Dernière modification 24/01/2023

Autoroute : réduire au maximum sa consommation


C'est une problématique qui prend de l'ampleur dans un monde où le prix des carburants flambent et où la voiture électrique gagne des parts de marché. Etant plus encline aux variations de consommation, la voiture électrique incite d'autant plus à optimiser les choses, et ce malgré qu'il soit plus rapide de rouler vite si on veut gagner du temps (malgré les temps de recharge, étude à lire ici).

Si vous êtes adepte des économies et de l'optimisation, cet article devrait vous intéresser. Voici donc une série de choses à savoir pour accroître vos scores de sobriété

A lire aussi :

Quelle stratégie de base pour atteindre la sobriété maximale


Commençons par ce qui marche vraiment ... La première chose sera de vous dégoter un mulet qui a une morphologie importante, avec au minimum un SUV et idéalement un camion ... Le but ici est de faire payer la majorité de la résistance à l'air à votre prédécesseur. Comme il faut idéalement rouler à allure modérée (on ne cherche ici qu'à économiser, toute allure au delà de 130 km/h est à proscrire), ne trouvez pas un poursuivant qui a une vitesse de croisière de 150 km/h ... De plus, et comme il faut le suivre de plus près possible, il faut éviter les vitesses trop importantes pour réduire le temps de réaction nécessaire en cas de souci. Car oui, le défaut de cette méthode est qu'il faut se rapprocher de votre poursuivant à des distances de sécurité trop faibles d'un point de vue légal.
Sachez que les camions forment des sortes de trains en se collant les uns aux autres pour réduire leur consommation, les oiseaux font de même mais de manière encore plus subtile avec les formations en V.
Bref, la clé d'une belle sobriété sur autoroute commence en essayant de réduire la résistance à l'air. Et pour cela il n'y a rien de mieux que d'utiliser une autre auto pour fendre l'air à votre place (ou en tout cas en grande partie). Soyez toutefois très vigilant et ne collez pas trop (même si je sais que c'est tentant et que ça accroît les économies).


En cote ?

Il est impératif de perdre de la vitesse en cote pour éviter la surconsommation. En effet, lorsque votre auto monte c'est comme si son poids était démultiplié.
Sachez par exemple, et pour vous donner quelques repères approximatifs, qu'une auto consommera en moyenne 22 litres aux 100 km en roulant à 130 km/h dans une cote de 4% tandis qu'on tombe à moins de 15 litres en la rabaissant à 100 km/h.


Vous ne devez donc pas garder votre vitesse en compensant par un appui majoré sur la pédale d'accélérateur. Gardez la même pression sur l'accélérateur et laissez l'auto perdre de la vitesse (le mieux est même de relâcher un peu l'accélérateur), même si cela est très désagréable je veux bien l'avouer ...


Voici une étude qui compare la consommation de différents types de véhicules selon l'inclinaison de la cote. L'axe des ordonnées (gauche) indique la consommation en gallons pour 100 milles et l'axe des abscisses (bas) indique le pourcentage de la pente. CV = thermique, HEV = hybride et BEV = électrique

A quelle vitesse rouler ?


C'est une question qui dépend totalement de votre monture. Si vous avez une petite essence de 65 ch qui a 5 rapports courts (liés à la puissance du moteur), il faudra généralement plafonner maximum à 100/110 km/h pour ne pas se situer sur un régime trop important. Si vous avez une puissance importante avec beaucoup de rapports, il est moins grave de rouler à 140 km/h (ce sera même parfois la vitesse optimale sur le dernier rapport). C'est assez simple à définir si vous avez un compte tours, car certaines autos n'en ont pas. Il faut idéalement être le plus bas possible en régime (nombre d'injections par minute à réduire au maximum) avec un appui sur la pédale qui est lui aussi le plus faible (quantité de carburant injectée à chaque injection, à réduire aussi le plus possible). Il faut trouver l'allure qui combine le mieux les deux.
Bien entendu, aidez-vous en plus de la consommation instantanée pour avoir des repères.

A lire : Bien utiliser son moteur pour réduire sa consommation

En électrique ?


Le régime moteur étant directement dépendant de la vitesse, sauf sur les Taycan et E-tron dotées de deux rapports, moins vous roulerez vite et plus ce sera sobre. Toutefois, c'est un peu grossier car les différentiels (réducteurs de pont) sont généralement calibrés pour offrir une efficience maximale vers les 70 km/h. Vous obtiendrez donc généralement de meilleures consommations à 80 km/h plutôt qu'à 30 km/h. Sur les autos ayant deux moteurs, on peut avoir des rapports de pont différents entre l'avant et l'arrière, chaque moteur sera alors plus ou moins sollicité selon la vitesse (le moteur qui a un pont davantage démultiplié sera alors plus sollicité sur autoroute que l'autre). Bref, sans vouloir vous brouillez avec toutes ces subtilités, visez une vitesse qui se situe entre 110 et 120 km/h afin d'obtenir un bon compromis entre rapidité et efficiance. Si vous êtes un acharné de la sobriété, 100 km/h sera parfait ! En dessous il me semble que cela puisse affecter la sécurité en induisant un delta de vitesse trop important avec les autres usagers.

A lire : peut-on vraiment faire de l'autoroute en voiture électrique ?


Rouler le jour ?


Si la fluidité de la nuit paraît favorable à améliorer sa consommation, ce qui est vrai, l'idéal reste de rouler de jour en espérant ne pas rencontrer trop de bouchons ...
Le froid de la nuit par rapport au jour induit une densité d'air plus importante, avec une résistance aérodynamique accrue. De plus, la consommation des phares pourra forcément induire une peu plus de consommation, mais ce n'est toutefois pas à prendre autant en considération que la densité massique de l'air.

Comment faire sous la pluie ?


La pluie est un contexte de roulage particulièrement difficile pour la consommation, car on subit ici une résistance au roulage plus importante (eau qui freine les roues) cumulée à une résistance à l'air qui l'est tout autant (l'eau qui tombe amène encore de la résistance frontale). La première chose à faire est de rouler un peu moins vite que lorsqu'il fait sec, même si je sais que ça coule de source.
Pour limiter la résistance des pneus dans l'eau, il faut rouler dans les traces des autos qui vous précèdent. L'idéal, et le plus facile à faire, est de se placer derrière un camion car ces derniers déblaient beaucoup d'eau sur leur passage et vous offrent de larges "ornières" pour placer vos roues. Avec un régulateur adaptatif qui gère les gaz et la distance (et idéalement un autopilot) ce sera moins fatiguant sur de longues heures de conduite.


Comment "régler" son auto ?


Ici ce sera très simple puisque ça se limitera à l'ajustement de la pression des pneus. Il faut les gonfler un petit peu plus que ce qui est préconisé pour accroître l'efficience à plus haute vitesse. En effet, l'influence d'un pneu sous gonflé est accrue à haute vitesse, avec une résistance au roulement plus importante et une usure des gommes qui sera elle aussi accélérée.
Si il faut 2.2 bars d'origine, grimpez à 2.5 bars (attention, mesure faite à froid et non à chaud). Attention toutefois car cela augmente un peu les distances de freinage et réduit le tenue de route. Si le sol est glissant ou le temps très froid, mieux vaut privilégier la sécurité à la consommation.

Tous les commentaires et réactions


Ecrire un commentaire

Ce site est le vôtre ! Interrogation, complément d'information, conseil, anecdote etc... Toutes vos remarques sont les bienvenues.

Pseudonyme :


Mail * (non obligatoire) :


Votre commentaire :


* Soyez au courant des réactions sur votre commentaire. Il n'est pas obligatoire et restera confidentiel si vous l'indiquez.



Sondage au hasard :

Avez-vous confiance aux garagistes ?

Mon point de vue / Information complémentaire :
(votre commentaire sera visible sur la page de résultats)


Sur le même sujet

Nouveautés auto

Choisir une voiture

Fiabilité / Entretien

 

© CopyRights Fiches-auto.fr 2023. Tous droits de reproductions réservés.
Nous contacter - Mentions légales