Autres thèmes pertinents :
Dernière modification 08/05/2024

Ferrari 12Cilindri : Mauvaise inspiration ?


La Ferrari 12Cilindri se positionne en tant que successeur de la 812 Superfast, arborant encore un moteur V12 atmosphérique de 830 ch qui sert aussi au Purosangue. Elle est dotée d'un design inspiré des années 1960, notamment de celui de la Ferrari Daytona. Cette GT biplace est disponible en versions coupé et Spider, deux déclinaisons proposées toutes deux à la sortie du modèle. On pourra commencer par une analyse de sa nomenclature, qui manque à la fois de grâce et d'inspiration ... On comprend bien que Ferrari veuille communiquer sur le fait que son auto a un V12. A la fois parce que les V12 sont en voie d'extinction (quoi qu'avec l'hybride ça semble moins vrai) et que c'est ici potentiellement le dernier (je n'y crois pas encore une fois). Cette mise en avant de la rareté et de l'éventuelle disparition cherche sans doute à stimuler les ventes. De plus, la marque a montré qu'elle utilisait le nom de ses modèles pour son marketing, la F8 Tributo étant une sorte de SMS pour vous signaler que c'est le dernier V8. Enfin, avec la disparition des V8, le V12 atmo reste au final le seul moteur potable chez le cheval cabré (qui semble avoir de plus en plus de mal à le faire ... Une arthrose serait en train de poindre le bout de son nez ?). Je terminerai en jugeant ce nom à la fois imprononçable (en tout cas ça ne le fait pas si on le prononce sans être italien) et vraiment banal.


Style

Qu'il est difficile de digérer cette 12Cilindri après la réussite esthétique totale du Purosangue ... Et s'inspirer d'une des Ferrari les plus moches de l'histoire (mais ça aurait pu être pire avec la Mondial ...), et ce malgré un charisme et une identité forte, me paraît aussi quelque peu douteux. Et pour tout vous dire, les choses ne font que s'empirer depuis la F12. Concernant les détails, on a des optiques avant sans aucun travail ni charme (où l'ADN Ferrari semble complètement absent) accolés à une sorte de bout de plastique noir laqué qui ferait presque penser que cette auto a été désigné chez Stellantis (qui adore les bouts de plastiques noirs laqués fragiles et grossiers même si ici je suis peut-être un peu sévère, la dernière Lancia Ypsylon en est un bon exemple). Bref, laissez revenir Pinin Farina Benedetto ...


Le profil est en revanche très bon, et si on retire de ce point de vue les 10% l'avant on a une auto particulièrement réussie et désirable.

Quant à l'arrière, il n'est pas désagréable, et je dirais même qu'il a un côté spectaculaire qui est de bon augure pour une Ferrari (bien qu'au premier regard cette poupe m'ait laissé totalement indifférent). Certains le trouveront peut-être un peu inhabituel et pas assez corrélé avec l'ADN de la marque. Il aurait été aussi judicieux de rendre une partie de cette masse noire mobile, déployant un aileron comme on peut le voir chez Porsche.


Technique

Sous le capot, la 12Cilindri embarque un V12 de 6,5 litres développant 830 ch à 9 250 tr/min, associé à une boîte de vitesses à double embrayage à huit rapports. Malgré un poids légèrement supérieur à celui de la 812 Superfast, la 12Cilindri affiche des performances impressionnantes : 0 à 100 km/h en 2,9 s, 0 à 200 km/h en 7,9 s, et une vitesse de pointe dépassant les 340 km/h.


Chose très étonnante, il n'y a ici pas la moindre trace d'hybridation ... Comme quoi la législation reste assez souple ! Il était en effet largement possible d'électrifier un poil le tout pour réduire considérablement les l'emprunte environnementale (sur un cycle WLTP il suffit d'un alterno démarreur en 48V avec moins de 1.5 kWh de batterie pour obtenir des choses intéressantes). Ce sera pour la prochaine, et le V12 Ferrari semble avoir encore de beaux jours devant lui.

Sur le plan technique, les freins électriques de type brake-by-wire assurent un freinage sans connexion directe avec le pied.

Intérieur


L'intérieur est toutefois sans surprise, c'est du Ferrari comme on le voit depuis un bon bout de temps. Il bénéficie un écran tactile horizontal de 10,25 pouces avec un grand combiné numérique de 15,6 pouces et une console centrale inspirée des boîtes manuelles historiques de la marque (la fameuse grille, et on peut ici y voir un clin d'oeil au levier de la Modena en version F1).


Conclusion

La marque a beau proposer l'un des meilleurs moteur de la planète (c'est même semble-t-il le plus jouissif avec les V10 Audi, V12 Lambo et 4.0 Porsche atrmo / GT3), il n'empêche qu'avec des fautes de goût aussi prononcées, le bilan est largement gâché ... Et sans être figé ni lobotomisé, j'estime que ce genre de souci n'existe vraiment que depuis l'abandon de la sous-traitance du style à Pinin Farina.

Fiches Ferrari

Tous les commentaires et réactions


Ecrire un commentaire

Ce site est le vôtre ! Interrogation, complément d'information, conseil, anecdote etc... Toutes vos remarques sont les bienvenues.

Pseudonyme :


Mail * (non obligatoire) :


Votre commentaire :


* Soyez au courant des réactions sur votre commentaire. Il n'est pas obligatoire et restera confidentiel si vous l'indiquez.



Sondage au hasard :

Que pensez-vous des radars de feu tricolore ?

Mon point de vue / Information complémentaire :
(votre commentaire sera visible sur la page de résultats)


Sur le même sujet

Dernières fiches Ferrari :

Nouveautés auto

Choisir une voiture

Fiabilité / Entretien

Avis auto

 

© CopyRights Fiches-auto.fr 2024. Tous droits de reproductions réservés.
Nous contacter - Mentions légales