Débats et réflexions diverses > Les marques traditionnelles vont-elles disparaître ? 27/02/2020

Les marques traditionnelles vont-elles disparaître ?


 

Avec la rupture technologique amenée par la propulsion électrique, les bouleversements dans l'industrie de l'auto devraient être importants ces prochaines années. Nous allons donc voir si cela peut mettre en jeu la survie des constructeurs historiques traditionnels, petite réflexion que je vous invite à traiter avec moi par le biais des commentaires.

Etre constructeur automobile c'est quoi ?

Etre un constructeur automobile n'est pas une chose aisée, c'est une industrie à la fois lourde et très technique. Fabriquer une voiture est très complexe (rares sont les objets qui contiennent autant d'éléments et de matière), et proposer un produit à la fois séduisant, fiable, compétitif et fonctionnel est un sacré tour de force. Et pour ainsi dire, une marque comme Renault a par exemple bien plus de mérite que Ferrari ou Rolls Royce ... Il est bien plus compliqué de viabiliser un produit de masse que de faire de petites séries (surtout destinées à des gens qui ont des contraintes financières bien moins élevées). Dans le premier cas il faut un outil industriel massif très compliqué à mettre en place, une logistique plus avancée (car il y a plus d'usines) et surtout concevoir une auto qui aura un coût de revient réduit (l'optimisation des coûts est un casse tête, sachant qu'il faut en plus séduire le client et proposer un produit fiable !). Dans le cas des petites séries destinées au marché du luxe, toutes ces contraintes sont largement réduites, et concevoir une auto performante comme une Ferrari est largement accessible à une marque comme Renault. Mais passons, ce n'est pas le sujet.


 

Cette technicité et cette complexité industrielle est en grande partie liée à la motorisation des voitures. C'est en effet un métier très spécifique qu'on peut presque qualifier de niche. Une niche dans le fait que n'importe qui ne peut pas se lancer dans cette industrie aussi facilement. Il faut des décennies d'expérience pour commencer à être un motoriste viable (coût de revient, fiabilité et rendement). Et ce n'est pas parce que beaucoup d'éléments au moteur proviennent d'équipementiers que cela rend la tâche aisée. Les moteurs sont avant tout développés par les marques elles-mêmes, souvent en collaboration pour diviser les coûts (ex : 1.6 THP PSA/BMW).


 

Mutation dangereuse ...

Ce qui vaut l'existence de cet article est que justement le métier de constructeur automobile commence à changer ...

Disparition du thermique ?

La probable disparition du thermique d'ici deux décennies (si le monde n'est pas tombé avant évidemment ...) entraîne un changement de paradigme important au niveau de la conception des autos ...
Et surtout, la contrainte extrêmement importante liée à la conception et fabrication des moteurs thermiques est en train de disparaître ... Ceci est une aubaine pour les nouveaux arrivants qui n'ont plus à se casser la tête avec cette problématique qui anéantissait les espoirs de voir débarquer de nouvelles marques.


 

Finis les moteurs complexes et tous les dérivés (puissance différente, essence, diesel etc.), place au moteur électrique que quasiment n'importe quelle marque peut se mettre à développer facilement (en plus il n'y a pas de boîte de vitesse complexe), tout en bénéficiant d'un rendement qui restera très correct (avec un thermique ce n'est pas la même chose). La simplicité du groupe motopropulseur est ce qui fait sauter le verrou, car tout ce qui est châssis et trains roulants est quelque chose qui reste accessible, surtout avec les simulateurs informatiques qui divisent les coûts de conception (moins de frais grâce à la simulation 3D et gain de temps). Notez d'ailleurs que le châssis est plus simple en électrique : pas d'arbre de transmission, pas d'échappement, pas besoin de le rendre compatible avec plusieurs moteurs et transmissions, simplicité qui accroît plus facilement la rigidité et la conception pour les crash-test etc.

Changement de métier ?

Fabriquer des voitures revient presque à changer de métier, et c'est pour cela qu'on voit débarquer des acteurs comme Sony ou encore Tesla (pour ne citer qu'eux), fabriquer une voiture revient presque à faire une grosse console de jeu (cf Sony).
Rappelez-vous, Sony a débarqué dans le domaine des jeux-video (1995) en voyant que les consoles allaient adopter un lecteur CD ... Et comme Sony était un des spécialistes du secteur, ils se sont dit qu'ils pouvaient techniquement profiter de l'aubaine pour sortir une console (en réalité ils devaient équiper la Super Nes d'un lecteur CD, mais ça a capoté. Ils ont alors sorti une console "toute entière"). Aujourd'hui c'est la même chose, les entreprises digitales constatent clairement qu'ils peuvent se lancer dans la partie, et même qu'ils peuvent faire mieux que les constructeurs actuels.

Bref, fabriquer une auto revient désormais à fabriquer un objet technologique, un genre de lecteur Blueray roulant. Et comme l'infodivertissement et la conduite autonome deviennent des éléments clés, les boîtes de la Silicon Valley sont maintenant presque plus compétentes que les constructeurs automobiles pour faire des voitures (idem pour les moteurs électriques, c'est quasiment un "moteur digital" qui se met au point sur un ordinateur) ... En effet, ces aspects sont largement mieux maîtrisés par des sociétés technologiques spécialisées dans le digital plutôt que les constructeurs historiques. Ces derniers n'ont en effet aucune spécialité dans le domaine et out est sous-traité. Et cela devient très embêtant quand ces aspects deviennent prédominants.
Les choses s'inversent donc, les sociétés technologiques ne pouvaient devenir constructeur auto car le retard sur les moteurs thermiques était trop important, mais désormais ce sont les constructeurs traditionnels ont du retard vis à vis de la technologie embarquée des autos (qui devient prédominantes et non plus liée à des accessoires de confort).


 

Tesla conçoit donc lui-même ses logiciels embarqués et son autopilot, les autres sous-traitent et n'ont donc pas un contrôle total sur les produits, ce qui induit aussi forcément un retard technique dans le domaine.
Cela n'empêche toutefois pas les marques traditionnelles de travailler elles-mêmes sur leur autopilot, tel PSA par exemple. Mais franchement, on peut estimer que des sociétés comme Microsoft ou Appel seraient bien plus compétentes pour développer ce genre de choses, leur armada d'ingénieurs est la fois bien plus importante en volume mais aussi en compétences.


 

En changeant de métier, les constructeurs historiques sont en train de perdre la main et devenir obsolètes ...

Des usines et du personnel sur les bras ?

Pire ... Les marques traditionnelles doivent se coltiner un outil industriel dépassé, un outil qui coûte très cher à faire fonctionner tandis qu'en même temps ils doivent investir sur de nouvelles usines car les procédés de fabrications changent eux aussi avec l'arrivée de l'électrique (qui change radicalement l'architecture traditionnelle des voitures). Les nouveaux arrivants, tel Tesla, ne se concentrent quant à eux que sur les nouveaux types de voitures, ce qui permet de canaliser toute l'énergie et la concentration dans ce sens. Une société comme Volkswagen doit donc composer avec l'ancien et le nouveau monde, cela prend plus d'énergie et donc aussi de ressources financières.
Tout cela est assez ingrats, car c'est encore grâce à ces marques historiques qu'on peut acheter tout un tas de voitures diverses et variées (certes thermiques ..). Si on ne devait compter que sur Tesla on serait très mal !






Tous les commentaires et réactions


Dernier commentaire posté :


Par vincent TOP CONTRIBUTEUR (Date : 2020-02-28 10:16:56)

Sujet très intéressant.

on pourrait même se dire que peuvent se développer deux marchés : des fabricants de motorisation peu importe laquelle et des fabricants (les connus actuellement) de coquilles vides avec plus ou moins bonne finition, standing etc puis on greffe l'un à l'autre et roule…

Moi de toute manière je vote pour la "téléportation".

;-)

Il y a 1 réaction(s) sur ce commentaire :

  • Par Admin ADMINISTRATEUR DU SITE (2020-02-28 10:53:52) : En effet, il est très probable que les constructeurs traditionnels sous-traitent la fabrication des moteurs électriques (car ils ne sont pas spécialistes du tout en la matière, et à Francfort je vois beaucoup d'équipementiers proposer aux marques ce genre de matériel. PSA fait ses courses chez Aisin d'ailleurs, Aisin qui a un personnel très sympathique au passage, je prends souvent plaisir à échanger avec eux).
    Mais si on veut être à la pointe du rendement énergétique mieux vaut tout faire soi-même, et c'est ce que choisit Tesla même si jusqu'à présent les batteries ne le sont pas (ça change toutefois).
    En effet, pour arriver au meilleur des rendements, les ingénieurs maison doivent avoir la main à la fois sur l'électronique de puissance et les moteurs électriques. En faisant sous-traiter on peut aussi laisser échapper quelques secrets de conception. Tesla ne dépose d'ailleurs pas tous ses brevets afin qu'on ne pompe pas les technologies (surtout avec Space X en réalité).

(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Suite des 2 commentaires :

Par Debian (Date : 2020-02-28 09:35:27)


Sujet intéressant mais non trivial. Il y a mutation certes, car elle est constante. Mais de la à affirmer que les moteurs thermiques vont disparaître me semble un peu rapide. De plus, je ne pense pas qu'une législation sera plus convaincante que les lois de la nature, en particulier celles de la physique. On ne devrait pas top prendre tout à la lettre et certainement pas une loi d'un ministre fraîchement arrivé et encore plus rapidement démissionnaire. Ce que peux faire une loi peut tout autant être défait pas une autre. Par contre, le bilan énergétique relève d'un autre ordre de difficultés. Ne pas oublier que ces "transition" se font dans un contexte financier sans équivalent historique, ie: la planche à billet (les QE, et autres opérations "spéciales") tourne a plein régime pour un temps annoncé infini. On voit mal un état sortir des dizaines de milliard par an en situation d'insolvabilité totale et l'exemple du plan 100% hydrogène en Islande en est un bon exemple.

Sinon je ne pense pas qu'un Microsoft ou même un Google soit plus à même de réaliser des logiciels pour ce genre de mobilité. Microsoft est largement connu pour être une des pires sociétés en matière de génie logiciel, Google n'a pas la réputation d'être un exemple non plus. L'activité logicielle dans les systèmes critiques (là ou la vie est en jeu) est fondamentalement différente de celle des OS, des jeux ou de l'internet. C'est tellement tranchant en fait qu'il s'agit d'une question de vie et de mort, littéralement. Mais cela ne veux pas dire qu'ils ne vont pas y mettre le nez dedans.
Les acteurs les plus sérieux serait soit à chercher du coté des avions (mais alors pas chez Boeing...) et des trains, et/ou à construire.
Quelque soit les mutations, avec ou sans informatique, la conception et l'assemblage du véhicule restera une activité importante (voir les difficultés chez Tesla...) donc il devrait rester quelque chose autour de ces savoirs.
Il me semble que les plus grands changements risque de provenir plus de la concentration capitalistique en court que de cette mutation technique annoncée.
Bonne journée


Il y a 3 réaction(s) sur ce commentaire :

  • Par Admin ADMINISTRATEUR DU SITE (2020-02-28 10:48:09) : Rassurez-vous, j'ai même participé activement dans votre sens, à savoir que les thermiques ne vont pas disparaître.
    Mais franchement, en étant lucide et cartésien, l'intérêt de garder des moteurs thermiques est plus que douteux ...Bien entendu on est d'accord que le parc auto ne va pas être renouvelé en 5 ans seulement, mais je pense qu'on tend vers un remplacement global des thermiques par les électriques, et la bascule tendra à s'accélérer avec la démocratisation et le déploiement des superchargeurs.
    En ce qui concernent les lois de la nature je suis même encore plus sévère que vous, au delà des aberrations des banques centrales, c'est la réalité physique qui va nous rattraper : crise énergétique et climatique qui vont eux aussi entamer une bascule d'ici peu (allez, 10 ans max j'imagine). Et le sujet de la voiture électrique sera potentiellement bien loin de nos préoccupations premières. Et vue la résilience précaire de nos sociétés modernes (et donc des citoyens eux-mêmes), les difficultés seront encore plus importantes qu'on ne l'imagine. Pour clore, je suis donc pessimiste de par les données qui convergent toutes vers un changement global (biologie, climat, économie, énergie, géopolitique : en Iran ça va swinguer ! etc. etc.), et la cerise étant que mes croyances bibliques annoncent la même chose, et ce depuis plus de 2000 ans pour le coup (stupéfiant ...). Bref, c'est la convergence généralisée de toutes les données qui a fini de me convaincre à 99.999%. (je me garde une petite réserve histoire de garantir la pérennité de ma lucidité et objectivité, ne jamais se fermer à aucun scénario tangible, même si il paraît "original").
    Bon, pour revenir à des sujets plus actuels et plus légers, je pense que contraire que les ingénieurs et programmeurs de sociétés de la Silicon Valley sont les mieux à même à concevoir des algorithmes. Que ce soit pour piloter des moteurs électriques (électronique de puissance très fine pour obtenir de la puissance et de l'autonomie. C'est d'ailleurs grâce à ça que Tesla a de l'avance, pas seulement à cause du moteur à réluctance variable) ou pour concevoir des logiciels embarqués. C'est leur métier depuis plus de 40 ans ! Demandez à Fiat ou Toyota de développer Windows ou même simplement IOS, ils leur faudra 5 fois plus de temps pour faire quelque chose de dix fois inférieur.
    Quant à Microsoft et les soucis logiciels que vous mentionnez, tout est lié à un cahier des charges (si Boeing faisait des OS ça serait la même chose). Dans le cas d'un OS, un crash ou un bug n'est pas très important, et c'est lié au cahier des charges. Dans le cas d'un logiciel qui gère une conduite autonome, il y aura bien évidemment des garde-fous avec le doublage (voire plus) des dispositifs. C'est un faux problème pour moi, et il est logique de ne pas avoir les mêmes contraintes pour le développement d'un OS que pour le développement d'un pilote automatique. Fiabiliser Windows comme un autopilot aurait été idiot, car le coût de revient aurait été supérieur pour pas grand chose. Exemple : sur les Tesla l'infotainment plante régulièrement, mais jamais l'électronique de puissance lié à la propulsion de l'auto ou encore permettant le contrôle de l'auto (direction, ESP, etc.). Le cahier des charges étant bien plus strict sur les fonctions liées à un danger potentiel.

    En tout cas merci beaucoup pour votre intervention !
  • Par Ray Kourgarou TOP CONTRIBUTEUR (2020-02-29 12:18:51) : Ouatch ! Concours de pavés 😁 ?
    Copieux échange intéressant néanmoins.
  • Par (2020-03-03 21:32:05) : Très intéressant je partage également votre analyse. Merci à vous, c'est toujours un plaisir de vous lire

(Votre post sera visible sous le commentaire)

Ecrire un commentaire

Ce site est le vôtre ! Interrogation, complément d'information, conseil, anecdote etc... Toutes vos remarques sont les bienvenues.

Pseudonyme :


Mail * (non obligatoire) :


Votre commentaire :




* Soyez au courant des réactions sur votre commentaire. Il n'est pas obligatoire et restera confidentiel si vous l'indiquez.



La formule E électrique vous trouvez que :

Mon point de vue / Information complémentaire :
(votre commentaire sera visible sur la page de résultats)



Sur le même sujet

Nouveautés auto

Choisir une voiture

Fiabilité / Entretien

Culture auto

Articles au hasard

Fiches au hasard

 

© CopyRights Fiches-auto.fr 2020. Tous droits de reproductions réservés.


>> Nous contacter - Mentions légales
Fiches-auto.fr : Conseils et infos pour l'achat et la vente de voitures d'occasion. Fiches auto, essais, tests (fiabilité, consommation, les plus, les moins)