Comportement routier Serie 5 (2017)


Toujours la reine ?

Plus que n'importe quelle autre berline concurrente, la Série 5 est particulièrement attendue sur le chapitre du comportement. Grosse pression pour l'Allemande qui n'a donc pas droit à l'erreur, les journalistes étant un peu plus pointilleux et critiques quand il s'agit de l'évaluer. Alors que vaut cette septième génération de Série 5 ? Qu'apporte-t-elle de plus ou de moins ?... Essayons de faire un bilan objectif.

Comportement châssis :
Comp. M-Sport :
Comp. Roues arr. directrices :
Comp. M5 :
Générosité/calibre pneus :
Tolérance à la charge :
Stabilité haute vitesse :
Agilité basse vitesse :
Confort de suspension :
Conf. Amort. Pilot? :
Conf. M-Sport :
Conf. M5 :
Motricité :
Arrière ou 4X4
Hauteur :
1.48 m 
Centre de gravité bas
Longueur :
4.94 m
Poids moy. approx. :
1850 kg  Poids important
Empattement :
2.97 m (60% de la longueur)  (Pour la route : peu agile en ville)

(Plateforme CLAR/G/MKL)



Quelque(s) véhicule(s) proche(s) : Classe E / Insignia Grand Sport / A6

Par rapport à l'ancienne F10 ? La technique ?

Avec un empattement qui ne diffère que de 5 mm et une architecture similaire, la G30 reste techniquement très proche de l'ancienne, et ce malgré qu'on parle ici d'une nouvelle plateforme dérivée de la Série 7 (plateforme modulaire CLAR).
Pour le reste c'est aussi la même, à savoir une auto au moteur longitudinal, double triangle à l'avant (comme chez Audi, sauf qu'ici le moteur est mieux placé...), multibras à l'arrière, direction assistée électrique et roues arrière directrices en option.
Et si la direction semble un poil plus naturelle que sur la précédente (qui avait toutefois aussi travaillé la chose pendant sa carrière après les critiques, en corrigeant un peu cela lors du restylage), on ne retrouvera toutefois jamais le naturel et les sensations de la E60 avec sa bonne vieille direction hydraulique.
Notez cependant que la belle s'équipe ici d'une option nouvelle : les barres antiroulis actives permettant de mieux moduler les modes sport et confort avec l'amortissement piloté Car il faut bien comprendre que le jeu du confort ne se joue pas qu'avec les pistons d'amortisseurs mais aussi les barres antiroulis qui font le lien entre les trains roulants d'un même essieu
Enfin, BMW annonce une réduction du poids de 100 kg en moyenne grâce à l'utilisation de matériaux plus légers, c'est à dire l'habituel l'aluminium (le carbone s'invite plutôt sur la Série 7). Bon après si on prend en exemple une 530d, soit le coeur du coeur de gamme de la Série 5, et bien on constate un poids de 1715 kg pour la G30 contre 1785 kg pour la F10, l'écart se réduit donc souvent quand on observe la réalité. Les 100 kg sont une moyenne prenant donc en compte toutes les déclinaisons, et les plus lourdes (les plus optionnées) ont semble-t-il été plus allégées que les versions plus standard.


Pour être un peu plus précis, le poids (norme CE avec donc conducteur et plein) va de 1540 kg sur la 520d Efficiency (vidée au maximum de tout...) à 1885 kg pour la M550i XDrive (juste en dessous il y a l'hybride avec 1845 kg). Bien évidemment, si vous optez pour des équipement additionnels (certes plus rares sur une 550i), vous pourrez encore grimper un peu. Et en comptant la M5, on monte à 1930 kg, mais cette version est particulière et je préfère la mettre à part (d'ailleurs, même le nom de code de l'auto change : au lieu de G30 c'est F90).


Pneumatiques ?

Comme toujours, on a beau parler du châssis et de ses qualités, la principale variable liée à la tenue de route passe par de bons pneus. Sachez alors qu'un cap est franchi à partir des 19 pouces puisqu'à partir de là on a droit à une monte plus large à l'arrière. En 19 on a donc du 245 mm à l'avant et du 275 mm à l'arrière, presque comme une supercar. En dessous c'est (comme d'habitude) taille unique à l'avant et à l'arrière. Et avec du 17 pouces en 225 mm il ne faudra pas trop en demander à cette grande dame...

Version Touring

Plus chère de 2600 euros, cette dernière a donc au passage quelques spécificités. Comme toujours sur les autos premiums breaks, la marque installe une suspension pneumatique à l'arrière (en lieu et place des ressorts donc) pour corriger l'assiette en cas de forte charge. Il n'y a toutefois pas de possibilité d'être en "pneumatique intégral" sur les 4 roues. Le but ici est donc de garder l'auto droite même avec le coffre rempli de bagages. Le hayon est en aluminium tout comme les longerons de suspension, le but étant de garder une bonne répartition du poids entre avant et arrière en modulant la masse des matériaux.

XDrive ?

C'est donc la version quatre roues motrices chez BMW. Ici la disposition n'est pas identique que sur une Audi A6. Sur la BMW le moteur est plus en arrière (obligé vu qu'il s'agit généralement de moteurs en ligne et non en V), de ce fait la puissance est envoyée vers les roues à partir de la boîte de transfert située derrière la boîte (on a donc des barres qui partent vers l'arrière et vers l'avant depuis cet élément). Sur l'A6, la boîte (un morceau) se trouve plutôt entre les roues (car moteur plus en avant), elle a donc des sorties directement vers les roues avant qui partent latéralement, la motricité arrière est envoyée par un autre arbre à l'arrière de la boîte (c'est pour ça que l'A6 4X2 est un traction et non une propulsion).
Le surpoids de la transmission intégrale est d'environ 60 kg, ce qui alourdi donc un poil le train avant qui devient donc un poil plus paresseux en dynamisme.

Boîte auto ?


Comme depuis de nombreuses années la Série 5 s'équipe (comme Audi) de la fameuse boîte automatique à convertisseur de couple d'origine ZF. Si cette boîte se révèle confortable et rapide, les sensation de sportivité ne sont pas non plus extrêmes... Il faut dire qu'un convertisseur de couple ne vous donnera jamais le petit coup dans la nuque au passage des rapport, mais ce serait mal venu ici de toute manière donc tout ets très cohérent. On pourra juste regretter ce choix sur la M5 qui bénéficiait avant de la double embrayage DKG. Mais celle-ci n'était plus apte à subir le couple important de ce nouveau moteur de 600 ch. Chez Mercedes ils ont au moins le mérite de remplacer le convertisseur par une embrayage humide multidisque sur les 63AMG.
Bref, quelque soit la machine choisie ici, vous aurez de la boîte à convertisseur à 8 rapports. Notez que les palettes sont en option à 150 euros : dans ce cas elle est nommée boîte automatique sport. Dans les faits c'est limite trompeur vu que la boîte ne change pas : seulement deux interrupteurs de commande ajoutés au volant, qu'on appelle donc palettes...


Malgré un pommeau différent, la M5 a aussi un ZF à convertisseur...

Hybride ?

Dotées d'un 4 cylindres de 184 ch associé à un moteur électrique de 95 ch, l'hybride 530e développe un total de 252 ch en cumulé (c'est l électronique qui jugule le tout pour ne pas dépasser cette valeur). Le poids est ici assez élevé par rapport aux autres versions avec 1770 kg. L'auto permet de rouler jusqu'à 45 km en tout électrique avec une pointe possible à 140 km/h environ (en tout électrique j'entends).
Le principe est celui employé par de nombreuses marques, à savoir placer un moteur électrique entre la boîte et le moteur (vers le convertisseur de couple).


DirectDrive (châssis sport)


Expression eu parlante, il s'agit ici du châssis sport proposé en option à 450 euros ou qui est de série sur la finition M Sport (pas Sport, à ne pas confondre !). Il consiste à rabaisser la hauteur de caisse de 10 mm (c'est généralement 15 mais bon...) grâce à l'emploi de ressorts plus courts. Les amortisseurs sont aussi tarés plus durs et les barres antiroulis sont aussi un peu plus tendues, le tout permettant franchement de rendre la Série 5 plus rigolote à conduire. Les mouvements de caisse sont largement réduits et l'impression de faire corps avec la route est plus présent.
Si vous êtes sensible au plaisir de conduire, je ne peux que recommander ce châssis, avec idéalement en plus l'amortissement piloté SelectDrive histoire de rendre le tout plus souple quand vous devrez traverser de longues routes défoncées (le châssis DirectDrive n'est pas ultra raide mais quand la route devient trop abîmée l'emploi des amortisseurs pilotés pourra s'avérer nécessaire pour les plus sensibles).

SelectDrive


Le SelectDrive représente ici l'amortissement piloté. Il n'y a donc pas donc pas ici de suspension pneumatique (sauf train arrière de la Touring) comme sur une Classe E par exemple mais de simples amortisseurs. Vous aurez alors le choix entre un mode d'amortissement adaptive, confort et sport, le paramétrage se limite à ça (l'adaptive est un mode intelligent qui automatise le réglage des amortisseurs, si on conduit plus nerveusement en prenant les virages à vive allure le tout se rigidifie).
Sans devenir extrêmement raide en sport, cela permet toutefois de mieux tenir la Série 5 quand on la brusque. De même, le mode confort va plus loin que les amortisseurs classiques même si ce n'est pas le jour et la nuit non plus... Comme toute option dans le luxe, il n'y a rien d'indispensable (sauf le GPS qui est souvent en option chez les Allemands) et le tout dépendra de votre budget et de vos sensibilité personnelles.

ActiveDrive

Continuons le dictionnaire BMW et tous ses termes qui se ressemblent tous plus les uns que les autres... Il faut en effet rester très concentré pour retenir toutes ces déclinaisons de MachinDrive, TrucDrive, BiduleDrive etc.
En dessous de 60 km/h (environ cela peut très légèrement varier et c'est le calculateur qui décide) les roues tournent dans le sens inverse et à plus haute vitesse elles tournent dans le même sens. A basse vitesse on gagne donc en rayon de braquage (mais aussi en mobilité, ce qui permet de prendre les petites épingles avec plus d'entrain) et à haute vitesse on gagne en stabilité (cela simule un empattement plus grand, gage de sécurité à haute vitesse).
Pour ma part ce système ne me semble pas indispensable même si il permet à la série 5 de décupler ses facultés en virage, c'en est bluffant ! A 1900 euros en début de carrière puis à 1300 euros par la suite, ça ne vaut le coup que si vous êtes amateurs de course poursuite sur route de campagne !

Dynamic Drive


Passons au Dynamic Drive, cette chose là permet au calculateur de tendre et détendre les barres antiroulis pour favoriser le confort ou la rigueur.
Quand on est en mode sport, les barres vont avoir tendance à se tendre au maximum, cela rendant alors les trains roulants encore plus raides et moins indépendants les uns des autres (quand une roue touche quelque chose, cela se répercute plus sur l'autre en face qui est connectée via la barre anti-dévers).
En mode confort, la barre aura tendance à être le plus détendue possible en ligne droite afin de mieux absorber les inégalités. En virage elle se tendra un peu pour éviter que l'auto ne s'affale trop.
Bref, il faut voir ce dispositif comme l'aboutissement de l'amortissement piloté, car avec les barres antiroulis actives la "finesse du confort" et le tempérament sportif vont encore un peu plus loin.
Cette option n'est d'ailleurs accessible qu'avec l'amortissement piloté et cela se comprend : c'est le pack AdaptiveDrive que nous allons voir de suite.

AdaptiveDrive

Avouez que vous aussi vous commencez à trouver tous ces termes envahissant et confus ! Non ?
Bon et bien ce terme désigne cette fois-ci la combinaison de deux autres : Dynamic Drive + SelectDrive, soit l'amortissement piloté et les barres antiroulis actives dont la description a été faite précédemment.


Compléter cet article








4.94 m

1.48 m

2.97 m

530 L

66L
Longueur
Hauteur
Empattement
Coffre
Réservoir

Man. 8
Auto. 8
(Boîte auto Steptronic à convertisseur)

5 pl.

Restylage :
06/2020

Transmisssion :
Propulsion
4X4

Poids moyen :
1850 kg
Poids important
 


Pneus Confort Efficacité
sur Serie 5
Commentaire
225/55 R17
Flancs : 12.4 cm
8.7/10 6.9/10 Petite tendance au roulis
245/45 R18
Flancs : 11 cm
7.7/10 8.2/10 Compromis tenue de route / consommation idéal
245/40 R19
Flancs : 9.8 cm
6.9/10 8.9/10 Compromis tenue de route / consommation idéal
275/35 R19
Flancs : 9.6 cm
6.7/10 9.9/10 Consommation non négligeable / Aquaplaning haute vitesse
245/35 R20
Flancs : 8.6 cm
6/10 9.6/10 Sur un rail ! / Jantes exposées aux trottoirs / Confort dégradé / Compromis tenue de route / consommation idéal
275/30 R20
Flancs : 8.3 cm
5.8/10 10/10 Sur un rail ! / Jantes exposées aux trottoirs / Confort dégradé / Consommation non négligeable / Aquaplaning haute vitesse
285/40 R20
Flancs : 11.4 cm
8/10 10/10 Consommation non négligeable / Aquaplaning haute vitesse


Synthèse de vos avis sur le comportement routier

Comportement routier : 5 aiment

Capacités 4x4 : 1 aime

Précision direction : 1 aime 2 n'aiment pas

Consistance direction : 1 aime

Freinage : 1 aime 1 n'aime pas

Rayon de braquage : 1 n'aime pas

Agrément : 6 aiment 1 n'aime pas

Confort : 8 aiment 3 n'aiment pas

Comportement routier : quelques notions de base

Voici quelques petites choses à savoir concernant le comportement routier des autos :

  • La monte de jantes/pneus a une incidence directe sur le niveau de confort et sur la précision de la direction. Plus les flancs sont hauts, moins le train avant sera précis mais plus le confort de suspension sera élevé. Plus la largeur du pneu sera importante plus la tenue de route sera au rendez-vous, mais cela ne sera pas favorable à la consommation ni à l'aquaplaning
  • Une direction électrique se révèle généralement moins précise et consistante qu'une version hydraulique
  • La hauteur de caisse influe sur le comportement. Plus la voiture est haute sur pattes et plus le roulis sera prononcé. Un centre de gravité réduit permet de virer à plat dans les virages en limitant le tangage, mais cela réduit le niveau de confort (suspension) puisque le débattement des roues est réduit.
  • Une version 4X4 sera plus lourde qu'une version ayant deux roues motrices, cela favorisera aussi le sous virage
  • Une traction aura une tendance au sous virage alors qu'une propulsion se dirigera plutôt vers un survirage
  • Une propulsion est généralement mieux équilibrée en terme de masse (répartition du poids entre l'avant et l'arrière)
  • Un empattement long permet de favoriser la stabilité à haute vitesse mais favorisera le sous virage. Un empattement trop court ne permet pas de rouler vite en étant serein, faites le test avec une Smart
  • Les voitures diesels sont plus lourdes et sont donc généralement moins bonne au niveau de la répartition des masses. Elles sont aussi parfois plus fermes en suspension pour contrer le surpoids






Vous possédez ou avez possédé une BMW Serie 5


Moteur :

Utilisation :

Autres infos utiles décrivant votre auto :
(Boîte, kilométrage, année, jantes, finition/millésimeetc.)


N'hésitez pas à développer / approfondir vos écrits, c'est très apprécié.

Qualités :



Défauts :



Consommation moyenne (L/100 km ou kWh/100km + autonomie électrique si VE) :



Problèmes / dysfonctionnements rencontrés :



Note :

/20

Assurance :

Tarif payé :    euros/an

Commentaire libre facultatif (ce dernier sera affiché à la suite de votre avis).



E-mail facultatif (permet la modification ultérieure de votre avis) :






À voir aussi

NEWS BMW

Infos BMW

Nouveautés auto

Choisir une voiture

Fiabilité / Entretien

Culture auto

Avis auto

Articles au hasard

Fiches au hasard


 

© CopyRights Fiches-auto.fr 2021. Tous droits de reproductions réservés.


>> Nous contacter - Mentions légales
Fiches-auto.fr : Conseils et infos pour l'achat et la vente de voitures d'occasion. Fiches auto, essais, tests (fiabilité, consommation, les plus, les moins)