Dossiers-Conseils > Voitures hybrides - électriques > La voiture électrique est-elle l'avenir ? 22/09/2019

La voiture électrique est-elle l'avenir ?


Ca semble déjà écrit, le futur de l'automobile sera électrique ... Toutefois, le passé a déjà démontré que prévoir l'avenir est l'une des choses les plus difficiles qui soit tellement les variables et les effets papillons sont nombreux. Alors la question est : est-ce que l'avenir est-il déjà écrit pour la voiture électrique ? Et si oui pour quelles raisons exactement ?

Contraintes énergétiques : le point décisif qui répond à la question


Je commencerai l'analyse du sujet par l'élément crucial qui déterminera si l'électrique sera la technologie d'avenir ou pas, à savoir l'énergie qui reste à la disposition de l'Homme.

Car comme vous vous en doutez, la transition vers l'électrique n'est pas vraiment un souhait particulier des êtres humains, mais possiblement une obligation (moins l'Homme a eu de pétrole en quantité, plus ses moteurs sont devenus efficients ... Quand on pense aux moteurs de 6.0 litres de même pas 200 ch des années 60 !). Le pic pétrolier pour l'extraction conventionnelle (à savoir aspirer du pétrole dans des nappes) a été acté en 2008, et le pic global (incluant le pétrole de schiste) se produit maintenant avec des prévisions allant jusqu'à 2025 pour les plus optimistes d'entre elles (dépend des volumes du schiste, qui sont justement très durs à anticiper).


Cela n'est pas anodin car ça implique un coût qui deviendra sous peu impossible à assumer par les utilisateurs de moteurs thermiques. En effet, quand on dépassera les 2.50 euros au litre (ce qui sera inévitable sous peu de temps), l'abandon de la voiture thermique sera obligatoirement massif pour les particuliers ainsi que pour les entreprises, dont les marges de rentabilité sont souvent minces (un "business model" peut être complètement mis par terre avec un carburant trop cher). Comme le dit Charles Gave, les gens arrêteront d'aller travailler quand le coût de leur voiture sera supérieur à leur salaire.


Tout cela finit donc par être anticipé par les gouvernements, qui commencent donc à prévoir cette transition énergétique pour la voiture. La France va par exemple interdire les voitures thermiques roulant à l'énergie fossile en 2040 (2030 pour Paris). Et les pays à prendre cette décision deviennent nombreux, avec même des échéances plus courtes. Mais c'est 2040 qui revient le plus pour la fin totale du thermique (même Mercedes a prévu l'abandon des moteurs conventionnels pour 2035).
Le passage à l'électrique se fera donc qu'on le veuille ou pas puisque c'est tout simplement les réserves mondiales d'or noir qui commencent à être trop réduites (ou plutôt les réserves restantes, bien qu'encore énormes, induisent un prix bien trop élevé en raison de la loi de l'offre et la demande).

L'électrique : la solution à une vie sans pétrole ?


Mais passer à l'électrique est-il une solution à la disparition du pétrole ? Pas totalement si on gratte un peu le vernis ...
Car si on résume, l'Homme s'abreuve à 85% d'énergie fossile pour alimenter les centrales ELECTRIQUES : gaz, charbon et pétrole. Et la réalité montre que les pics concernant le charbon et le gaz arrivent aussi en ce moment (un peu après le pétrole mais le décalage reste anecdotique). On peut donc aussi anticiper une explosion du coût de l'électricité (qui a même commencé à démarrer) de part la raréfaction de ces matières premières fossiles, et donc le problème sera finalement le même.


Pour résumer de manière plus globale, l'Homme est face à une crise énergétique sans précédent (il a créé toute une société basée sur cette énergie abondante, qui hélas est bientôt à sec ! Son comportement fait donc penser à une personne peu responsable ayant des problèmes avec le surendettement et qui dépense plus que ce qu'il possède. Et on peut aussi s'inquiéter grandement de la très faible résilience de notre mode de vie, bien inférieure à celle des années 40 ! Une crise grave serait donc bien plus néfaste aujourd'hui qu'hier ...). Et pour l'automobile Il cherche un moyen de pouvoir l'abreuver de manière plus diversifiée. En effet, rouler avec une voiture électrique consiste à se propulser grâce à un mix énergétique divers et varié : gaz, pétrole, charbon, nucléaire, solaire et hydraulique. Et le coût de ce mix devrait augmenter moins vite que celui du pétrole seul.

Notons enfin que le pétrole est loin de ne servir qu'à propulser la voiture, il constitue en effet une très grande partie de ce dont est faite la voiture : tous les plastiques divers et variés ...


C'est donc par contrainte énergétique que l'Homme s'engouffre dans le domaine de la voiture électrique de masse. Et c'est donc pour cela qu'on peut d'ors et déjà annoncer que la voiture électrique sera "l'avenir" (enfin si notre civilisation tient le coup face à la multiplications des problèmes qu'elle a engendrée ...).

Malgré tout, il faut noter que les moteurs thermiques peuvent aussi se nourrir d'un mix énergétique diversifié, avec notamment du renouvelable grâce l'éthanol pour l'essence et l'huile végétale pour le diesel (entre autres, car on peut y mettre encore tout un tas de choses dans nos moteurs, les formes de combustibles sont vraiment nombreuses sur Terre).

L'électrique aggravant ?

Puisque les deux technologies peuvent à elles deux profiter d'un mix énergétique avec notamment du renouvelable, on peut finalement se demander si il ne vaudrait pas mieux éviter la construction de millions de batteries lithium-ion qui s'annonce être un futur scandale environnemental. Car pour le moment le recyclage est si compliqué et coûteux qu'il est totalement délaissé. Et il ne faut semble-t-il pas trop espérer des gouvernements qui n'imposeront jamais le recyclage aux entreprises si ça les met à plat économiquement parlant (la croissance est une priorité sur l'environnement, c'est un fait avéré).

Et on peut donc se poser la question de savoir si nous ne serions pas en train de nous tirer une deuxième balle dans le pieds avec l'emploi massif du lithium-ion, et si il n'aurait pas fallu attendre de trouver une technologie plus vertueuse pour les batteries avant de se lancer à corps perdu de manière précipitée (en réalité c'est parce qu'on a attendu d'être au pied du mur pour se remuer, et on fait donc avec ce qu'on a sous la main, même si ce n'est pas idéal).


L'électrique (je parle ici du lithium-ion) peut devenir une solution environnementale intéressante et vertueuse si l'ensemble de la population s'équipe de panneaux solaires. Car selon Elon Musk, la surface moyenne des toitures permet à presque tous les foyers d'être en autoconsommation et donc de subvenir eux-même à leurs besoins sans faire appel aux très polluantes centrales électriques. Il est toutefois vrai que la fabrication massive de panneaux solaires et surtout de batteries sera au départ un vrai problème environnementale (déjà qu'on part d'une situation très moyenne il faudrait éviter d'en rajouter).

Voyons maintenant d'autres aspects de la voiture électrique pour tenter de se faire une idée de sa viabilité et de ce que cela impliquerait.

Technique : viable ?

Différence avec une thermique


Techniquement parlant, la différence avec une voiture thermique est colossale ! L'électrique simplifie de manière très importante la conception d'une auto. Alors qu'un moteur thermique se compose d'un nombre très important de pièces (surtout les moteurs modernes), un moteur électrique se résume grossièrement à un stator (bobine de cuivre) et un rotor (aimant).
De plus, pour encore simplifier le tout, un moteur électrique peut monter tellement haut dans les tours qu'on se résigne pour l'instant à leur accoler une boite de vitesse (sauf sur la Taycan qui hérite de deux démultiplications). De ce fait, rouler en électrique consiste à rester constamment en première ... Cela serait évidemment possible avec le thermique si on arrivait à développer des moteurs qui vont à plusieurs dizaines de milliers de tours/minute. Mais c'est techniquement difficile et surtout totalement inutile (la consommation grimpe dans les tours, et surtout un moteur thermique n'a pas son couple et sa puissance fixes dans la plage de régime).

A lire aussi : fonctionnement d'une voiture électrique

En gros, rien qu'un moteur de thermique est plus compliqué que l'ensemble des éléments qui constituent l'ensemble d'une voiture électrique.
Une électrique se limite à un moteur basique (bobines de cuivre et aimants ... Plus simple tu meurs bien que la manière de disposer tout cela au plus juste est primordial pour l'efficience), une batterie au lithium Ion (ou pile à combustible, batterie graphène etc.), des câbles et enfin une électronique de puissance (calculateur, onduleur, hasheur et redresseur pour la majorité des composants).
Une thermique a : un moteur à pistons (soupapes, arbre à cames, culasse, cylindres, pistons, segments, bielles, paliers divers et variés, pompes diverses, plein de fluides à faire circuler, EGR, FAP, catalyseurs, durites, capteurs, moteurs et actionneurs électriques, injecteurs, poulies, courroies, calculateurs etc.) et une transmission (pignons, fourchette, baladeurs, synchros, paliers, arbres etc. Rien que pour une boîte mécanique).


Les entrailles d'une Jaguar i-Pace. A l'avant il n'y a qu'un moteur électrique et une transmission à un rapport (juste un démultiplicateur avec quelques pignons, tout bête et très fiable), sans oublier le basique différentiel bien évidemment.


Conséquences sur l'emploi et l'industrie : désastreux ?


Première conséquence de ce grand changement technique, cela va largement bousculer une industrie mondiale qui se base actuellement sur la conception de moteurs thermiques. Les motoristes et les équipementiers ne savent faire presque que ça (même si ça évolue pas mal), passer à l'électrique représente donc pour beaucoup de sociétés un retour à la case départ, avec comme conséquence l'abandon d'années de recherche et développement sur les pièces liées au thermique ... Sans oublier que l'outil industriel doit aussi être totalement métamorphosé ! Une société qui fabrique des blocs moteurs doit tout changer si elle veut fabriquer des bobines et des électroaimants. De nombreux métiers et entreprises vont disparaître (fabriquer des turbos ou des injecteurs ne servira plus à grand chose par exemple ...)
Bref, tout ce tissu économique lié au thermique sera un réel frein au développement de l'électrique, il n'y en a pas à douter ! Les acteurs défendront leur bout de gras en résistant contre cette nouvelle technologie.


Enfin, au delà de transformer totalement l'outil de production, il faudra aussi revoir totalement les infrastructures destinées au ravitaillement, nos fameuses pompes à essence (qui changeront alors aussi de nom ...).

Réel progrès ?


Le moteur électrique est-il donc un progrès face au thermique ? Et bien de toute évidence on peut dire que oui ... En gros, le moteur thermique représente en quelque sorte "l'âge du feu" tandis que l'électrique est celui de l'électron. Pour preuve, le rendement d'un moteur thermique est de 30 à 40% avec un avantage pour le diesel (donc une perte de 60 à 70% de l'énergie, en chaleur notamment) quand celui de l'électrique est de 80% à 90% (selon aimant permanent ou induit). Rouler au pétrole est donc énergétiquement moins efficient, mais c'est un biais cognitif piégeux pour de nombreuses personnes ...
Car au final nos batteries sont rechargées par du fossile (centrale électriques qui ont le même rendement que les moteurs ...), il revient quasiment au même de rouler à l'électrique (même pire, les pertes électriques de la centrale à l'auto dépassent légèrement les 10%). On peut toutefois espérer que le rendement des centrales soit un peu meilleur car mieux maintenues : bon nombre d'autos mal réglées et mal entretenues (celles qui produisent de gros brouillards ...) circulent sur les routes, sans oublier ceux qui ne conduisent pas de manière optimale et qui utilisent mal leur moteur avec à la clé des consommations trop importantes (cela est amoindri sur une voiture électrique puisqu'il n'y a pas de rapports de boîte).

Vraiment moins polluant ?


La pollution induite par l'électrique est souvent mise de côté par ceux qui ne veulent voir que les émissions polluantes post-fabrication. Il faut en effet savoir qu'une voiture électrique (ceci est une moyenne très grossière mais bon ...) neuve a pollué autant qu'une voiture thermique qui a déjà roulé 100 000 km (moyenne grossière et approximative mais qui donne un point de repère. Car ça peut être encore plus avec des autos ayant de grosses batteries, telles les Tesla ou grosses Allemandes disposant de 100 kWh). La fabrication des batteries est à la fois énergivore et très polluante. Les multinationales étant généralement plus orientées vers les bénéfices que le bien être général, ils ne favorisent donc pas la dépollution lors de la fabrication (rejets dans les cours d'eau, dans l'air, mines etc.).
La voiture électrique n'est donc pas si propre, et cela la pénalisera forcément un peu au niveau de l'image, car cela se sait de plus en plus. Voir ici par exemple.

Et concernant la recharge, comme précisée dans le paragraphe précédent cela consiste à faire marcher des moteur thermiques situés dans des centrales électriques ... Et quant au nucléaire, c'est vraiment truffé de contraintes : déchets ingérables et risques de d'accidents dramatiques qui peuvent décimer des régions entières pour des milliers d'années.


Enfin, il faut noter qu'une voiture électrique abandonnée dans la nature (décharges sauvages nombreuses dans le monde) sera semble-t-il plus polluante qu'une thermique en raison de ses batteries. De plus, le recyclage peut s'annoncer difficile.

Avantages et contraintes d'utilisation

Soyez certain que ce paramètre est crucial pour le développement de cette technologie, car les individus ne sont pas prêts à un retour en arrière niveau confort d'utilisation !

Ravitaillement, contraintes et polyvalence


Le ravitaillement est une des variables les plus importantes pour le développement d'une nouvelle technologie de groupes motopropulseurs. Et si l'électricité est déjà partout dans nos vies depuis des lustres, remplir un "réservoir électrique" met encore pas mal de temps, bien plus que mettre une cinquantaine (voire une centaine pour certains) de litres dans un réservoir. Mais tout cela est relatif.
En effet, les batteries sont des réservoirs de produits chimiques (actuellement lithium Ion) qui libèrent du courant (après avoir ionisé des atomes, c'est à dire après les avoir rajouté des électrons sur les couches externes de ces derniers). Quand la réaction chimique se produit elle libère de l'électricité (déséquilibre chimique qui cherche justement à retrouver l'équilibre par la libération d'électrons). Une fois fait, il faut réinjecter du courant dans cette solution pour qu'elle retrouve son état initial. Hélas, cette opération met encore beaucoup de temps et fait perdre environ 10% de l'énergie (quand vous rechargez 30 kWh de batterie vous avez consommé en réalité 33 kWh). Pour ma part, je considère qu'au delà de 10 minutes pour ravitailler cela devient trop long pour séduire les conducteurs habitués au thermique. Imaginez un peu une pompe où il faut attendre 20 minutes par plein, il y aurait vite la queue (sachant que c'est déjà le cas avec nos thermiques pourtant très rapides à ravitailler) !
Toutefois, il faut reconnaître que les prises électriques sont bien plus répandues que les stations essences, chacun peut donc ravitailler un peu partout (mais encore une fois il ne faut vraiment pas être pressé quand on le fait depuis une prise conventionnelle à courant alternatif).


Malgré tout, il faut comprendre que le ravitaillement d'une électrique ne doit pas être comparé à une thermique. En effet, la majorité des charges se fait chez vous tranquillement pendant la nuit (près de 200 km d'autonomie récupérée par cycle c'est largement suffisant au quotidien, et le plein est fait en 24h), et les superchargeurs ne sont là que pour les longs voyages, avec désormais environ 15 à 20 minutes pour remplir une batterie à 80%. Dans les faits ça ne pose donc pas vraiment de souci pour le quotidien ou même les départs en vacances, il faut être honnête (attention, dans le cas d'une batterie d'au moins 70 kWh !).

Toutefois, il est possible que l'avenir de l'électrique passe par la pile à combustible (hydrogène donc). En effet, une voiture à hydrogène est une voiture électrique dont la batterie se remplit par un liquide et non pas en lui injectant du courant. C'est donc le mélange parfait entre la praticité du thermique et le côté écologique de l'électrique. BMW et Mercedes poussent un peu dans ce sens (sans oublier Hyundai avec la Nexo), et ça fait très longtemps pour la marque à l'étoile (rappelez-vous, la fameuse Classe B de première génération).



Mercedes et BMW font un "push" sur l'hydrogène au salon de Francfort 2019




Gouvernements qui stimulent le marché, voire plus ...


Vous le savez bien, les coups de pouces pour l'achat d'une voiture électrique sont devenus légion dans le monde, notamment en France avec le fameux "super bonus". Si cela est plutôt intelligent, je constate désormais que certains pays vont un peu trop loin. Certains commencent carrément à imposer des quotas sur l'achat des voitures électriques, en gros les consommateurs n'ont plus vraiment le choix.
Hélas, ce genre de méthode va presque à me faire penser à de la dictature ... Les choses doivent en effet se produire naturellement, on peut stimuler mais pas imposer. En forçant la chose, on peut alors se retrouver avec une technologie inadéquate, car on n'a pas encore pris entièrement connaissance des conséquences qu'amèneraient la démocratisation massive de l'électrique (inconvénients qui ne sont pas encore détectés).
En laissant faire les choses naturellement (même en essayant d'orienter un peu celles-ci avec des bonus) on évitera de se tromper. Par exemple, on se rendra peut-être compte que la diffusion massive de batteries sera néfaste, et que la pile à combustible serait finalement une bien meilleure solution. En forçant actuellement l'achat d'électrique au lithium (car il n'y a quasiment que ça), on en aura mathématiquement plus sur les bras dans l'avenir, ce qui peut poser problème si on veut s'en débarrasser.
Ce que je veux dire par là, c'est qu'il s'agit pour moi une erreur de vouloir précipiter les choses en imposant les voitures électriques actuelles (technologie lithium) sachant qu'on trouvera peut-être mieux assez rapidement.

Conclusion, est-ce l'avenir ?

Si les collapsologues ont tort, et donc que notre société ne s'effondre pas sur elle-même dans les 10 à 20 prochaines années (et donc on ressortirait les bons vieux chevaux et vélos !), alors il est quasi certain que la voiture électrique sera LA solution technique d'avenir. Reste cependant à savoir comment on va nourrir les rotor et stator ... Avec du Lithium Ion ? Du graphène ? De l'hydrogène ? ... Bref, le piston est semble-t-il sur la fin même si il perdurera encore quelques temps (il y en a énormément en circulation et on peut y mettre dedans tout un tas de choses, pas seulement du fossile : huile végétale pour le diesel et alcool ou gaz pour l'essence).
Et pour ma part il ne me semble pas prudent de le prédire avec exactitude, car l'avenir se déroule souvent d'une manière qu'on ne s'y attend pas.

Et vous, que pensez-vous de tout ça ? N'hésitez pas à enrichir le débat en partageant vos idées et réflexions en bas de page !

 







Tous les commentaires et réactions



Dernier commentaire posté


Par MPI (Date : 2019-10-09 13:02:51)

Excellent commentaire ! Le problème de l électrique c est que à la conception cela est très polluant de plus il manque énormément de moyen (bornes) le temps de recharge est relativement long . Oui certes en 2030 ou 2040 y aura des évolutions mais là nous sommes pas encore prêt à ce changement .
J estime que il faudrai que le gouvernement soit pour le développement de tout type de carburant écologique comme l éthanol , GPL, le Bio diesel . La on mise tout sur l électrique qui va détruire les emplois et crée une surconsommation d électricité .
Faut pas oublier que en Hiver quand l électricité marche à fond y a souvent des coupures de courant je vous laisse imaginez si on roule tous au véhicule électrique et que on doit recharger sur une borne électrique. La misère .

Je suis d accord pour ce développement en vue de l écologie mais faut mettre aussi sur la table tout type de carburant éthanol ( nous somme déjà à la troisième génération de bio carburant , GPL, GNV etc etc ) .

Il y a 1 réaction(s) sur ce commentaire :

  • Par Admin ADMINISTRATEUR DU SITE (2019-10-09 16:47:20) : J'étais pour ma part assez dubitatif concernant l’électrique. Dans les faits, une fois qu'on s'en prend une quelques temps, on se rend vite compte que ça ne pose pas réellement de problème. Vraiment ...
    A la maison ça recharge pas mal en une nuit et pour les longs voyages il y a désormais suffisamment de superchargeurs. Après tout dépend de l'auto : sa vitesse de recharge en courant continu (dépend aussi du système de refroidissement des batteries) ou encore la capacité totale de l'accumulateur.
    Donc dès aujourd'hui je pourrais rouler en électrique au quotidien.
    Il n'empêche que ce que vous dites est vrai, ça induit une belle pollution à la fabrication et ça n'est pas aussi vertueux qu'on veut nous le faire croire dans son utilisation (émissions induites pas les centrales électriques, sans compter les plus de 10% de perte entre la centrale et la batterie. Pire, quand on débite 10 kWh de sa maison on n'a au final que 9 kWh dans sa batterie ... Rien qu'à la maison on est à 10% de perte).

    Ensuite pour les emplois je suis d'accord, mais pour tout vous avouer l'automobile n'est que la partie visible de l'iceberg. Le monde entier, le système dans sa globalité, est en train de flancher (je n'ai pris conscience qu'il y a peu de la non viabilité du système humain capitaliste dans son ensemble. Une "simple" forêt, à l'inverse, peut durer des milliards d'années sans qu'on ait à l'entretenir sur quoi que ce soit ... Et elle offre tout ce que la vie a besoin : nourriture, chauffage, eau, oxygène, bien être etc. Sans tomber dans la poésie de bas étage c'est juste du pragmatisme bête et méchant). L'auto électrique n'est finalement qu'un détail au milieu de ce tableau très très noir et qui va indubitablement mal finir.

    Pour les besoins supplémentaires en énergie je voulais justement faire un article précis à ce sujet. Je ne préfère donc pas répondre sur le sujet avant d'avoir de quoi y voir clair. J'ai entendu parler qu'il faudrait une centrale nucléaire en plus pour alimenter toutes les autos de France ... A vérifier et à calculer car ça reste assez simple à poser.
    En tout cas merci pour le partage de vos idées ;-)

(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Suite des 8 commentaires :


Par Debian (Date : 2019-09-22 20:20:46)


Excellent article comme souvent. L'aspect de l'inertie de la production de VT est souvent oublié, c'est intéressant de le lire car il joue son rôle en effet.

Je tiens juste a préciser ici que l'idée très répandue en économie que le prix est en corrélation forte avec le volume disponible est fausse concernant le pétrole (l'or aussi mais pour d'autres raison, voir Max Keizer). Il y a donc d'autres facteurs mais maintenant que le pic de production passe, les manipulations trépassent...

https://jancovici.com/transition-energetique/petrole/quel-sera-le-prix-futur-du-petrole/


Il y a 1 réaction(s) sur ce commentaire :

  • Par Admin ADMINISTRATEUR DU SITE (2019-09-25 18:14:44) : Merci beaucoup, je ne suis toutefois pas entré dans le détail, mais cela aurait mérité un travail beaucoup plus conséquent.
    En revanche j'aurais aimé que vous développiez rapidement le "non lien" entre offre et demande concernant la pétrole. Vous voulez dire que l'offre est manipulée ?

(Votre post sera visible sous le commentaire)

Par Tabouret (Date : 2019-09-18 16:44:24)


Bonjour,

Merci pour cet article très intéressant (comme tous les autres) dont je rejoins totalement les idées.

Maintenant j'ai vu certaines choses sur Youtube qui me font peur à propos de l'hydrogène, et justement c'est à l'opposé des "vous verrez, l'hydrogène c'est génial, c'est le futur".

En gros si j'ai bien compris, il y a 3 problèmes majeurs qui font que l'hydrogène pour le grand public, c'est dans très, très longtemps. Ou jamais.


1) Produire de l'énergie... avec de l'énergie (pétrole ou autre, et je suppose que ce ne sera pas à partir d'énergie renouvelable avant longtemps). Le rendement est donc bof bof.


2) Le coût de fabrication extrêmement cher d'une "pompe" à hydrogène. Celui d'une station électrique serait d'environ 50k euros, et de l'hydrogène 1 million d'euros ?! imaginez l'investivemment à faire pour le parc automobile.

3) la logistique. Pour remplir les "cuves" il faut des camions citernes. Et un "plein" de camion citerne d'hydrogène alimenterait beaucoup moins de réservoirs de véhicules qu'un "plein" de camion citerne d'essence. En gros, il faudrait ravitailler constamment les stations avec énorméments de camions sur la route (embouteillage).


Et puis le petit 4) la dangerosité.
Le réservoir est très bien protégé et cela ne risque pas de produire une explosion nucléaire ou ce genre de bêtise "pile à hydrogène boooom terminator", par contre en cas de fuite et en milieu fermé, le gaz concentré qui s'élève au plafond de la pièce pourrait donner quelque chose de pas joli joli.


Que pensez-vous de ces arguments ? Sont-ils pertinents ou c'est du pipot ?


Il y a 1 réaction(s) sur ce commentaire :

  • Par Admin ADMINISTRATEUR DU SITE (2019-09-19 09:02:25) : Ma réflexion sur le sujet a évolué depuis, et donc il va falloir que je mette à jour l'article le plus tôt.
    Je suis donc d'accord avec vous, et il faudrait idéalement que je produise un article dédié à l'hydrogène uniquement.
    J'ai toutefois le doute qui revient car cette année à Francfort, Mercedes et BMW poussent fort sur l'hydrogène. Et comme ce ne sont pas des "charlots" j'imagine donc que ça reste viable malgré les lourds inconvénients que vous citez.
    Nous ne sommes hélas pas suffisamment initiés pour pouvoir trancher. Et d'un autre côté, Elon Musk (qui est pour le coup ultra initié), ne mise pas un copec sur l'hydrogène. Donc on peut en effet douter de sa future exploitation ...

(Votre post sera visible sous le commentaire)

Par jba33 (Date : 2019-03-11 10:54:17)


... et combien d'années de ressources de lithium sur notre planète ? et quand on aura épuisé cette ressource que deviendront les belles autos électriques que l'on veut nous imposer ?


Il y a 2 réaction(s) sur ce commentaire :

  • Par Admin ADMINISTRATEUR DU SITE (2019-03-11 17:52:48) : Concernant le Lithium il y en aurait assez, car il est en présence limitée dans la batterie.
    Pour le recyclage c'est en effet le problème numéro un, un peu comme l'est tout ce qui existe déjà (dont on fait croire que le recyclage est intensif, ce qui n'est pas du tout le cas).
  • Par Maxleheup (2019-09-22 19:37:27) : on estime lihthum a 117 ans mais elle pourrait descendre a 40 ans si on utilise dans l'automobile

(Votre post sera visible sous le commentaire)

Par Speedy (Date : 2017-10-03 20:06:28)


Info récente : la Norvège.
La Norvège a fortement favorisé l'achat et l'utilisation de véhicules électriques.
Leur électricité est vraiment bon marché et la Norvège a supprimé pas mal de taxes pour les utilisateurs de véhicules électriques.
Aujourd'hui, la Norvège fait marche arrière, surtout à Oslo. La saturation est là. Les bornes de recharge sont saturées et insuffisantes. Afin de bénéficier de certaines facilités et exonérations de taxe, seuls les véhicules ayant au minimum 2 passagers à bord y compris le conducteur pourront en profiter. Pour les autres, plus de jackpot, ils devront payer. Ils sont devenu des dindons de la farce.
Tout à l'électrique dans nos pays : un leurre ! Et que deviendra la facture électrique de ceux qui ne possèdent pas de véhicule électrique ? Ce sera comme pour les panneaux photovoltaïques : tout le monde va payer par solidarité obligatoire et il faudra compter aussi sur la loi de l'offre et de la demande : plus il y a de demande, plus ce sera cher pour tout le monde.
Les fournisseurs d'électricité et nos gouvernements respectifs ne sont pas dupes.


Il y a 4 réaction(s) sur ce commentaire :

  • Par Admin ADMINISTRATEUR DU SITE (2017-10-04 10:29:19) : Merci pour cette info dont j'étais passé à côté ...
    Pour être encore plus synthétique, le problème est le suivant : le pétrole il suffit de le ramasser (la nature l'a fabriqué) alors que l'électricité il faut la générer à base de charbon et de pétrole (sachant au passage que ça ne se stocke pas) ... Car je doute que nous allons un jour tous pédaler pour générer de l'électricité propre. Les forces naturelles (vents, courants, solaire) sont viables mais pour le moment ça reste anecdotique en terme de moyens déployés.
    En gros, il faut vraiment comprendre que l'électricité est à base de charbon et pétrole, à partir de là parler de "zéro émission" est un véritable mensonge à grande échelle. Et là je ne parle même pas du problème important lié à la fabrication de batterie.
    L'électrique c'est finalement peut-être pire que le thermique, bien qu'un moteur électrique soit bien meilleur en terme de rendement (il faut ici vraiment prendre en compte toute la chaîne de production d’énergie).
    Bref, l'avenir me semble pourtant être dans l'électrique mais pas celui qui tourne avec du Lithium, plutôt celui qui tourne avec de l'hydrogène (au lieu d'une batterie lithium on a une batterie à combustible qui peut se remplir en 3 min ! Hélas la production d'hydrogène serait liée à celle du pétrole ... Dommage quand on sait que l'hydrogène est l'atome le plus commun de l'univers. Et juste après le Big bang, ou plutôt à 380 000 ans après, il n'y avait que ça dans l'univers ! C'est l'atome de base en fait).
    Bref, je m'éloigne de votre sujet et je deviens un peu long ...
    Vous mettez donc en évidence la problématique liée au manque d'équipements mais aussi et surtout que le temps de recharge important sature d'autant plus vite les points de recharge (si cela mettait le temps d'un plein de carburant, le turn-over serait plus important et chaque borne pourrait "rassasier" plus de voitures par jour).
  • Par Dekra (2018-08-23 15:21:58) : Bonjour l'Admin
    Juste une info, le pétrole il suffit pas de l'extraire du sol.
    Il faut faire un forage. ce qui génère une pollution assez importante du fait que; il y a tout d'abord une boue pleine de mazoute qui sort, puis viennent les gaz et enfin le pétrole.
    Mais le pétrole, ce n'est pas ce que l'on mets dans nos voitures. On y mets du Diesel, de l'Essence (dans les avions/hélico du kérosène, Fuel dans les supertanker, fuel domestique dans les chaufferies de maison). Ces carburants n'ont plus rien à voir avec le pétrole brut extrait du sous-sol. Il a fallut le raffiner, c'est à dire le traiter avec des produits chimiques. Ces traitements engendres eux même une pollution car tout ce qui est retiré du pétrole brut est soit réutilisé pour fabriquer du plastique, des chewing-gum, soit stocké et enfoui sous terre comme les déchets nucléaire. Par ce qu'on ne sait pas quoi en faire.
    Bonne journée.
  • Par Admin ADMINISTRATEUR DU SITE (2018-08-24 10:29:32) : @Dekra, vous avez tout à fait raison et si avant (début du 20ème) on dépensait un baril pour en obtenir 100 maintenant on dépense un baril pour en avoir 10 seulement (voire moins parfois).
    Donc oui, le pétrole commence à tirer la langue malgré que ce soit encore le premier vivier (avec le charbon) d'énergie présent sur terre (ou plutôt le type d'énergie disponible en masse qu'on arrive à maitriser actuellement).
  • Par Maxric (2018-10-12 16:14:00) : Le pic pétrolier d'extraction conventionnelle est dépassé depuis longtemps. Le pic pétrolier d'extraction toutes méthodes confondues (fraction hydraulique) est estimé vers 2025 selon les pessimistes (vers 2040 pour les plus optimistes). Cela signifie qu'à partir de cette date là, il dépensera plus de pétrole qu'on en extrait. Je vous laisse imaginer la réaction des Total et autres multinationales. Je ne crois pas du tout en l'électrique; les matériaux rares utilisés dans les batteries ne sont pas en quantité illimitées. De plus la Chine a la main mise sur les principaux gisements... Non mais le vélo c'est très bien !

(Votre post sera visible sous le commentaire)

Par dréan (Date : 2017-09-18 21:22:10)


Voici un avis objectif d'un utilisateur de 1° Peugeot 807 GPL de 2010 - 88000 kms au compteur : excellente routière mais lors de l'achat chez le concessionnaire : Vous allez transformer votre 807 au GPL - alors vous perdez la garantie !!! - je précise 2 ans !! ai également au pendant 3 ans le même véhicule en version diesel 2.0 - 120 ch = un vrai veau comparé à la version essence - GPL ...
2° Nissan Leaf de 2015 - version 24 Kw - autonomie réelle de 150 kms devenue par expérience mon premier véhicule tant par la facilité d'utilisation que par l'agrément de conduite - garantie 5 ans - 100000 kms - assistance 24/24 en cas de panne de batterie - borne de recharge prise pour moitié financièrement par importateur etc. etc...
Bilan : excellent compromis pour le binôme du thermique et de l'électrique.
Précision : gros effort à faire concernant les bornes de recharges en Belgique - souvent en panne - utilisateurs égoïstes en ventouse - protocole de recharge compliqué - dès lors je privilégie la recharge à domicile...


Il y a 1 réaction(s) sur ce commentaire :

  • Par Admin ADMINISTRATEUR DU SITE (2017-09-20 18:01:21) : Merci pour ce retour d'expérience, il en faudrait plus !

(Votre post sera visible sous le commentaire)

Par kev76 (Date : 2016-06-20 16:19:29)


Encore une fois, un magnifique article ! Mon point de vu concernant l electrique, est bien je ne sais pas.... personnellement je pense et j espere que le moteur thermiques survivra a ce siecle. Apres tout dependra des differents facteurs ( prix du petrole notamment ) . Je pense equalement que les bio- carburants peuvent etre une bonne alternative ( notamment via aux algue par exemple ) . Apres tout dependra des progrès fait dans le domaine de l electrique, il y a peu , une personne en faisant une erreure a crer une batterie capable de supporte 200 000 cycle! (enfin electrique ou thermique pourront nous rouler en dans 20ans, il font tout pour tuer l automobiles ( les interdictions , les zones 30, les grands boulevards 2x2 voie transformais en 2x1 avec une voie de bus au milleu, et les bus seront autonome .... pardon je m egare.



(Votre post sera visible sous le commentaire)

Par r16 ts (Date : 2016-06-20 14:03:27)


Le chapitre pollution est intéressant, mais il ne faut pas malgré tout oublier les émissions post-fabrication. On a tendance à considérer un véhicule électrique comme étant zéro émission.
Mais la production de l'électricité elle-meme est sujette à émission de CO2.
Dans le cas d'une Tesla, en France, où l'électricité est à 75% d'origine nucléaire, cela se limite à 2 ou 3 dizaines de grammes par kilomètre. Il suffit de passer le Rhin pour que la meme Tesla soit à l'origine de davantage d'émissions de CO2 au kilomètre que ne l'est la voiture moyenne à motorisation thermique. La raison en est la proportion d'électricité produite en Allemagne grace au charbon ou au pétrole et gaz.



(Votre post sera visible sous le commentaire)

Quelque chose à ajouter ?

Ce site est le vôtre ! Interrogation, complément d'information, conseil, anecdote etc... Toutes vos remarques sont les bienvenues.

Pseudonyme :



Mail * (non obligatoire) :



Commentaire sur cet article :




* Soyez au courant des réactions sur votre commentaire. Il n'est pas obligatoire et restera confidentiel si vous l'indiquez.



Tesla est-il un mirage

Mon point de vue / Information complémentaire :
(votre commentaire sera visible sur la page de résultats)



Devenez testeur en jugeant votre auto !

Nouveautés auto

Choisir une voiture

Fiabilité / Entretien

Culture auto

Avis auto

 

© CopyRights Fiches-auto.fr 2019. Tous droits de reproductions réservés.


>> Nous contacter - Mentions légales
Fiches-auto.fr : Conseils et infos pour l'achat et la vente de voitures d'occasion. Fiches auto, essais, tests (fiabilité, consommation, les plus, les moins)