Histoire des marques

- Citroën
- Peugeot
- Renault
- Audi
- Volkswagen
- BMW

 
Les sagas de l'auto

- BMW Série 3
- 205 - 208
- Scenic
- Golf
- Clio
- Megane

Exprimez-vous !
Devenez testeur en jugeant votre auto !
Fonctionnement d'une auto

Choisir une voiture

Fiabilité / Entretien

Culture auto

Divers

Nouveautés auto

Avis auto

Outils pratiques



Dossiers-Conseils > Fonctionnement d'une auto > Moteur à compression variable 10/02/2017

Moteur à compression variable

Dévoilé par Infiniti mais réfléchi depuis longtemps par de nombreux autres constructeurs, le moteur à compression variable existe désormais sur le marché automobile.


Compression ?

Tout d'abord il est important de connaître ce qu'est un taux de compression pour un moteur. C'est tout simplement le ratio entre le volume d'air quand il n'est pas compressé (quand le piston est en bas : point mort bas) et quand il est compressé (quand le piston est en position haute : point mort haut). Ce taux n'est pas variable car la position du piston en bas ou en haut reste toujours la même, les allers-retours se font donc bêtement du point A (PMB) au point B (PMH).


Sur ce moteur en V classique on peut voir en même temps un PMH et un PMB. A gauche l'air comprimé et à droite non comprimé


PMB : le piston est tout en bas


PMH : le piston est tout en haut

Avantage d'un taux de compression élevé ?

Sachez que plus on augmente le taux de compression plus on augmente le rendement d'un moteur, il devient donc alors moins énergivore. Le but des constructeur est donc de l'amener le plus haut possible. Toutefois, il est logique que plus il y a de pression plus il y a de contraintes sur les éléments mécaniques, il faut donc veiller à ne pas y aller trop fort. De plus, compresser un gaz augmente sa température, c'est d'ailleurs le grâce à ce principe physique que les moteurs diesel fonctionnent. A un certain stade, si on comprime trop l'essence dans un gaz (l'air donc) la température va être si élevée que l'essence va brûler d'elle-même avant même que la bougie n'y mette le feu ... La combustion va alors se produire trop tôt, ce qui va endommager les cylindres (mais aussi soupapes) et provoquer un cliquetis.
Le phénomène de cliquetis va alors s'accentuer quand il y aura beaucoup de carburant, c'est à dire quand vous monterez en charge (plus vous appuyez sur la pédale plus l'injection envoie du carburant).

L'idéal serait alors d'avoir un taux de compression important quand la charge est faible et un taux qui se"calme" un peu quand on appuie franchement.

Taux de compression variable : mais comment ?

Sachant que le taux de compression dépend de la hauteur à laquelle peut aller le piston (PMH) il suffit alors de pouvoir faire varier la longueur des bielles (ce sont les "barres" qui tiennent les pistons et qui les relient au vilebrequin). Le système inventé par Infiniti fait donc varier cette hauteur grâce à un système électromagnétique, les bielles sont donc désormais extensibles ! Les deux ratios possibles vont alors de 8:1 à 14:1, le mélange gaz/carburant peut alors être compressé jusqu'à un facteur de 8 ou encore de 14, ce qui fait une jolie différence !


Voici l'embiellage mobile en question, les connaisseurs remarqueront rapidement que ça ne ressemble pas à ce que l'on a l'habitude de voir



Voici la différence avec un moteur classique dont les bielles sont de simples barres reliées au vilebrequin



Voici les deux repères indiqués par Infiniti pour indiquer les deux PMH possibles

En faible charge le taux sera maximal soit 14:1 alors qu'en charge élevée on descendra à 8:1 afin d'éviter l'auto-combustion avant que la bougie ne fasse le travail. Il faut donc s'attendre à voir les économies se réaliser quand on a le pied léger, en conduite sportive rien ne change finalement puisque la compression redevient "normale". Reste maintenant à savoir si ce type de bielles mobiles sera fiable sur le long terme, car ajouter des éléments mobiles est toujours risqué ...

Tous les commentaires et réactions

Dernier commentaire posté

Par Lili (Date : 2017-05-30 18:31:31)

Bonjour,

Merci pour tous vos articles qui sont très bien expliqués et m'apprennent plein de choses.

Si j'ai bien compris, les moteurs à essence sont maintenant équipés d'une injection directe semblable à celle des diesels. Alors pourquoi continue-t-on à "maîtriser" le taux de compression pour éviter l'auto-allumage, alors que l'air comprimé ne contient pas de carburant ?


(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Aucun commentaire n'a encore été écrit, soyez le premier : rendez-vous en bas de page.


Quelque chose à ajouter ?

Ce site est le vôtre ! Interrogation, complément d'information, conseil, anecdote etc... Toutes vos remarques sont les bienvenues.

Pseudonyme :

Mail* :

Commentaire sur cet article :



* Soyez au courant des réactions sur votre commentaire. Il n'est pas obligatoire et restera confidentiel si vous l'indiquez.


Sujets relatifs à : Fonctionnement d'une auto

 


© CopyRights Fiches-auto.fr 2017. Tous droits de reproductions réservés.



>> Nous contacter - Mentions légales




Fiches-auto.fr : Conseils et infos pour l'achat et la vente de voitures d'occasion. Fiches auto, essais, tests (fiabilité, consommation, les plus, les moins)