commentaire :


* Soyez au courant des réactions sur votre commentaire. Il n'est pas obligatoire et restera confidentiel si vous l'indiquez.



Sondage au hasard :

Trouvez-vous les montants des PV bien adaptés aux infractions commises ?

Mon point de vue / Information complémentaire :
(votre commentaire sera visible sur la page de résultats)


Sur le même sujet

Nouveautés auto

Choisir une voiture

Fiabilité / Entretien

 

© CopyRights Fiches-auto.fr 2024. Tous droits de reproductions réservés.
Nous contacter - Mentions légales