Autres thèmes pertinents :
Dernière modification 18/05/2020

Nouveau contrôle technique (depuis 2018)


Le contrôle technique a largement évolué en 2018 avec bien évidemment des règles plus strictes et sévères ... Le but est aussi d'harmoniser le contrôle au niveau Européen. Voici donc un petit récapitulé de ce qu'il faut retenir sur le sujet (pour le texte complet rendez-vous ici).

Objectif ?

L'objectif est bien entendu de rendre les routes plus sûres en empêchant de faire circuler les autos à risques, l'aspect écologique aussi est mis en avant en contrôlant plus sévèrement les rejets de polluants. Toutefois, les défaillances techniques sont rarement en cause (voir ici en milieu de page) et on peut donc douter du fait que cela influera sur le nombre d'accidents ... On parle déjà de 90% des accidents liés à une erreur humaine, il n'y a donc potentiellement que 10% à attribuer aux défaillances (et on sait bien que ce n'est qu'une petite partie de ces 10%). Bref, ce sont surtout les portefeuilles qui vont dérouiller ! Cela va-t-il aussi stimuler le marché du neuf et donc réduire l'âge moyen des autos circulant en France ?

Quand ?

Il est entré en vigueur en vigueur le 20 mai 2018. Voir le détail des contre-visites ici.

Multiplications des points de contrôle et durcissement



Avant, le contrôle technique se basait sur 124 points de contrôle avec 196 contre-visites possibles. Depuis le 20 mai 2018, ils passent à 134 avec 472 motifs de contre-visites, dont 126 dites critiques (voir chapitre suivant). Les chances d'être recalé semblent donc logiquement plus élevées même si il faut prendre conscience qu'il s'agit avant tout de mieux détailler les défaillances détectées dans le compte rendu du CT (chaque point de contrôle donne lieu à une liste de choix : voir ici, il y en aura donc plus pour chacun d'entre eux). Pr dessus cela, certains problèmes donneront lieu à une contre-visite alors qu'ils sont aujourd'hui juste mentionnés et donc non soumis à contre-visite (ex : fuite moteur, cela va faire des ravages car nombreux son ceux qui ont un peu d'huile qui coule). Les fumées seront par exemple analysées et ça ne se limitera plus seulement à l'opacité de ces dernières, de grosses difficultés à venir donc. Plus d'infos sur les points de contrôle actuels : voir ici.

Deux type de contre-visites

Si l'on connaît la contre-visite qui impose de réparer l'anomalie dans les 2 mois, il y aura désormais des défauts qualifiés de "critiques". Dans ce cas c'est potentiellement (car rien n'est encore voté) une immobilisation dans les 24 heurs ...
Vous aurez donc 24 heures pour prendre rendez-vous avec un mécanicien pour résoudre le problème. Seul le trajet pour aller faire réparer l'auto sera toléré pour un défaut qualifié de critique. Voici le texte original :

"En cas de défaillances critiques, le contrôle est considéré comme ayant échoué. L’État membre ou l’autorité compétente peut décider que le véhicule en question ne peut plus circuler sur la voie publique et que l’autorisation de circuler doit être suspendue pendant une durée limitée, sans que cela n’entraîne une nouvelle procédure d’immatriculation, jusqu’à ce que les défaillances soient rectifiées et qu’un nouveau certificat de contrôle technique soit délivré, prouvant que le véhicule est en état de circuler."


Principales nouvelles contre-visites

Quelles sont donc les nouvelles raisons qui peuvent mener à une contre-visite ? Voici les principales :

  • Bruit moteur trop important
  • Témoins allumés : les voyants Airbag, ceinture et ABS / ESP seront soumis à contre-visite
  • Batterie mal arrimée
  • Les fuites de fluides (huile moteur / boîte, batterie etc.) donneront lieu à une contre-visite si elles sont bien perceptibles (un petit suintement furtif qui ne goute pas ne posera pas de soucis)
  • Des essuie-glace trop usés vous mèneront à une contre-visite
  • Mauvais état du rétroviseur central
  • Frein à main pas assez efficace
  • FAP ou catalyseur absent
  • La corrosion perforante menant à la fragilisation du châssis sera soumis à contre-visite : plancher, berceau moteur ou de train arrière, longerons
  • Siège mal arrimé : qu'il bouge ou que les réglages ne tiennent pas mènent à une contre-visite

Donc plus cher

Qui dit plus de points de contrôles dit plus de contrôles. Qui dit plus de contrôles dit plus de travail, et donc un coût de revient plus important pour le centre de contrôle technique. De ce fait, les prix vont logiquement augmenter passant de 6à à 80 euros environ (et cela dépend évidemment du centre). N'oublions pas non plus que la main d'oeuvre devra aussi être plus qualifiée (c'est dans la directive), ce qui va là aussi accroître les coûts liés aux salaires (plus on est qualifié plus on est payé, enfin en théorie ...).

Tous les commentaires et réactions


Ecrire un commentaire

Ce site est le vôtre ! Interrogation, complément d'information, conseil, anecdote etc... Toutes vos remarques sont les bienvenues.

Pseudonyme :


Mail * (non obligatoire) :


Votre commentaire :


* Soyez au courant des réactions sur votre commentaire. Il n'est pas obligatoire et restera confidentiel si vous l'indiquez.



Sondage au hasard :

Avez-vous peur de vous faire contrôler par la police même quand vous êtes en règle ?

Mon point de vue / Information complémentaire :
(votre commentaire sera visible sur la page de résultats)


Sur le même sujet

Nouveautés auto

Choisir une voiture

Fiabilité / Entretien

 

© CopyRights Fiches-auto.fr 2024. Tous droits de reproductions réservés.
Nous contacter - Mentions légales