Vie à bord Aygo X (2021)


Habitabilité / coffre

Plus longue de 24 cm par rapport à sa devancière (ainsi qu'un empattement majoré de 9 cm), l'Aygo X propose donc plus d'espace à l'intérieur même si certains auraient espérés un peu plus. Les normes de sécurité qui ont évolué induisent un renforcement de la structure, et il ne faut pas non plus omettre que ce sont aussi les places avant qui ont bénéficié de cet accroissement, avec désormais la possibilité de faire conduire des conducteurs de grand gabarit.

Habitabilité 2ème rang :
Volume de coffre (231 L) :
Confort de suspension :
Confort 18 pouces :
Finition / Présentation :
Infodivertissement :
Places assises :
4
Empattement * :
2.43 m

* : l'empattement est un indice important sur l'habitabilité

Quelques véhicules proches :
500e / Spring

Concernant le coffre, il culmine à 231 litres contre seulement 168 litres auparavant. Cela inclut donc le rangement sous plancher, qui peut toutefois être perdu avec l'option Audio Premium JBL (on est alors plutôt sur un coffre de 189 litres, soit presque le même que sur l'ancienne). Pour une longueur aussi contenue on peut dire que c'est une valeur honorable.
A l'arrière, les passagers gagnent surtout au niveau de la largeur de banquette, car il faut avouer qu'en terme d'espace aux jambes ça a très peu évolué à la hausse (dépend toutefois, surtout dans ce genre d'auto, du réglage des sièges avant en terme de recul). Ce gain reste toutefois peu avantageux car l'auto reste homologuée pour quatre, avec donc l'impossibilité d'emmener trois passagers à l'arrière...








Niveau rangements on reste sur quelque chose de peu travaillé, et à part les vides poches de portière et les porte-gobelets avant il n'y a pas grand chose ... On aimerait un rangement qui se ferme pour mettre les affaires qu'on souhaite dissimuler. S'agissant d'une citadine particulièrement exposée aux regards extérieurs (c'est en ville qu'il y en a le plus), il aurait été bien de proposer quelque chose de plus confidentiel (le but est toutefois de faire des économies en évitant au maximum les mécanismes divers et variés).
Notez que c'est un peu mieux sur les versions d'entrée de gamme, je vous laisse découvrir tout ça un peu plus bas dans le texte.


La recharge par induction n'est hélas pas disponible en option et elle réclame obligatoirement de s'orienter vers les finitions les plus chères.

Finition sans fioriture


Pas facile de concilier économies maximales et habitacle cossu... Toyota n'étant en plus pas le champion de la qualité dans les habitacles (à croire qu'ils ont des gènes américains), il ne fallait donc pas trop en espérer ici. Le résultat est donc une auto aux plastiques durs et gris qui inspirent un peu la grisaille et le bourdon (avec des assemblages très bons si on omet la boîte à gants). Et si il y a eu une tentative d'égayer le tout avec des formes rondes (qui peuvent rappeler la première Yaris sous certains aspects) et quelques pointes de couleur sur les versions les plus dotées, on ne sera pas vraiment emballé. A une époque où les concurrents sont de plus en plus astucieux pour offrir des habitacles funs et rigolos, on pourra voir ici un manque d'inspiration. Mais ne soyons pas trop mauvaise langue, car cet intérieur est à la fois ergonomie et fonctionnel, ce qui est finalement le plus important dans une voiture du quotidien (et puis à ce niveau de gamme les concurrents ne font pas non plus trop de folies non plus). On a en effet des commandes bien positionnées et qui ont le mérite d'être encore physiques et non tactiles. Toyota étant un gros fournisseur d'autos pour les personnes un peu plus âgées, ils ont évité l'erreur de proposer une ergonomie trop "numérique".




Infodivertissement


Comme pour le reste de l'auto, on est ici sur du basique. Biden entendu, la version de base dépouillée de tout ne profite même pas d'écran, alors qu'on a en général une version réduite et monochrome chez les concurrents. Ici on reprend un peu la technique de Dacia en enlevant purement et simplement toute interface par écran. A la place on profite de rangements qui peuvent manquer comme je l'ai dit précédemment.
Pour le reste on a un petit écran assez simpliste intégré dans le gros compteur de vitesse et un deuxième écran bien plus "crédible" de 7, 8 ou 9 pouces. Car oui, il y a trois écrans disponibles selon le niveau de finition (étonnant cette diversité), avec 7 pouces et des boutons + molettes latéraux sur le plus petit, et 8 et 9 pouces sans boutons pour les plus huppées.






Et si l'interface reste basique avec notamment une carte GPS très conventionnelle, c'est la possibilité d'avoir Apple Car Play et Android Auto qui sauve largement la mise. On se connecte toutefois par câble, sauf sur le niveau de finition le plus élevé ou on profite du Bluetooth.
Pour finir sachez que l'auto est de série connectée à votre téléphone, avec la possibilité de voir le niveau de carburant, sa localisation, les données de conduite et enfin les éventuels voyants de service ou entretien
Sur le plus haut niveau de finition vous pouvez jusqu'à verrouiller l'auto à distance ou encore activer le chauffage (cette dernière option ne fonctionne que si vous avez la boîte CVT).





Compléter cet article









 
    OUVRIR    
 



Vous possédez ou avez possédé une TOYOTA Aygo X


Moteur :

Utilisation :

Autres infos utiles décrivant votre auto :
(Boîte, kilométrage, année, jantes, finition/millésimeetc.)


N'hésitez pas à développer / approfondir vos écrits, c'est très apprécié.

Qualités :



Défauts :



Consommation moyenne (L/100 km ou kWh/100km + autonomie électrique si VE) :



Problèmes / dysfonctionnements rencontrés :



Note :

/20

Assurance :

Tarif payé :    euros/an

Commentaire libre facultatif (ce dernier sera affiché à la suite de votre avis).



E-mail facultatif (permet la modification ultérieure de votre avis) :

Articles Toyota


Infos Toyota

Nouveautés auto

Choisir une voiture

Fiabilité / Entretien

Avis auto

 

© CopyRights Fiches-auto.fr 2023. Tous droits de reproductions réservés.
Nous contacter - Mentions légales