Autres thèmes pertinents :
Dernière modification 23/11/2023

Baisse des commandes auto en 2023 : état des lieux


L'année 2023 marque un nouveau tournant dans le marché automobile français. Les commandes de voitures neuves traversent une période de crise profonde qui persiste dans le temps, illustrée par des tendances contrastées depuis le début de la crise sanitaire en 2020. Cet article propose un état des lieux détaillé, enrichi par des graphiques révélateurs des ventes trimestrielles depuis 2017. Nous tenterons ensuite de définir les principaux axes qui ont mené à cette décroissance ...

Décalage entre immatriculations et commandes : subtilités

Un décalage plus important qu'habituellement est constaté entre le nombre d'immatriculations et le nombre de commandes cette année. Les immatriculations restent élevées en volume car elles reflètent les retards de livraison des années précédentes. Par exemple, en octobre de cette année (2023), les immatriculations ont augmenté de 21.9% par rapport à octobre 2022, et de 16.5% en cumul depuis le début de l'année. Malgré tout, les commandes n'ont pas suivi cette tendance comme vous allez le voir. Le personnes qui se basent donc sur les chiffres d'immatriculations passent donc un peu à côté de la réelle tendance de fond.

A lire : les immatriculations de voitures neuves en France de 1980 à aujourd'hui

Etat des lieux


Une cassure plus ou moins nette est observable dans les graphiques à partir de début 2020 (je vous invite à consulter le lien du dessus pour mieux apercevoir la rupture entamée en 2020, les chiffres annuels sont plus parlants que ceux des derniers trimestres affichés ici), coïncidant avec la crise du Covid-19. Cette période a entraîné une perturbation majeure dans les habitudes de consommation et les chaînes d'approvisionnement. Malgré la distance croissante qui nous sépare cet événement, le rythme habituel des commandes n'est pas revenu à la normale.

Evolution des commandes de voitures particulières neuves en France






Si on prend comme comparatif l'année 2017 (une année qu'on peut qualifier de "normale"), la tendance est alors bien visible


Voici la même vue en affichant cette fois la différence en pourcentage

Causes de la baisse des commandes

Hausse significative des taux d'emprunt


Un élément crucial affectant le marché automobile en 2023 est l'augmentation marquée des taux d'intérêt pour les prêts automobiles. Selon les données fournies par Caradisiac, le taux moyen des prêts auto a connu une hausse considérable, passant de 3,90% à mi-mai 2022 à 5,74% à mi-mai 2023. Cette augmentation est directement liée à l'escalade des taux directeurs des banques centrales, une réponse aux pressions inflationnistes (augmenter les taux réduit mécaniquement l'inflation). Cependant, il y a des indications que ces taux pourraient baisser suite au pivot (= inversion de la courbe des taux) de la Réserve fédérale américaine (FED) qui semble avoir été engagé, mais les effets ne sont pas encore pleinement ressentis sur le marché.

Coût élevé des véhicules modernes

Un autre facteur influençant la baisse des commandes est le coût accru des véhicules neufs, particulièrement les modèles électriques et hybrides. En septembre 2023, les chiffres d’immatriculations révèlent une préférence pour ces types de véhicules : 30 173 voitures électriques, 38 461 hybrides, 15 699 hybrides rechargeables, contre 52 915 essences et 13 270 diesel. Cette tendance est stimulée par la mise en place des zones à faibles émissions (ZFE) et la bonne presse de l'électrique. Néanmoins, les prix élevés de ces véhicules neufs limitent le nombre d'acheteurs potentiels, impactant donc le volume global des commandes comme vous pouvez le constater.

Indécision des acheteurs


La diversité des options de motorisation crée une hésitation parmi les consommateurs. Face au choix entre les véhicules thermiques, électriques, hybrides et hybrides rechargeables, de nombreux acheteurs potentiels reportent leur décision d'achat. Cette pause est encore accentuée par le fait que les voitures offrent un niveau de confort et de sécurité élevé depuis déjà plus de 20 ans, ce qui diminue le besoin urgent de remplacer les véhicules actuels. Ceux qui ont un Scenic 2 âgé de près de 20 ans ont encore un véhicule qui reste à la page par exemple. L'écart était bien plus prononcé les décennies précédentes, et une voiture qui avait 20 ans était souvent obsolète sur bien des aspects.

A lire : que choisir comme type de véhicule en 2023-2024 ?

Impact de l'inflation


L'inflation galopante joue un rôle majeur dans la prudence des consommateurs. Avec une augmentation des coûts énergétiques (notamment le carburant qui est devenu très cher, et ce de manière stable) et une hausse de 10% des tarifs réglementés de l'électricité  depuis le 1er août 2023, les ménages sont devenus plus circonspects dans leurs dépenses importantes. De plus, l'annonce gouvernementale sur la fin progressive du bouclier tarifaire entre fin 2024 et début 2025 renforce cette tendance à l'économie et à la réflexion avant d'engager des dépenses importantes comme l'achat d'un véhicule neuf. Le message du gouvernement consiste à dire que désormais il faudra se débrouiller seul face à l'inflation, ce qui n'est toutefois pas un mal car un Etat qui se ruine n'est pas non plus une solution sécuritaire pour ses citoyens.

A lire : évolution de l'inflation automobile en France

Conclusion

Le marché automobile français de 2023 reflète une époque de transition et d'incertitude. Les défis économiques, les troubles géopolitiques et les évolutions technologiques redéfinissent les habitudes et limitent de plus en plus les possibilités du consommateur (malgré une diversité croissante de moyens de propulsion, ironie du sort). Le résultat est donc pour le moment une baisse progressive mais bien ancrée des commandes de voitures dans les concessions Françaises. Certaines concessions et marques s'adaptent en proposant des produits moins nombreux mais plus haut de gamme. Certaines concessions vont même jusqu'à réduire drastiquement le nombre de modèles exposés (et disponibles en stock) et ne garder que les plus premium. Le monde semble donc bien se diriger vers une "fracture sociale automobile", qui verrait voir apparaître une caste de gens qui peuvent avoir une auto et les autres, qui devront prendre les transports en commun ou s'équiper de voitures vieilles et obsolètes qui seront bannies des grandes agglomérations (les excluant eux-aussi de ces zones).

A lire aussi : l'évolution de l'âge moyen des voitures en France

Tous les commentaires et réactions


Ecrire un commentaire

Ce site est le vôtre ! Interrogation, complément d'information, conseil, anecdote etc... Toutes vos remarques sont les bienvenues.

Pseudonyme :


Mail * (non obligatoire) :


Votre commentaire :


* Soyez au courant des réactions sur votre commentaire. Il n'est pas obligatoire et restera confidentiel si vous l'indiquez.



Sondage au hasard :

Trouvez-vous les montants des PV bien adaptés aux infractions commises ?

Mon point de vue / Information complémentaire :
(votre commentaire sera visible sur la page de résultats)


Sur le même sujet

Nouveautés auto

Choisir une voiture

Fiabilité / Entretien

 

© CopyRights Fiches-auto.fr 2024. Tous droits de reproductions réservés.
Nous contacter - Mentions légales