Autres thèmes pertinents :
Dernière modification 02/07/2024

Mercedes réinvestit massivement sur le thermique ? Vraiment ?...


Mercedes-Benz a récemment annoncé un investissement colossal de 14 milliards d'euros, consacrés selon la presse (les plus grands noms de surcroit) pour les moteurs thermiques. Cette somme astronomique a donc logiquement été perçue par certains comme une réorientation stratégique massive vers les moteurs thermiques, en raison de l'échec relatif de la gamme électrique EQS. Toutefois, une analyse plus approfondie révèle une réalité bien différente, et ce malgré que la presse spécialisée relaie le fausse information massivement et sans l'analyser.

Un moteur thermique qui a déjà tout donné


Il est indéniable que les moteurs thermiques ont atteint un niveau de maturité technologique où les gains en efficacité et en performance se font de plus en plus marginaux. Les innovations majeures ont déjà été réalisées, et les investissements en R&D dans ce domaine ne peuvent plus promettre les avancées significatives qu'ils ont autrefois apportées. Dès lors, allouer des sommes colossales à cette technologie est disproportionné (ça devrait mettre la puce à l'oreille de tout journaliste, même si il est stagiaire !), voire irrationnel. En réalité, les 14 milliards annoncés couvrent bien plus que les moteurs thermiques. Ce budget est destiné à l'ensemble de la division des "véhicules particuliers" de Mercedes, incluant des domaines variés tels que la modernisation des lignes de production, les technologies de sécurité, et bien sûr, l'électrification. La nuance est alors terrible pour ceux qui annoncent que les 14 milliards vont dans le développement des moteurs thermiques (et même si c'était le cas, même en mettant 50 milliards d'euros sur la table cela ne permettrait pas de casser les lois de la physique, car le rendement maximal est atteint depuis belle lurette ...).


Et au mieux, et si on va au bout des choses et qu'on plonge dans l'aspect technique, cela ne pourrait mener qu'à une réduction des moteurs pourtant déjà bien entamée. Avec une C63 qui est désormais animée par un L4 2.0 litres, on peut se demander jusqu'à quand les pro-thermiques vont se défendre bec et ongles pour leurs moteurs devenus indigestes en terme d'agrément, de sonorité et de fiabilité ... A un certain stade on peut presque parler de religion et de croyance subjective irrationnelle, car il s'agit souvent de plébisciter le thermique de manière automatique et irraisonnée (je ne parle pas des images sur les réseaux sociaux qui associent les hommes qui ont des voitures électriques à des personnes efféminées ... C'en devient humiliant pour ceux qui portent la voiture thermique tellement ils tombent bas) .




Une communication trompeuse ?

Il est ici évident que Mercedes cherche ici avant tout à utiliser un discours enjolivé pour promouvoir ses modèles thermiques, et pour cela elle utilise des expression aberrantes de type "technologies de combustion de haute technologie". Pour les ingénieurs et connaisseurs du secteur, il apparaît clairement que ces termes relèvent davantage du marketing que de la réalité technologique. Les investissements mentionnés visent principalement à moderniser et ajuster les moteurs thermiques existants pour les rendre conformes aux nouvelles normes environnementales Euro 7 et China 7, plutôt qu'à révolutionner leur fonctionnement. Ces ajustements nécessaires sont effectivement coûteux, mais ils ne justifient en aucun cas des budgets aussi vastes.


Une stratégie anti-électrique de la presse ?

Ce revirement apparent vers les moteurs thermiques coïncide étrangement avec une série de nouvelles défavorables à la voiture électrique qui circulent dans les médias européens ces derniers temps. Cette synchronisation soulève des questions sur une possible campagne coordonnée pour freiner l'essor des véhicules électriques, bien qu'il faille rester prudent avec ce genre d'affirmations je le concède. Mais quand une nouvelle est à la fois caricaturée (jusqu'à devenir fausse) relayée par tous, il y a de quoi se poser des questions (bien que ce ne soit plus à la mode de se poser des questions). Dans ce contexte, les annonces de Mercedes pourraient être perçues comme une tentative de rassurer une clientèle encore réticente à l'électrification, plutôt qu'un véritable changement de cap technologique. De plus, on sait que l'Allemagne avait tout à perdre avec l'électrique, car le pays a été déchu de sa suprématie sur les moteurs thermiques (qui était difficile à atteindre car ce type de moteur très complexe nécessite beaucoup de savoir faire).


L'électrique abandonné par Mercedes ?


Malgré ces annonces, Mercedes ne renonce pas à l'électrification. Ola Källenius, le PDG, a démenti les rumeurs d'abandon du développement de la nouvelle plateforme pour la prochaine génération de l’EQS. Le constructeur maintient également son projet de huit giga-factories pour la production de batteries et révise ses objectifs de vente de véhicules électrifiés, visant désormais 50 % d'ici 2030. Mais la communication sur ces éléments est bien plus discrète, et sert avant tout à rassurer les actionnaires qui préfèrent leur argent au débat électrique / thermique (sachant que l'électrique ne peut que supplanter le thermique à terme, même si beaucoup d'entre vous semblent avoir du mal avec cette idée pourtant pas si utopique que ça).

Conclusion


En conclusion, l'annonce de Mercedes sur l'investissement massif dans les moteurs thermiques révèle les failles et les biais de la presse automobile française. Les 14 milliards d'euros annoncés ne sont pas destinés uniquement à cette technologie (car le faire serait idiot et suicidaire pour Mercedes), et les réels objectifs de l'entreprise restent fermement ancrés dans l'électrification (car c'est bêtement ce qui va tuer le thermique, un peu comme Netflix et Youtube pour la télévision). Cette communication semble avant tout être une manœuvre pour draguer les consommateurs (encore nombreux à être pro-thermique) et répondre à une vague médiatique étonnamment coordonnée contre les véhicules électriques. Les investissements futurs de Mercedes confirmeront si cette stratégie était principalement une opération de communication ou une réelle réorientation stratégique (on sait déjà que non, il n'y a donc pas de suspense).


Ecrire un commentaire

Ce site est le vôtre ! Interrogation, complément d'information, conseil, anecdote etc... Toutes vos remarques sont les bienvenues.

Pseudonyme :


Mail * (non obligatoire) :


Votre commentaire :


* Soyez au courant des réactions sur votre commentaire. Il n'est pas obligatoire et restera confidentiel si vous l'indiquez.

Fiches Mercedes

CLA 2013 ( 97 Avis)
CLA 2 2019 ( 9 Avis)
---------
Classe A 1998 ( 114 Avis)
Classe A 2004 ( 207 Avis)
Classe A 2012 ( 129 Avis)
Classe A 2018 ( 45 Avis)
---------
Classe B 2005 ( 341 Avis)
Classe B 2012 ( 79 Avis)
Classe B 2019 ( 15 Avis)
---------
Classe C 2000 ( 375 Avis)
Classe C 2007 ( 374 Avis)
Classe C 2014 ( 101 Avis)
Classe C coupe 2015 ( 9 Avis)
---------
Classe E 2002 ( 304 Avis)
Classe E 2009 ( 166 Avis)
Classe E 2016 ( 23 Avis)
Classe E coupe 2009 ( 40 Avis)
---------
Classe S 1998 ( 96 Avis)
Classe S 2005 ( 59 Avis)
Classe S 2013 ( 5 Avis)
---------
CLK 2002 ( 211 Avis)
---------
CLS 2004 ( 115 Avis)
CLS 2010 ( 45 Avis)
---------
EQC 2019 ( 1 Avis)
---------
GLA 2013 ( 105 Avis)
GLA 2 2020 ( 5 Avis)
---------
GLB 2019 ( 1 Avis)
---------
GLC 2015 ( 114 Avis)
GLC Coupe 2016 ( 17 Avis)
---------
GLE 2015 ( 7 Avis)
GLE Coupe 2015 ( 2 Avis)
---------
GLK 2009 ( 83 Avis)
---------
ML 1998 ( 189 Avis)
ML 2 2005 ( 149 Avis)
ML 3 2011 ( 59 Avis)
---------
SLK 1996 ( 126 Avis)
SLK 2004 ( 92 Avis)


Sondage au hasard :

Croyez-vous au déploiement rapide des voitures électriques

Mon point de vue / Information complémentaire :
(votre commentaire sera visible sur la page de résultats)


Sur le même sujet

Dernières fiches Mercedes :

Nouveautés auto

Choisir une voiture

Fiabilité / Entretien

Avis auto

 

© CopyRights Fiches-auto.fr 2024. Tous droits de reproductions réservés.
Nous contacter - Mentions légales