Autres thèmes pertinents :
Dernière modification 14/02/2023

Economiser ses pneus - augmenter leur durée de vie


Les pneus d'une voiture peuvent s'user à vitesse grand V quand ils sont délaissés et non contrôlés régulièrement, avec comme conséquence supplémentaire de perdre en sécurité du comportement. Car oui, et sans tomber dans la peur irrationnelle et l'excès de zèle, les pneumatiques sont le principal facteur d'une bonne tenue de route. Et il vaut mieux souvent avoir une vieille auto désuète bien chaussée que la dernière BMW avec des pneus premier prix. Vous n'imaginez pas à quel point les pneumatiques sont déterminants pour votre sécurité ...
Et si il était auparavant possible de faire facilement plus de 100 000 km avec un même pneu (voitures plus légères avec une géométrie moins sportive), on est désormais sur des valeurs qui ont été a minimam divisée par deux voire par quatre ! Les voitures sont devenues lourdes, plus performantes (géométrie plus orientée vers l'efficacité) et leurs pneus plus larges subissent plus de contraintes.
Voici donc les conseils essentiels qui vont vous permettre de faire durer le plus possible vos pneus tout en favorisant l'aspect sécuritaire.
Nous allons donc étudier le gonflage, l'équilibrage, la géométrie ainsi que des aspects plus subtiles concernant la température et la vitesse à laquelle rouler.


Voici les règles essentielles qui permettront de les garder le plus longtemps possible

Règle 1 : bien gonfler tes pneus tu feras ...


La pression des pneus préconisée par le constructeur est celle qui est la mieux adaptée pour optimiser leurs performances, mais aussi préserver leur durée de vie. La pression indiquée par la marque doit donc être considérée comme étant un seuil minimum : ne roulez pas avec des pressions inférieures sauf cas particulier (roulage à basse vitesse dans le sable par exemple, mais je doute que vous soyez coutumier de cet exercice). Plus un pneu est dégonflé, plus la surface de la gomme au sol est importante, ce qui accroît l'usure et la régularité de cette dernière.


Attention, les pneus, même neufs, perdent régulièrement de l'air (davantage quand les températures changent beaucoup, comme au début de l'hiver par exemple). Il faut donc penser à contrôler la pression tous les mois... sans oublier la roue de secours si il y en a une. Le bouchon de valve, qui peut sembler très secondaire, est un élément essentiel de l'étanchéité du pneu. S'il vous en manque un (ou plusieurs), votre garagiste en aura toujours un ou deux qui traînent dans un coin. La vérification de la pression doit s'effectuer "à froid", soit une heure après l'arrêt du véhicule ou, au plus, après 3 kilomètres parcourus à faible vitesse. Si la vérification est effectuée sur un pneu "chaud", la pression sera forcément plus élevée : jusqu'à 0,3 bars au-dessus de la pression préconisée à froid. C'est normal car l'air se dilate à chaud (oxygène de l'air), et c'est pourquoi il ne faut jamais dégonfler un pneu qui vient de rouler, sous prétexte qu'il est sur-gonflé.

Sous gonflage plus dangereux ?


A savoir un sur-gonflage sera toujours moins dangereux qu'un sous-gonflage. Les statistiques de l'ASFA (organisme regroupant les sociétés autoroutières de France) montrent en effet que près d'un accident mortel sur dix a pour origine le sous-gonflage d'un ou de plusieurs pneumatiques. En effet, lorsque la pression est insuffisante, les flancs du pneu travaillent anormalement. Il en résulte une fatigue excessive de la carcasse, une élévation de la température et une usure anormale. Le pneu risque de subir des dommages irréversibles , le risque majeur étant l'éclatement et la perte de contrôle de la voiture. Quant au sur-gonflage, il peut poser des problèmes de stabilité car le contact du pneu avec le sol se trouve diminué. il ne doit être adopté que sur un véhicule très chargé ou appelé à faire beaucoup de kilomètres à grande vitesse.

Règle 2 : l'équilibrage tu surveilleras


L'ensemble jante-pneumatique doit "tourner rond" ! S'il présente une petite surcharge locale (un balourd), la roue sera soumise, à certains régimes, à de très fortes vibrations qui se répercuteront dans la direction. Ce phénomène est non seulement désagréable, il est aussi dangereux car il fatigue les bras de suspension (silentblocs de triangles), les amortisseurs et affecte la tenue de route. L'équilibrage d'un pneu ne peut être effectué que par un professionnel qui dispose du matériel capable de détecter les balourds. Ils seront compensés par de petites masses de plomb accrochées au rebord de la jante. Attention, ces masselottes peuvent parfois se perdre en roulant. Vérifiez fréquemment leur présence !

Niveau durabilité, ces vibrations auront comme conséquence d'accélérer l'usure des gommes mais aussi de les "hacher" en raison des percutions vibratoires qui deviennent abrasives. Vous aurez alors des gommes qui perdent leur aspect lisse pour mener à une gomme ébouriffée qui travaille mal.

Règle 3 : les amortisseurs tu changeras régulièrement


Quand les amortisseurs perdent de leur efficacité, les vibrations liés aux imperfections de la route sont accrues, avec même de petits rebonds qui font décoller les roues de la routes. Cela a comme conséquence une usure plus rapide et plus chaotique des gommes. Avoir de bon amortisseurs (idéalement avec chambre à gaz supplémentaire) permet de favoriser le ralentissement de l'usure des pneus.

Règle 4 : la géométrie tu contrôleras


La géométrie des trains roulants est déterminantes pour l'usure des pneus, avec notamment le parallélisme ou l'angle de chasse. Le premier, si il n'est pas parfait, induit un ripage / frottement car le pneu n'est pas parfaitement droit par rapport à sa trajectoire. Il va donc s'user plus vite en étant frotté contre la route comme si c'était une sorte de râpe à fromage ... Contrôler le parallélisme et effectuer une géométrie sera salutaire pour vos pneumatiques.
Le deuxième (angle de chasse) induit une usure irrégulière


Règle 5 : la vitesse tu adapteras


La vitesse aura bien évidemment une incidence sur l'usure. Plus vous roulerez vite plus les contraintes vont augmenter (le pneu est d'autant plus écrasé à la moindre aspérité de la route et il chauffe), et pour réduire cette dernière il faudra soit ralentir soit compenser en sur-gonflant vos pneus, à hauteur de 0.3/0.5 bar à froid.

Règle 6 : selon la température tu t'adapteras

La température a une incidence importante. En cas de grosses chaleurs les pneus deviennent tendres et se désagrègent donc d'autant plus sur le bitume. Pensez donc à réduire votre vitesse par rapport à l'hiver

Règle 7 : le bon choix de pneus tu feras


Cette règle est hélas contradictoire ... Il faudra en effet choisir ici entre sécurité et économies (usure). En effet, plus un pneu est économique plus il est mauvais pour votre sécurité. En effet, les pneus premier prix ont des gommes plus dures qui s'usent moins dans le temps mais qui offrent moins de tenue de route ...
Si votre portefeuille est privilégié, visez alors les gommes les plus dures qui soient.
C'est un peu la même chose avec les pneus dits "Energie / Energy" qui réduisent au maximum leur contact au sol pour privilégier les économies de carburant. Cela induit donc aussi une réduction de l'usure.

Enfin, les jantes taille basse, et donc les pneus à flancs réduits, auront tendance à s'user plus vite en raison du manque de souplesse

Règle 8 : La bonne voiture tu choisiras

La voiture est déterminante pour l'usure des pneus ... Il faut idéalement choisir une auto légère qui a des gommes assez réduites en terme de largeur. Evitez aussi les autos au tempérament trop affuté comme les Peugeot ou BMW par exemple, ces autos prennent aux pneus ce qu'elles offrent en efficacité, à savoir une usure plus rapide des pneus qui sont plus sollicités par une géométrie plus agressive.
Idem pour les grosses berlines de type Série 7, ces dernières consomment les pneus d'une manière affolante malgré des gommes calibrées très gros.

Règle 9 : Contrôler le témoin d'usure tu feras


C'est la bande de roulement qui assure la plus grande partie de l'adhérence du pneu à la route. Elle comporte des indicateurs d'usure situés en fond de sculpture, dans les rainures principales généralement plus larges. Le pneu doit être obligatoirement changé dès que ces indicateurs affleurent la surface de la bande de roulement. Légalement, la profondeur des sculptures ne doit pas être inférieure à 1,6 mm. Moins ses sculptures sont profondes, plus le pneu perd ses capacités à évacuer l'eau. Dès lors, même si vos pneumatiques n'ont pas encore atteint le stade d'usure maximum, pensez à réduire votre vitesse sur sol mouillé. Attention également aux coupures, chocs et boursouflures sur la bande de roulement ou sur les flancs extérieurs... et intérieurs (plus dur à vérifier !). Un pneu ainsi abîmé impose une vérification par un spécialiste.

Sachez que la crevaison n'est pas rare en cas d'utilisation excessive au delà du témoins d'usure. Et si vous ressentez des vibrations il est possible que vous roulier sur la carcasse / toile du pneu, et l'explosion n'est plus très loin (ça arrive plus souvent que vous ne l'imaginez).

Tous les commentaires et réactions


Ecrire un commentaire

Ce site est le vôtre ! Interrogation, complément d'information, conseil, anecdote etc... Toutes vos remarques sont les bienvenues.

Pseudonyme :


Mail * (non obligatoire) :


Votre commentaire :


* Soyez au courant des réactions sur votre commentaire. Il n'est pas obligatoire et restera confidentiel si vous l'indiquez.



Sondage au hasard :

Que pensez-vous de l'évolution de la fiabilité auto ?

Mon point de vue / Information complémentaire :
(votre commentaire sera visible sur la page de résultats)


Sur le même sujet

Nouveautés auto

Choisir une voiture

Fiabilité / Entretien

 

© CopyRights Fiches-auto.fr 2024. Tous droits de reproductions réservés.
Nous contacter - Mentions légales