Dernière modification 03/12/2021

Pénuries futures liées aux énergies renouvelables et la voiture électrique


C'est un sujet délicat qui a déjà fait couler beaucoup d'encre, à savoir si le modèle qui se base sur les voitures électriques et les énergies renouvelables est viable d'un point de vue ressources primaires. Et donc, peut-on développer un parc automobiles de voitures électriques aussi important que celui des thermiques avec les ressources qui sont à notre disposition.
Car si la question s'est posée un temps avec le lithium, montrant finalement qu'il n'y aurait pas de problème, il y a toutefois d'autres éléments qui semblent indiquer que pénuries il y aura (ou a minima des prix très élevés, ce qui revient exactement au même ...).
Je vais ici appuyer une partie de mon étude sur des données que livre Benjamin Louvet, qui a condensé tout un tas de données très intéressantes et parlantes sur le sujet. Et comme son métier concerne l'étude des matières premières, on pourra admettre que ces données sont consistantes et crédibles.

Voitures électriques et énergies renouvelables : les besoins


Commençons tout d'abord par déterminer quelles sont les matières premières dont nous avons besoin.
Je me concentrerai donc sur les voitures électriques à accumulateur lithium ainsi que les panneaux solaires. S'agissant des voitures à hydrogène et de l'éolien, la viabilité ne me semble pas assez consistante pour y "perdre" son temps.

A lire aussi :

Nous aurons donc besoin de ces éléments clés :

  • Cuivre pour le bobinage des moteurs électriques (4 fois plus de besoin sur une électrique par rapport à une thermique, et au passage 1 à 5 tonnes pour chaque éolienne) et les différents transformateurs électriques qui servent un peu partout à partir du moment où on a un circuit énergétique électrique et non fossile
  • Argent pour ses extraordinaires propriétés au niveau de la conduction du courant, et qui sert à connecter les packs de batteries et dans les panneaux solaires (malgré une réduction de son utilisation dans ces derniers, nous n'arrivons désormais plus à réduire la proportion qui serait de  grammes par panneau)
  • Nickel pour le batteries lithium qui remplace une partie du cobalt dans l'anode. On cherche à le réduire, voire ne plus utiliser ce dernier pour des raisons environnementales et sanitaires (mines du Congo qui représentent au passage 60% des réserves mondiales)
  • Aluminium pour les batteries et les panneaux solaires



Ces éléments sont déterminants et il y a peu de chance (estimez plutôt à aucune) qu'ils puissent être remplacés par d'autres matériaux lors d'une utopique rupture technologique. L'Homme connaît bien les éléments atomiques et il les choisit selon ses propriétés chimiques et électriques. Peu de chance de voir apparaître de nouveaux atomes dans la tableau périodique des éléments ...
Bref, il faut vraiment avoir à disposition ces éléments si on veut pouvoir déployer à la fois un parc automobile électrique, mais aussi toute l'architecture qui nous abreuvera en électricité.


Il y a hélas de gros soucis quand on observe les chiffres dévoilés par les spécialistes, et on comprend que ça va très vite coincer !

Voici donc un condensé de ce que révèle Benjamin Louvet, et vous allez voir ce n'est pas très encourageant.

Argent



Commençons par l'argent. Pour les panneaux solaires, si on veut atteindre les niveaux de l'accord de Paris avec des émissions de CO2 neutres d'ici à 2050, il faut installer chaque année 620 Gigawatt. Ne pas atteindre cet objectif consiste à sombrer (en cuisant par effet de serre) ou alors à abandonner notre style de vie (ce qui, pour ma part, sera très probablement le cas).
Le souci est que sur les 620 GW annuels à atteindre, le record a été de 130 GW en une année. Ces 130 GW ont mobilisé 12% de la production d'argent mondiale, soit 3000 tonnes.
Si on atteint donc les 620 GW, il faut multiplier cela par 5, ce qui donnerait donc lieu à une mobilisation de 60% de la production annuelle ! Rien que pour des panneaux solaires ...
Enfin, quitte à me répéter, sachez que les 5 grammes nécessaire par panneau normalisé ne peuvent plus être réduits (à la base on utilisait 20 à 25 grammes, mais on a réussi à réduire par le biais d'une optimisation du rendement).


A cela vous ajoutez que l'automobile électrique a consommé 6.5% de le production d'argent en 2019, car la connexion des cellules qui composent la batterie nécessite cet atome qui convient parfaitement à cet usage. Le problème c'est que ces 6.5% de la production n'a servi qu'à équipé que 5% du parc automobile, à savoir la part de l'électrique ...
Si je veux arriver à 100%, à savoir un monde composé de voitures électriques uniquement, il me faut multiplier la chose par 20, ce qui représenterait alors 130% de la production annuelle !
Le résultat est qu'il faudrait alors piocher les 30% dans le stock d'argent, mais de toute manière il est impensable que 100% de la production mondiale d'argent soit dédiée à la voiture électrique, c'est un besoin primaire certes mais tout de même ...


Donc si on cumule les deux, on se retrouve avec des besoins annuels de 190% de la production actuelle. On peut donc clairement parler de pénurie ou d'hyperinflation sur ces matériaux.
Il ne serait donc pas idiot d'investir dans ce métal même si les primes sont hélas très élevées (surtout par rapport à l'or).
Sachez quand même que les stocks sont conséquents contrairement au cuivre par exemple, avec 800 000 tonnes pour l'argent.

Cuivre


C'est un matériaux bien connu des voleurs par sa valeur très "respectable" ! Rappelez-vous en effet les vols nombreux au niveau des chemins de fer qui sont relatés par les différents journaux télévisés.
On estime que 90% des réserves identifiées que contient la Terre auront été consommées à échéance de 2050 (si on veut respecter le non dépassement des 2 degrés à l'échelle planétaire), et cela en prenant en compte un taux de recyclage optimiste de 40%.
Le Chili, qui est le premier fournisseur, annonce qu'il ne pourra pas suivre la croissance des besoins qu'on lui a indiqués, et ce malgré une très grande mobilisation du pays pour y parvenir (ce n'est juste pas possible selon eux, et ils préfèreraient dire l'inverse et engranger plus de recettes).
Le problème est donc double comme nous le dit Benjamin, à la fois parce qu'il n'y en aura pas assez à terme mais aussi que la croissance des besoins croit plus vite que la croissance de l'extraction (à savoir l'offre).


Nickel


Vital pour les batteries lithium modernes, le nickel est aussi un sérieux problème ... Ce dernier permet de substituer une grande partie du cobalt des batteries, dont l'extraction pose de nombreux problèmes sanitaires (sans oublier les enfants qui sont exploités, à savoir un crime contre l'humanité).
La banque mondiale estime qu'il y aura besoin de 2 millions (j'utilise des chiffres numériques pour faciliter l'intégration des chiffres dans votre esprit) de tonnes par an de nickel rien que pour les besoins de la mobilité, et un nickel de grande qualité (le plus pur possible) pour les besoins des batteries.
Le problème est qu'actuellement la production s'élève à 2 millions par an dont 1 seule tonne de qualité supérieure (dite de type 1). Il faut donc doubler la production.
Si ça paraît presque passer, il ne faut pas omettre que 75% du nickel sert à fabriquer de l'acier, un métal très employé et qui n'est pas près d'être substitué ...

Aluminium


L'aluminium est issu de la bauxite qui ne peut générer qu'une partie en aluminium. En effet, la bauxite permet d'obtenir deux tonnes d'alumine qui donneront elles-mêmes une tonne d'aluminium.
Mais là n'est pas la question ...
Les réserves de bauxite sont estimées entre 55 et 75 milliards de tonnes. Si on veut respecter les 2 degrés à 2050, alors on estime alors qu'on aura consommé entre 64 et 87% de ce dernier, à savoir un bornage qui varie selon le scénario optimiste et pessimiste.
Encore une fois, l'aluminium (qui est déterminant pour la transition) arrivera lui aussi à manquer ...


Conclusion


La conclusion semble très simple, les pénuries et les manques à venir seront intenses si notre mode de vie reste intact. Car tout cela se base sur une transition énergétique qui prend en compte un mode de vie qui reste similaire à celui d'aujourd'hui.
Il me semble donc évident de dire que deux scénarios se profilent. Le premier consiste à réduire drastiquement le mode de vie des populations de manière égale, qu'on soit riche ou pauvre on changera nos modes de déplacement, de chauffage et plus généralement notre consommation énergétique.
Le deuxième scénario, qui semble plus probable, est que la population la plus aisée pourra continuer de vivre ce mode de vie tandis que les autres, la grande majorité, sera mise sur le côté en ne pouvant tout simplement plus profiter d'une énergie peu couteuse.
En gros, et concernant l'automobile, il me semble évident que la voiture sera à l'avenir réservée aux riches, exactement comme ce fut le cas à ses débuts.


Enfin, on peut se poser la question de savoir si cela ne favorisera pas l'existence des voitures thermiques utilisant des ressources renouvelables : éthanol en premier lieu en raison de son bilan plus favorable que le biodiesel.

A lire aussi : l'inflation dans l'automobile : analyse et chiffres




Avis Electrique

(Tri par ordre de longueur de l'avis)


Avis Electrique

(Tri par ordre chronologique)

Fiches techniques voitures électriques

Electriques Aiways
Electriques Audi
Electriques BMW
Electriques Citroen
Electriques Cupra
Electriques Dacia
Electriques DS
Electriques Fiat
Electriques Ford
Electriques Honda
Electriques Hyundai
Electriques Jaguar
Electriques Kia
Electriques Lexus
Electriques Marque
Electriques Mazda
Electriques Mercedes
Electriques MG
Electriques Mini
Electriques Nissan
Electriques Opel
Electriques Peugeot
Electriques Polestar
Electriques Porsche
Electriques Renault
Electriques Seat
Electriques Skoda
Electriques Smart
Electriques Tesla
Electriques Volkswagen
Electriques Volvo

Tous les commentaires et réactions


Dernier commentaire posté :


Par Fab i trois TOP CONTRIBUTEUR (Date : 2022-05-17 15:53:42)

Bonjour à vous,

Cela fait un moment que je lis et relis cet excellent article dont la justesse et la pertinence sont plus que jamais d'actualité.

De fait réfléchir sur ce sujet, m'a entrainé vers d'autres lectures, puis encore d'autres, menant à une espèce de vertige tel celui envisagé dans ce dossier de fond. C'est qu'une fois de plus l'auteur aborde le sujet de façon pluridisciplinaire et multidirectionnelle, mettant en exergue les limites de ma pensée euristique et de mes connaissances, mais bon c'est une lecture saine et enrichissante.

C'est que là, l'auteur met le doigt exactement où il faut, abordant à l'échelle planétaire les phénomènes d'attrition, rapportés aux vecteurs des matières premières. Je dirais même qu'en la matière on croise là les dérives d'un modèle économique avec les limites d'obtention des matières premières et de réalisation des produits finis. Nous pourrions même pousser plus loin, la réflexion, à l'étage du dessus, entre économie et produits manufacturés, l'analyse s'avérant alors similaire même base, même vecteur.

Ainsi les matières premières s'analysent en géologie, géopolitique, écologie environnementale, énergie et économie principalement. En regard du produit manufacturé elle en partage les aspects disponibilités matières, disponibilités humaines, disponibilités des process d'outillage et disponibilités d'énergie. Dans l'autre sens si le produit manufacturé sauf cas spécifique n'a que faire de la géologie si ce n'est que sous son aspect "matières premières", il a remarqué qu'il se régit exactement sur les mêmes vecteurs que ces matières premières.

Pour ce que je peux lire tout part de fait du modèle économique, de la création de l'argent emprunté (qui n'existe pas au départ) au remboursement de la dette créée avec de l'argent réel (d'où la création de valeur) avec un circuit de plus en plus court et rapide, où celui ou celle qui rembourse le plus tard est "dégagé". Dès lors notre production manufacturée qui emprunte pour investir, suit la même courbe avec des rotations de plus en plus rapide du renouvellement des références de produits proposés, la vente de ces derniers créant la valeur utile au remboursement de la dette et donc à la création de valeur. Cela va en s'accélérant, et plus c'est rapide, plus vite l'argent rentre, plus la création de valeur est rapide et actée. La prime se fait donc sur la marge financière dégagée de la vente et la rapidité de retour sur investissement avec une évolution actuelle que je qualifierai d'asymptotique couplée à une fréquence de rotation de ce circuit tendant comme vers un phénomène de résonance.

Au rythme actuel cela ne sera bientôt plus possible, la planète et ses ressources étant un monde fini et donc épuisable, de plus les phénomènes de résonance quelque qu'ils soient, mènent à la destruction s'ils ne sont pas maîtrisés. De fait nos automobiles sont par leurs natures manufacturées et les aspects sociaux et économiques qu'elles revêtent un excellent catalyseur de tout cela, pour cet aspect en regard des autos, cela avait déjà été décrit notamment dans la sphère parfois controversée des "casseurs de pub", il y a plus de vingt ans.

En regard de l'attrition, l'histoire est ténue et se répètera, l'analyse de ses volets dont économie, matières premières, humain, produits manufacturés en regard de la 2ème guerre mondiale par exemple, est édifiante à ce propos avec quelques variantes d'un protagoniste à l'autre, mais les vainqueurs ont pour eux les 4 points cités çi-avant.

La situation actuelle me rappelle enfant lorsqu'aux vacances on voyait les parents dépenser plus, là je me disais est-ce qu'il va y en avoir assez pour après....??, et bien là avec ces matières premières c'est la même inquiétude avec en plus l'aspect vertigineux que cela revêt car dans cette transition écologique, si je prends les perspectives qui se dessinent rien que pour notre pays :
> Relance du nucléaire
> Aboutissement de l'éolien marin
> Passage au voitures électriques
> Transition vers des chaudière électriques et des pompes à chaleur
> Filière hydrogène
....etc, pas une une qui ne puisse se dispenser de ces métaux ou qui en soit économe, remis à l'échelle des besoins mondiaux, largement de quoi avoir le tournis....., sans même penser à l'énergie carboné ou non à avoir et dépenser pour réaliser tout cela. Si on rajoute à cela une urgence de transition qui va aller de paire avec une évolution en degré entre la limitation à 1.5, 2 ou 3°C de la température moyenne de notre terre....., on en arrive aux mêmes conclusions de l'auteur.

Bien sur l'aluminium et le cuivre se recycle à l'infini, bien sur des glissements techniques on put s'opérer tel l'argent lié à la photographie argentique qui quasi disparue, a permis une réorientation de ce dernier dans les applications électrotechniques et électroniques, bien sûr les réserves semblent assez énormes..., mais pas dans la dérive prise du toujours plus en taille, en quantité et en fréquence de renouvellement...., sans compter les gaspillages et le manque de recyclage. On nous parle de "développement durable"....LOL, quand est-ce que nos décideurs et nos politiques auront compris que nous vivons dans un monde fini et par conséquence limité ??

Alors que faire....??, les recettes sont connues et bien décrites, dont celles proposées par ce site en terme d'approche du sujet ou d'éco-conduite, donc à chacun de les mettre en oeuvre, pour le reste à défaut de volonté politique et d'inflexion aux niveaux des états, point de salut.

Cordialement

Il y a 1 réaction(s) sur ce commentaire :

  • Par Admin ADMINISTRATEUR DU SITE (2022-05-18 18:19:28) : Merci pour tout, et finalement ce n'est que grâce aux internautes que je peux savoir si je suis à côté de la plaque (d'immatriculation comme dirait Ray !) ou pas. Car parfois on peut vite s'égarer quand on est seul à élaborer un schéma de pensé ... Il est très facile de se perdre dans ses propres illusions et biais.
    Bref si Fabi m'a validé alors c'est plutôt positif, bien que cela ne permette pas d'attester à 100% que les réflexions de l'article soient vraies (nous ne sommes que des humains tributaires de notre petitesse).

    Concernant le sujet j'aurais tendance à penser que toute construction qui n'a pas de cycle redondant est une construction vouée à sa perte prochaine. La nature, qui me semble clairement être une conception intelligente, nous donne la marche à suivre pour concevoir des choses pérennes. Dans notre monde tout est cycle vertueux avec des boucles qui retombent toujours sur leurs pattes, avec des machines (espèces animales et végétales) qui s'imbriquent et travaillent parfaitement avec l'environnement (donc aussi entres elles).
    A partir du moment où le fonctionnement d'un système complexe a besoin d'être ravitaillé de l'extérieur, comme par exemple avec de l'énergie fossile qui s'épuise, ça ne peut pas être durable. Et avec le nombre d'êtres humains sur la planète cela raccourci d'autant plus le compte à rebours.
    Toute matière première utilisée devrait aussi rentrer dans un schéma de boucle et cycle, avec une notion de recyclage qui doit être considérée comme primordiale (ce n'est pas le cas avec l'économie et l'industrie). Le profit à court terme est la seule obsession, et c'est d'ailleurs une tendance qui a explosé ces 50 dernières années.
    Puiser dans la nature n'est donc pas un souci, il semble même qu'on nous ai mis tout ce bazar à disposition afin que l'Homme puisse s'amuser et s'épanouir. Mais il y a deux manières d'utiliser ces ressources : de manière basique en ne se prenant pas la tête (pertes, gâchis, inefficience, non cyclique etc. Ce que fait le complexe industriel actuel) et de manière subtile et réfléchie (efficience, dépense d'énergie raisonnée, vision à long terme etc.). La deuxième demande bien plus de matière grise et de prudence, ce qui induit qu'un monde technologique et durable s'obtient avec beaucoup d'efforts et de mesure à la fois. En gros ça se mérite !
    Il est évident que le monde actuel (depuis le début du 20ème siècle) fait les choses très mal, et donc encore une fois ces histoires de pénuries et de manques ne sont absolument pas une surprise. On nous alerte chiffres à la clé depuis un bail.
    Et puis avec un Monopoly (je parle du système économique) basé sur un modèle consumériste (croissance obligatoire pour que les comptes tiennent) ne peut qu'induire une fuite en avant qui s'accélère au fur et à mesure de la progression.

    L'histoire ne peut se répéter qu'un nombre limité de fois à partir du moment où on parle de systèmes non viables et durables. A un moment arrive LA crise (et non pas une de plus) qui met tout par terre et qui force à repartir sur de nouvelles bases. Je pense que nous l'atteignons, car j'ai comme repère mes croyances personnelles qui indiquent notre époque comme étant celle d'un avènement (c'est ce qui pourra diverger avec beaucoup de mes lecteurs). Et puis comme tout colle avec la réalité qui se déroule sous mes yeux, les doutes s'amenuisent jusqu'à presque se taire.

    Pour l'énergie et le mix dont elle est composée, je pense que ce n'est qu'un détail. A partir du moment où il y a un gâchis massif lié à une inefficience aggravée (nos autos sont bien trop lourdes et elles consomment donc trop par exemple), on ne pourra que manquer d'énergie. Je pense qu'on pourrait même vivre avec un confort plus important avec moins d'énergie, car l'histoire montre que le moral des Hommes n'a jamais été corrélé avec la dépense d'énergie. Par exemple, il me paraît évident que la joie actuelle d'un humain type d'aujourd'hui est inférieure à celle d'il y a 500 ans (là on ne cramait pas grand chose ! Et ça n'aurait pas posé de souci même avec 10 milliards d'habitants). Et pourtant on mourrait facilement et bien plus jeune ...
    On nous a construit un monde séduisant mais très malsain, car au final il nous déprime plus qu'il ne nous épanouit. On a rendu l'Homme esclave du matérialisme, et il dévoue presque toute sa force de travail, et donc son temps, pour ça (pourtant c'est souvent autour d'un simple barbeuc avec des amis qu'il est le plus heureux, ce qui reste une activité peu émettrice en CO2, bien que le barbeuc soit une cata en terme de CO2 et particules fines ;-)
    Mais je ne doute pas non plus qu'on puisse construire un monde sophistiqué, mais son allure sera tout autre que ce que l'on peut voir actuellement. N'oublions pas que c'est la nature qui contient les technologies les plus avancées qui soient, une mouche surpasse de loin une Tesla par exemple. nous devons nous y greffer en y apportant notre patte, une technologie du future qui sera en osmose avec l'environnement, comme le font les autres espèces. Mais je ne sais à quoi ça ressemblera ... Et oui, plein de choses se recyclent à l'infini : un atome ne se désagrège pas comme ça ! Lithium, aluminium, et en gros toutes les matières composées d'un atome simple se "recyclent" à l'infini (recycler = re-ranger le désordre induit par une dépense d'énergie, ce qui induit aussi de l'énergie au passage).
    Pour le moment il n'y a rien à faire, ce qui se produit devait se produire et doit arriver à son dénouement. Mais encore une fois je suis peut-être complètement à côté de mes pompes, chacun essaie de décrypter comme il peut ce monde complexe dans lequel on a tous atterri sans comprendre pourquoi et comment.
    Je ne chercherai donc pas à savoir comment on pourra s'en sortir sachant que même les choses les plus simples à appliquer ne l'ont pas été. Ceux qui décident de notre mode de vie sont peu nombreux et très imparfaits.

    PS : oui, j'ai sans doute été un poil hors sujet sur bien des aspects ;-)

(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Suite des 5 commentaires :

Par LHOOQ (Date : 2021-12-22 23:49:35)

En relisant le rapport pour le Club de Rome de 1972: "Les limites de la croissance dans un monde fini", dit "Rapport Meadows"; ainsi que sa "mise à jour" de 2004: "30 ans après Les limites (..)" préfacé par Jean-Marc Jancovici [https://j ancovici.c om/publica tions-et-co/contributions-a-ouvrage/les-limites-a-la-croissance-dans-un-monde-fini-30-ans-apres/]; sans compter toutes ses conférences ;
les alertes mondiale des scientifiques depuis des années restées sans effet [www.lemon de.fr/plan ete/articl e/2017/11/13/le-cri-d-alarme-de-quinze-mille-scientifiques-sur-l-etat-de-la-planete_5214185_3244.html] ;
les rapports du GIEC et les flops successifs des COP;
les tentatives de certains artistes, réalisateurs comme Cyril Dion [films "Demain"; "Animal"]; Y-A Bertrand; Pablo Servigne, et j'en oublie...
Force est de constater que le "Développement Durable" tel que défini en 1987 dans le rapport de Mme Brundtland pour l'ONU est... caduc.
Qt aux "générations futures" depuis 1995... elles sont déjà entre le marteau et l'enclume, entre la raréfaction des énergies et minerais non renouvelables et les dérèglements climatiques (avec des effets qu'on peut déjà voir).
[www.thinkerview.com/le-rapport-qui-annonce-lapocalypse-valerie-masson-delmotte-et-pierre-larrouturou/]
Pourtant, certain-e-s veulent encore y croire.
Si l'Humanité souhaite survivre (et on ne pourra pas sauver tout le monde), cela nécéssitera de gros changement de mentalité et de vie, surtout pour les populations des pays "développés et/ou en voix de développement"

UN espoir: il y a un peu partout sur cette planète des Humains n'ayant pas / pas besoin, ne connaisant pas notre "mode de vie à l'américai ne/occiden tale" ;-)
Ces petits groupes d'Humains survivent déjà dans des conditions très difficiles et donc, sont déjà adaptés et capables de survivre après 2050 et au-delà.


Il y a 1 réaction(s) sur ce commentaire :

  • Par Admin ADMINISTRATEUR DU SITE (2021-12-28 10:08:40) : Ma réponse vous paraîtra étonnante et elle ne sera pas technique.

    Pour ma part je suis croyant donc c'est vite plié : on va tomber au fond du trou comme cela est prédit depuis longtemps (pour les détails il suffit de se procurer le Livre). Il est même dit que sans intervention divine à ce moment là, toute l'humanité périrait ... Et que l’époque à venir sera la pire de toute l'histoire de l'humanité. En gros il y a du lourd qui nous attend.
    Bref, pour moi ceux qui espèrent que les choses se corrigent d'elles-même (à savoir la classe dirigeante) sont des utopistes (j'en ferais partie si je n'était pas croyant). Car ils sont justement là pour nous mener vers cet avenir immuable ...
    Moi qui croyais avoir une chance que de connaître la technologie actuelle (et donc notre époque), je me rends compte que le prix à payer sera hélas très cher ... Mais c'est un mal pour un bien, car cela annonce l'échéance des maux du monde.

(Votre post sera visible sous le commentaire)

Par Lucien.H (Date : 2021-12-19 15:06:46)

Les progrès sont exponentiels. Or, nous envisageons intuitivement les choses sous forme linéaire et avons du mal à nous representer ce mur vertical devant nous et à horizon plus ou moins éloigné.

Avec une concurrence, non seulement entre les entreprises mais également entre les états, je vois pas trop comment cela va pouvoir s'arrêter.

J'ai parfois l'impression que nous sommes collectivement comme des grenouilles dans un chaudron et l'eau est tiède. 


Il y a 3 réaction(s) sur ce commentaire :

  • Par Ray Kourgarou TOP CONTRIBUTEUR (2021-12-19 15:13:45) : Haha ! Pas mal l'idée des grenouilles, si en plus le chaudron est posé sur une plaque chauffante électrique 🤔... 😀😀
  • Par Honda4 TOP CONTRIBUTEUR (2021-12-20 15:13:31) : Les grenouilles sortent de l’eau bien avant qu’elle ne chauffe, enfin elles essayent suivant le chaudron et le nombre du cousins et cousines prêt à se sacrifier.
  • Par Admin ADMINISTRATEUR DU SITE (2021-12-21 11:10:09) : Si on est objectif, pour se projeter dans l'avenir il faut regarder ce qu'il s'est produit dans le passé.
    Pensez-vous qu'on a progressé au 20ème siècle par rapport au 17ème ? Mis à part au niveau médical tout le reste a régressé : santé qui décline [pollution / malbouffe], pollution, extermination de la biologie sur Terre (végétale et animale), surmenage des personnes au travail, individualisme plus marqué etc.
    Cela s'arrêtera par la force des choses, à savoir que quand on cultive la médiocrité trop de temps, on finit par disparaître (la nature ne tolère que l'excellence, et non pas la médiocrité qui a été menée par la classe qui gouverne : choix techniques débiles et inefficients au possible).
    Soyez certain que tout cela cessera un jour ;-) C'est mathématique (si j'use une corde elle finira par être sectionnée).
    Une rupture technologique qui nous permettrait de tout changer n'est pas à portée, en tout cas dans le temps qui nous est imparti (sauf si ça vient d'ailleurs, hein Mulder !)...
    Et c'est justement l'excès de confiance qui nous a mené au bord du gouffre (en vérité c'est la cupidité des dirigeants), il serait donc temps de faire marche arrière et d'activer le mode humilité si on veut perdurer dans le temps. La nature est pérenne (elle la prouvé sur des milliards d'années avec ses boucles vertueuses) tandis que les créations de l'Homme vont même jusqu'à générer des pertes sans aucun espoir de durabilité.

    Bref, j'ai du mal à croire qu'une chose (le soi disant progrès technique) finisse par nous faire du bien alors que de tout temps elle ne nous a fait que du mal (si on veut être 100% objectif). Einstein le prône, celui qui croit qu'une cause peut avoir des effets différents dans le temps est un idiot. Et cela tend vers une fin irrémédiable de ce mode de vie ... Cela devrait donc passer par des pénuries, ce que vous contestez donc ici.

(Votre post sera visible sous le commentaire)

Par AF25 (Date : 2021-12-03 19:47:18)

Encore un super article qui suit la logique des derniers articles postés. De ce fait,note personnelle pour l'admin qui me demandait mes réserves concernant le modèle électrique, voilà qui appuie avec encore davantage de précisions que je n'aurais pu le faire mes réticences et doutes sur ce thème. 😕.


Il y a 3 réaction(s) sur ce commentaire :

  • Par Admin ADMINISTRATEUR DU SITE (2021-12-05 09:46:29) : Merci beaucoup.

    Les réticences sont alors logiquement les mêmes avec le thermique ;-)
    Le souci n'est pas vraiment la technologie mais l'épuisement, à savoir la quantité de choses qu'on fabrique dans un temps déterminé.
    Si ma planète me donne 5 choses par jour, vouloir en utiliser 10 ou 15 revient à être un consanguin.
    Et hélas, ceux qui gouvernent notre planète (politiques et industriels) ont décidé d'agir ainsi (là c'est prophétique, ça devait arriver et c'était écrit depuis des lustres).
    Et du coup, à ce rythme effréné plus rien n'est viable. C'est dommage car la planète a de quoi offrir une vie confortable pour tout le monde, mais en rendant ultra jetables et très périssables les choses (regardez la durée de vie des objets modernes, conçus avant tout pour périr) et en gaspillant autant qu'on ne le fait, on pourrait même épuiser une planète grande comme Antarès.
    Ce serait la même chose avec des calèches et des chevaux, si je veux en générer 1000 milliards la planète ne pourra pas assumer l'offre en matière première.
    L'univers nous indique que la sagesse et la raison sont tout aussi importantes que l'intelligence, ou plutôt que la sagesse et la raison font partie de l'intelligence véritable. Il y a d’ailleurs beaucoup ce formes d'intelligences qui existent, et le QI n'en est qu'une parmi tant d'autres tout aussi vitales et primordiales (le monde actuel se borne surtout au QI, à savoir "l'intelligence technique bête et méchante" n'ayant que très peu de subtilité).
    Bon, je m'égare ...
  • Par AF25 (2021-12-06 09:39:09) : Je n'ai rien d'autre à ajouter je crois que c'est bien résumé... Effectivement le thermique est dans la même logique comme d'autres produits, avec obsolescence programmée (merci le système capitaliste qui nous fait acheter par l'envie et non le besoin !). L'homme ne veut (peut ? 🤔) raisonner sur du long terme et nous sommes les victimes des actions de nous (arrières) grands parents...
  • Par Admin ADMINISTRATEUR DU SITE (2021-12-07 16:45:18) : Pour être franc sur mes sentiments les plus profonds, voire même intimes. Je suis croyant, et la faute n'en revient pas vraiment à l'Homme, mais certains d'entre eux qui ont succombé au charme de certaines influences mal intentionnées ;-)
    Je ne peux être plus cartésien sur mon explication toute personnelle du pourquoi du comment.

    Et donc mettre tous les Hommes dans le même panier est un biais et une erreur à ne pas commettre.
    Ceux qui cherchent le pouvoir et l'argent finissent pas avoir le pouvoir et l'argent .. Ce voeux d'avoir du pouvoir et de l'argent à ce niveau démontre une envie malsaine, et un état d'esprit auto-centré sur ses propres désirs. Ce sont eux qui ont une grande influence (ceux qui ont justement voulu en avoir !), et ce sont eux qui ont modelé notre monde.
    Heureusement, dans le Livre sur lequel je me base, il est dit qu'on est à la toute fin de ce paradigme.
    Sachez enfin que mes croyances ont passé l'épreuve de mon esprit cartésien, je ne serais pas du genre à me laisser emporter par des doctrines fantaisistes qui n'ont ni queue ni tête. La réalité dépasse la fiction et l'entendement ... Vous ne pouvez pas imaginer à quel point.
    Ce triste monde n'est pas au niveau de ce qui était prévu, et il sera donc "rectifié".

    Allez, je vous laisse sur ces paroles que vous n'auriez sans doute pas imaginées lire sur un papier lié à l'automobile ;-)

(Votre post sera visible sous le commentaire)

Par zal (Date : 2021-11-28 20:44:10)

Je me permets juste un commentaire.
Autant, l'ancre du bateau doit effectivement couler, mais dans le contexte, l'encre est plus adapté !
On fait couler l'encre lors de l'écriture


Il y a 3 réaction(s) sur ce commentaire :

  • Par Ray Kourgarou TOP CONTRIBUTEUR (2021-11-28 21:00:07) : Voyons si l'Admin va lever l'ancre et appareiller vers le large pour y pêcher une seiche, lui demander un peu de son encre et revenir au port corriger cette petite fôte dort au graffe. 🤔
    😂😂
  • Par Admin ADMINISTRATEUR DU SITE (2021-11-29 12:07:32) : C'était pour vérifier le niveau de Français de mes internautes ;-)

    Vous êtes donc validé pour votre part !
  • Par Zal (2021-12-04 16:54:19) : Victoire :)

(Votre post sera visible sous le commentaire)



Ecrire un commentaire

Ce site est le vôtre ! Interrogation, complément d'information, conseil, anecdote etc... Toutes vos remarques sont les bienvenues.

Pseudonyme :


Mail * (non obligatoire) :


Votre commentaire :


* Soyez au courant des réactions sur votre commentaire. Il n'est pas obligatoire et restera confidentiel si vous l'indiquez.






Sur le même sujet

Nouveautés auto

Choisir une voiture

Fiabilité / Entretien

 

© CopyRights Fiches-auto.fr 2022. Tous droits de reproductions réservés.
Nous contacter - Mentions légales