Nouveautés automobiles > Megane E-tech Electrique : positionnement confus ? 08/09/2021

Megane E-tech Electrique : positionnement confus ?


Si Volkswagen a cherché à distinguer ses Golf thermique et Golf électrique (ID.3), Renault semble vouloir faire totalement l'inverse quitte à rendre les choses un peu confuses ...
En effet, assez loin de la Mégane qu'on connaît, la version électrique cherche à exploiter le nom de sa devancière pour essayer de rassurer le client moyen. Car oui, il semble bien que Renault ait fait le choix de cette nomenclature pour faciliter les ventes, à savoir reprendre le nom d'une voiture qui rassure pour écouler un engin dont la technologie peut encore effrayer certains.
Car d'un point de vue logique, un véhicule aussi novateur pour la marque aurait du induire l'arrivée d'un nouveau nom et donc une nouvelle lignée qui aurait débuté ici.


Notez quand même que cette déclinaison ne remplace pas la thermique à court terme, les deux seront vendues en parallèle avec la dénomination E-Tech (qui rappelle donc l'E-Tron) pour la version électrique.


Technique ?


Techniquement parlant on exploite la nouvelle plateforme modulaire électrique de Renault : la CMF-EV. Il ne s'agit donc pas d'un bricolage comme on avait pu le voir avec la Zoe, dont les dessous reprenaient ceux d'un modèle à moteur thermique transversal. On peut toutefois être déçu du fait qu'on se retrouve malgré tout avec une auto architecturée comme une thermique, à savoir un moteur placé à l'avant ! On peut donc deviner qu'il n'y aura jamais de moteur très puissant à bord de cette Mégane ... En effet, quand on motorise par l'avant on n'a pas vraiment de choix de rester sous les 200 ch, avec un ASR (contrôle de traction) qui devra travailler très fort sous les 50 km/h (les moteurs électriques délivrant toute leur puissance presque instantanément ...). La preuve en est avec les deux puissances proposées (qui dépendent de la batterie, car c'est elle qui met le tempo sur les puissances) : 130 et 217 ch. Avec 7.4 secondes pour atteindre les 100 km/h en version haute, on peut dire que les performances laissent un peu sur notre faim (on pouvait plutôt espérer 6 à 6.5 secondes, le souci provenant principalement de la motricité précaire du train avant quand il reçoit plus de 200 ch).
Les prétentions techniques sont donc ici assez modestes, et il semble donc que le marque veuille jouer la carte du véhicule raisonnable en terme de coût. Cela est aussi lié à l'idée de Renault concernant les besoins, à savoir que pour ce type de véhicule il n'y a pas nécessité d'avoir une batterie énorme (surtout avec la démocratisation des bornes de recharge) ni même des puissances démesurées. Avec l'expérience consistante de la Zoe, on peut dire que la marque au losange est assez bien placée pour estimer les spécifications de manière assez juste (cela grâce aux nombreux retours clients, que ce soit oraux ou même chiffrés grâce aux mouchards installés dans les autos).


Pour finir, le moteur électrique est le même que sur une Zoe, à savoir qu'on utilise un rotor bobiné alimenté par un balais ... La durée de vie est donc limitée et l'efficience pas aussi bonne qu'avec de l'aimant permanent (normal, on perd une partie du jus dans l'alimentation du rotor). Bref, Renault fait autrement que la concurrence qui exploite quant à elle des aimants permanents (le losange cherche à se la jouer écolo en précisant que cela limite l'emploi de terres rares ... A savoir comment transformer un défaut en qualité à la manière d'un politique).

Batterie ?


La communication appuie particulièrement sur le fait que les accumulateurs sont ici particulièrement fins, à savoir 11 cm. L'objectif est donc de rabaisser le centre de gravité encore un peu plus tout en libérant de l'espace vertical pour l'habitabilité, un défaut courant sur les voitures électriques.
Deux capacités sont donc au programme : 40 et 60 kWh (recharge à 130 kW maxi, possiblement sur la 60 kWh seulement. En courant alternatif [maison] on culmine à 22 kW), des valeurs qui restent donc assez modestes et qui pourront donc en freiner certains. En effet, si le quotidien est grassement assuré, on ne peut pas dire que la polyvalence soit ici au premier plan. Et on ne sait pas non plus si ce sont des valeurs nominales ou pas, à savoir si toute la capacité sera disponible pour la traction (il y a toujours une petite réserve non exploitable destinée à sauvegarder la batterie et alimenter l'informatique embarqué, il n'est pas concevable de pouvoir vider totalement la batterie jusqu'à son dernier souffle). On est donc sur des valeurs similaires à une Zoe, une auto qui tient plus de la citadine qu'autre chose. Encore une fois, certains clients seront peut-être un peu réticents face à ces valeurs, car le nom Mégane rime quand même pas mal avec polyvalence.

Par rapport à une Mégane thermique ?


Finalement, et malgré ce que nos yeux veulent bien nous dire, il n'y a pas tant de différences que ça entre ces deux "types de Mégane". ... L'architecture électrique induit une refonte de la morphologie de l'auto bien qu'ici on remarque avec étonnement que le moteur est placé à l'avant, c'est donc assez proche de la thermique contrairement aux Golf et ID.3 qui sont totalement différentes. Niveau longueur, l'électrique est plus courte avec 4.21 mètres contre 4.36 pour la "traditionnelle". Le coffre se révèle ici un peu plus important mais c'est quand même assez comparable. Il faut toutefois préciser que les 440 litres annoncés ne stipulent pas si on parle de norme liquide ou VDA (a priori c'est liquide) ... La Mégane thermique proposant 402 litres VDA et 460 liquide, mais quoi qu'il en soit c'est plus que proche, voire même similaire.
L'allure est ici orientée vers la verticalité avec au passage un seuil de chargement très élevé ici. Bref, on tend ici plus vers le SUV / monospace que la compacte, et c'est finalement ici que la différence est la plus importante : hauteur de conduite majorée.
Enfin, le poids conséquent de la Mégane électrique a induit l'adoption d'un train arrière multibras un peu comme on peut le voir sur la version hybride rechargeable de la Mégane.


Multimédia embarqué ?


La Renaulition est ici, à savoir qu'en terme d'infodivertissement on passe ici à une autre dimension. La marque peut désormais concurrencer les plus grands puisqu'en reprenant Android Automotive (Google / Alphabet), elle s'assure de travailler avec les meilleurs (et donc d'être au top). Associé à un matériel informatique de puissance supérieure (annoncé comme étant 7 fois plus rapide que sur les Renault actuelles), on peut dire que Renault a voulu ici assurer ses arrières. On a donc un écran central de 12 pouces (probablement moins sur les entrées de gamme) ainsi qu'un cockpit virtuel de taille très généreuse, de quoi presque intimider une Tesla.
En revanche niveau qualité de finition les images que j'ai pu voir semblent indiquer quelque chose d'assez sommaire, avec des matériaux durs et peu valorisants.




Style ?

On pourrait croire une ID.4 au format d'une ID.3. En effet, les rondeurs de ce modèle et son allure assez verticale font toute suite penser au familial électrique allemand. Bref, c'est un genre de galet sur roues qui s'articule autour d'un format un peu SUV / monospace.


A lire aussi : l'évolution du gabarit et du style des voitures

L'avant est inutilement compliqué, avec une signature lumineuse qui fait justement penser à une signature manuscrite. Pour ma part je trouve que la face avant est un "joyeux bordel", avec une césure un peu étrange au milieu de la calandre (milieu vertical). On croirait qu'on a voulu faire cohabiter ici deux calandres différentes (on dirait une étude de style plutôt qu'un produit fini). Bref, l'avant aurait mérité de la douceur et de la simplicité de l'arrière, arrière qui peut d'ailleurs faire penser à un Cayenne ... Sans oublier que cette partie peut aussi sembler manquer d'inspiration de par sa fadeur et sa simplicité (qui contrastent trop avec les courbes alambiquées de l'avant).
Malgré tout l'ensemble est très bien proportionné, avec une certaine musculature et une surface vitrée réduite qui accentuent le sentiment de robustesse.






Fiches Renault

Tous les commentaires et réactions


Dernier commentaire posté :


Par Diot (Date : 2021-09-08 22:53:20)

Concurrente de la ioniq5 mélange de suv.

Il y a 1 réaction(s) sur ce commentaire :

  • Par Admin ADMINISTRATEUR DU SITE (2021-09-09 18:22:00) : Il y a en effet un nouveau segment qui se met à émerger chez les marques, celui des pseudos monospaces/SUV/berline. Un mélange des genres qui montre bien que l'électrique va refondre totalement le "corps" de nos autos.

(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Ecrire un commentaire

Ce site est le vôtre ! Interrogation, complément d'information, conseil, anecdote etc... Toutes vos remarques sont les bienvenues.

Pseudonyme :


Mail * (non obligatoire) :


Votre commentaire :




* Soyez au courant des réactions sur votre commentaire. Il n'est pas obligatoire et restera confidentiel si vous l'indiquez.



Quel est votre premier critère lors d'un achat ?

Mon point de vue / Information complémentaire :
(votre commentaire sera visible sur la page de résultats)



Sur le même sujet

Dernières fiches Renault :

Nouveautés auto

Choisir une voiture

Fiabilité / Entretien

Culture auto

Avis auto

Articles au hasard

Fiches au hasard

 

© CopyRights Fiches-auto.fr 2021. Tous droits de reproductions réservés.


>> Nous contacter - Mentions légales
Fiches-auto.fr : Conseils et infos pour l'achat et la vente de voitures d'occasion. Fiches auto, essais, tests (fiabilité, consommation, les plus, les moins)